CMS

Regarder la lune…

Regarder la lune…

Je réécoutais ce disque de Xavier Lacouture, Envies d’ailes, qui me semble être l’un des plus beaux albums de cette décennie. Un disque qui nous instruit des charmes de cet astre… De là à rêver de lunes… La lune est source inépuisable d’inspiration, entre autres pour la chanson. Tant qu’il est vain ici de tenter d’exposer toutes les chansons qui y font référence. Encore faut-il s’entendre sur les significations de la lune (des lunes), mot qui, sans être lunatique, épouse bien des situations et états d’esprit bien différents. La lune est féminine, le soleil est masculin. Ici, j’ai surtout retenu cette lune chère à Lacouture, fasciné comme lui par « les charmes de sa circonférence. »

Grand classique s’il en est, rendez-vous d’abord avec Trenet :
« Le soleil a rendez-vous avec la lune
Mais la lune n’est pas là et le soleil l’attend
Ici-bas souvent chacun pour sa chacune
Chacun doit en faire autant
La lune est là, la lune est là
La lune est là, mais le soleil ne la voit pas
Pour la trouver il faut la nuit
Il faut la nuit mais le soleil ne le sait pas et toujours luit »
Charles Trenet, Le soleil et la lune, 1939

De là à aller la voir de plus près, cette lune…

« Ce s’rait chouette d’aller sur la lune
Dans le scaphandre de Pierrot,
J’y emporterais bien ma plume
Pour vous écrire quelques mots »
Henri Tachan, Les jeux olympiques, 1973

« J’ai besoin de la lune
Pour lui parler la nuit
Tant besoin du soleil
Pour me chauffer la vie
J’ai besoin de la mer
Pour regarder au loin
J’ai tant besoin de toi
Tout à côté de moi »
Manu Chao, J’ai besoin de la lune, 2004

Alunissage par ce désormais classique des maternelles où, derrière la lune, s’en cache une autre :
« Au clair de la lune,
On n’y voit qu’un peu :
On chercha la plume,
On chercha le feu.
En cherchant d’la sorte
Je n’sais c’qu’on trouva,
Mais j’sais que la porte
Sur eux se ferma »
Traditionnel, Au clair de la lune

« Un toit où la mousse mousse, mousse
Un clair de lune qui se dévoue
Une lune rousse, rousse, rousse
Une rousse, rousse comme vous »
Serge Reggiani, La longue attente, 1979

« Comme je t’imagine
En jupe ou en jean
Te jetant dans mes bras
Se dessinent au loin
Les nuits qui n’en finissent pas
J’aimerais tant te promettre la lune
Mais la lune est déjà prise »
Debout sur le zinc, Te promettre la lune, 2005

S'ils filent tous dans la lune…

« Et s’ils filent tous dans la lune
Qui restera garder
Notre Terre avec ses dunes
Ses mers, ses vergers ?
Et s’ils cultivent les planètes
Qui gardera les yeux
Sur les blés, les pâquerettes
Les forêts de nos aïeux ? »
Anne Sylvestre, S’ils filent tous dans la lune, 1963-1964

« Désolée d’avoir tiré, bel oiseau rare
Vous m’aviez le premier fusillée vingt fois du regard…
Désolée, votre arme était posée sur la table…
Quelle idée! On ne devrait jamais tenter le diable…
On ne devrait jamais tailler des costumes ni montrer les dents
Aux fiancées présumées quand la pleine lune fait tourner les sangs… »
François Hardy, La pleine lune, 2004

« Dans l’océan de la nuit,
Au clair de notre nuit,
Des fleurs de lune,
Lunes de nuit, sont posées
Au clair de notre nuit,
Au clair de nous,
Au clair de toi, mon amour,
Au tendre de tes yeux
Presque endormis »
Barbara, Clair de nuit, 1972

« La lune trop blême
Pose un diadème
Sur tes cheveux roux
La lune trop rousse
De gloire éclabousse
Ton jupon plein d’trous »
Mouloudji, Complainte de la butte, 1955

« Soudain le soleil devient lune
Et la légère plume enclume
Oh oh hé hé hi hi ha ha !
Comme c’est original tout ça »
François Béranger, Chanson d’amour, 1976

« En arrivant elle m’a dit viens
Tu es en retard je suis dans mon bain
Attrape le gant d’crin et frotte-moi fort le dos
Moi j’ai du savon plein les calots
Et pour mieux lui chercher les poux
Dans l’eau j’l'ai fait mettre à genoux
J’avais vu Pampelune j’avais vu Waterloo
Mais jamais la lune dans l’eau »
Pierre Perret, Gourrance, 1966

Qu'elle soit blonde, rousse ou brune…

« Je peux rester des heures à regarder la lune
Qu’il fasse jour ou bien nuit, ça n’a pas d’importance
Curieux, contemplatif, qu’elle soit blonde, rousse ou brune
Fasciné par les charmes de sa circonférence
Je prends la dimension de l’Homme dans l’univers
Face à une telle splendeur, on se sent tout petit
Je laisse les mauvaises langues s’escrimer par derrière
Aux portes de l’envers, je suis au paradis
A regarder la lune »
Xavier Lacouture, Regarder la lune, 2001

« On dit que Lazare et Cécile
Se sont enfuis cette nuit
Et que la Lune docile
Jusqu’au matin n’a pas lui
On dit qu’un foulard de brume
Fit pour elle un voile blanc
Fit à Lazare un costume
Tissé de nacre et d’argent »
Anne Sylvestre, Lazare et Cécile, 1965

« Cendre de lune, petite bulle d’écume
Poussée par le vent je brûle et je m’enrhume
Entre mes dunes, reposent mes infortunes
C’est nue que j’apprends la vertu
Je je, suis libertine
Je suis une catin »
Mylène Farmer, Libertine, 1986

Image de prévisualisation YouTube

8 Réponses à Regarder la lune…

  1. Chris Land 30 décembre 2010 à 17 h 22 min

    La lune allume son p’tit réchaud
    Tu vas avoir du croissant chaud
    Dans ton grand bol de voie lactée
    Dans les cieux tout est à becqueter
    Il ne manque que la margarine
    Good bye Gagarine

    Allain Leprest

    Répondre
  2. Floréal 30 décembre 2010 à 19 h 50 min

    J’m'appelle la Lune
    Tous les 28 du mois
    J’me refait une beauté
    Au clair de coeur
    J’m'appelle la Lune
    Et les Pierrot qui s’foutent en croix
    Dans mon quartier
    Me désespèrent
    J’m'appelle la Lune
    Si j’brille un peu
    C’est à crédit
    Comme une moitié de réverbère
    Etc.

    Léo Ferré, « La Lune »

    Répondre
  3. Claude vlerick 30 décembre 2010 à 20 h 08 min

    Indochine

    J’ai demandé à la lune
    Et le soleil ne le sait pas
    Je lui ai montré mes brûlures
    Et la lune s’est moquée de moi
    Et comme le ciel n’avait pas fière allure
    Et que je ne guérissais pas
    Je me suis dit quelle infortune
    Et la lune s’est moquée de moi

    Répondre
  4. Paul Meslet 30 décembre 2010 à 23 h 46 min

    Les coups de lune ou de soleil
    chauffent le cœur et la peau
    laissant des braises qui veillent
    sous la cendre des brûlots
    souffle un peu sur mes angoisses
    tout doux
    ce n’est pas le temps qui passe
    c’est nous
    Paul Meslet « Coup d’Lune’

    Répondre
  5. odile 1 janvier 2011 à 13 h 50 min

    Je ne pense pas être lunatique, mais je suis lunaire !
    Merci pour ces extraits de textes faisant allusion à cet astre !
    Il y a aussi Rémo Gary, qui a « La lune entre les dents »…
    Vous en parlez d’ailleurs très bien Michel, de ce magnifique CD, et de son livre qui l’accompagne.
    Les pages à découper au coupe papier, quelle riche idée !
    Tous mes vœux enchanteurs !

    Répondre
  6. Claude vlerick 1 janvier 2011 à 14 h 19 min

    Et puis, si c’est vraiment très bien, pourquoi se laisser enfermer dans la CULTURE FRANCAISE ? alors que d’autre souvenirs…
    Mais si on part par là …

    And if the cloud bursts, thunder in your ear
    You shout and no one seems to hear
    And if the band you’re in starts playing different tunes
    I’ll see you on the dark side of the moon

    Et si le nuage éclate, grondement dans ton oreille.
    Tu cries et personne ne semble t’entendre.
    Et si le groupe auquel tu appartiens commence à jouer des chansons différentes.
    Je te verrai sur la face cachée de la lune.

    Pink Floyd. Dark side of the moon.

    Répondre
  7. Réjanie13 9 mars 2011 à 15 h 03 min

    Très sympa et beaucoup de recherche pour ton billet sur la lune.
    Pour ma part, j’en avais fait un mais d’un autre genre :
    http://ariko13.wordpress.com/2008/07/27/expressions-sur-la-lune/
    De plus j’ai vu que tu as cité un artiste que j’adore : Mouloudji, pour « La Complainte de la butte« .
    Je reviendrai te visiter plus en détail.

    Répondre
  8. Julie Sabatier 23 décembre 2011 à 10 h 20 min

    Tu es, depuis que l’Homme est né,
    Son amie mystérieuse, une complice innée
    Ta lueur vaporeuse
    Charme les âmes songeuses
    Tu rends aux heures ténébreuses
    De la douceur mielleuse
    Par amour ma toute belle on veut te décrocher
    Tu restes dans le ciel contre vents et marées
    Pour toi plus d’un se sont damnés
    Tu es le grain de beauté
    Qui chaque soir s’introduit
    Sur le visage sombre de la nuit
    C’est dans ton ombre que je m’enfuis
    Sans toi je ne me sens pas en vie
    C’est avec toi que je suis née
    La Lune ma deuxième sœur
    Berceuse des rêves égarés
    Qu’elle recueille avec pudeur
    Dans ses cratères échancrés
    Comme l’abîme de mes pensées
    La lune permanente lueur
    De chaque nuit passée
    Lumière indifférente
    Subtilement adorée
    Symbole de rêves, de déserts secrets
    Orbite de brumes de souhaits à exaucer
    Caillou hypnotisé par notre astre brûlé
    C’est dans la Lune
    Que je veux te retrouver
    Nous irons nous reposer sur sa face cachée
    Ce visage que les romantiques aiment caresser
    La marraine de tous les étourdis
    Nous offrira le privilège
    De nous noyer dans son oeil attendri
    Nous lui ferons un cortège
    pour notre amour consacré
    En toute humilité
    Des plus beaux sentiments connus
    De l’humanité émue

    Laisse-moi danser avec la Lune
    Pour oublier toutes nos rancunes
    Laissons-nous valser sur toutes les dunes

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives