CMS

Le nucléaire, c’est pas joli, Joly !

Tiens, une nouvelle thématique chanson ! Pas n’importe laquelle, radioactive à souhait pour des millénaires encore (« radioactif » ne veut pas dire que ça passe activement à la radio !). Thématique que je dédie volontiers à Eva Joly, fière descendante de vikings, qui, si elle manie la langue de Molière et de Camus mieux que moi, mieux que vous sans doute, est assez nulle en « langue de bois », langue officielle en usage chez nos z’hommes politiques, écologistes inclus. C’est pour ça que l’ex-magistrate anti-corruption, verte au sens de pas encore mûre, sera désormais encadrée et recadrée par les linguistes officiels de son parti pour y apprendre les rudiments de la novlangue chère à George Orwell. Ainsi on ne dit pas « Catastrophe nucléaire » mais « Avenir radieux » ; on ne dit pas « Stop au nucléaire » mais « Négocions d’abord les circonscriptions ».
Même avant Tchernobyl, même avant Fukushima, à plus forte raison désormais, les chansons traitant du nucléaire ne parlent que d’apocalypse. C’est vrai qu’Areva ne fait pas rêver. Petite revue de détail en quelques titres…

Venez voir notre village
Il vous plaira forcément
Il est plombé de nuages
420 jours par an
Le soleil n’y entre plus
Les oiseaux n’y chantent pas
Et nos chats, bien entendu
Sont vers et bleus comme vous et moi
Ô Nucléaire…
Nucléaire, François Corbier

Tchernobyl respire encore
Le ventre n’est pas encore mort
D’où a surgi la sombre aurore
Ce monstre invisible qui dévore
Les apprentis sorciers d’hier
Sont toujours bien vivants, prospères
Les marchands d’armes sont milliardaires
Et EDF nous éclaire
Nous éclaire
Au nucléaire

26 avril, Renaud

Juste quelques flocons qui tombent
Je ne sais pas ceux qui les ont tués
Ils avaient si peur de leurs bombes
C’est autre chose qui est arrivé
Juste quelques flocons qui tombent
Nous vivrons bien sans eux au fond
Ils étaient si fiers de leur monde
Ils l’ont cassé en poussant sur un bouton

Juste quelques flocons qui tombent, Antoine

Adolf Nucléaire existe, il est français
Ça finit par un A, ça commence par un C
Ces enfoirés là exportent à l’étranger
Des tonnes de déchets plus ou moins irradiés
Et quand à la Hague on fait des vagues
Dans l’Mont Oural, il se passe que dalle

Co j’ai marre, Tryo

Enfant d’une génération ratée
Vautré devant la TV
On se branle devant les bombardement
Mon dieu que c’est excitant
Moi j’ veux du nucléaire
J’ veux du sexe et du sang
Des bombes dans le RER

J’veux du nucléaire, Damien Saez

Je sais que la ciguë est prête.
Je vous attends.
Je sais que dans votre alchimie,
L’atome ça vaut des travellers chèques
Et ça suffit comme alibi.
Je vous attends.
A l’ombre de vos centrales, je crache mon cancer.
Je cherche un nouveau nom pour ma métamorphose.
Je sais que mes enfants s’appelleront vers de terre.
Moi je vous dis : « bravo » et « vive la mort ! »
Alligators 4C27, Hubert-Félix Thiéfaine

Sachant proche le résultat tous les grands chefs d’Etat
Lui ont rendu visite
Il les reçut et s’excusa de ce que sa cagna
Etait aussi petite
Mais sitôt qu’ils sont tous entrés il les a enfermés
En disant soyez sages
Et, quand la bombe a explosé de tous ces personnages
Il n’en est rien resté
La java des bombes atomiques, Boris Vian

Mais au bout de cent ans des gens se sont levés
Et les ont avertis qu’il fallait tout stopper
Mais ils n’ont pas compris cette sage prophétie
Ces hommes-là ne parlaient qu’en termes de profits
C’est des années plus tard qu’ils ont vu le non-sens
Dans la panique ont déclaré l’état d’urgence
Quand tous les océans ont englouti les îles
Et que les inondations ont frappé les grandes villes
Et par la suite pendant toute une décennie
Ce fut les ouragans et puis les incendies
Les tremblements de terre et la grande sécheresse
Partout sur les visages on lisait la détresse
Plus rien, Les Cow-boys fringants

Les photographies en noir et blanc illustrant ce billet sont de Paul Fusco, ont trait à l’héritage de Tchernobyl et sont toutes tirées du site La Mauvaise herbe ; la photo couleur représente la Centrale nucléaire du Tricastin.

Image de prévisualisation YouTube

10 Réponses à Le nucléaire, c’est pas joli, Joly !

  1. Stéphane. 25 novembre 2011 à 10 h 48 min

    Joli sujet, mais il manque à mon sens dans cette liste une chanson essentielle, et sur le sujet, et conséquemmment, dans le répertoire de Sarclo, « La saga des machins et des zinzins », qui date de 1981 : http://www.chanson-net.com/sarclo/chansons/ch0722.htm.

    A l’inverse, la chanson des Cowboys Fringants, « Plus rien », que j’aime pourtant beaucoup – au point que la voir côtoyer celle de Vian me fait vraiment bicher – me semble ici discutable. En effet, si c’est bien une catastrophe planétaire qui y est dépeinte, elle n’est a priori pas nucléaire – Il n’y a rien dans le texte qui accrédite ce sens, à peine y évoque-t-on la pollution de l’air ambiant – mais plutôt climatique, telle une rébellion de la Terre contre la façon de vivre des humains, qui ont rompu l’effet de symbiose.
    Si cette chanson peut effectivement faire penser au nucléaire, ce n’est que par l’interprétation qu’on en a. Mais cette interprétation nous est dictée je pense, tout d’abord et effectivement par une actualité en arrière-plan extrêmement prégnante (Tchernobyl, Fukushima, le débat sur la sortie du nucléaire…) – ensuite par notre incapacité à imaginer vraiment ce que serait une catastrophe nucléaire planétaire. De fait, on se dit que ceci pourrait peut-être ressembler à cela.
    Pour autant je suis loin d’en être certain : Fukushima ne me paraît guère avoir de liens avec cette chanson.
    Mais après tout, pourquoi pas ? Il est possible en définitive que rien ne ressemble plus à une catastrophe qu’une autre catastrophe…

    Répondre
  2. Norbert Gabriel 25 novembre 2011 à 10 h 59 min

    Il y a aussi « Messieurs les Présidents » d’Herbert Pagani, en 1972

    Merci pour ces jolies centrales nucléaires
    Que je n’ ai pas voulues mais cependant je paye
    Et que vous cernerez de mille militaires
    En attendant de mettre un compteur au soleil

    C’est un refrain qui sera particulièrement apprécié par nos petits enfants quand ils auront des centrales qui leur coûteront des milliards à démonter.

    Réponse : Il y en a bien d’autres, comme « Le Champignon nucléaire » de Francis Lalanne, au début des années quatre-vingt. Cher lecteur internaute, si tu veux bien compléter la liste. Ça peut servir à l’ami Bertrand (Dicale) si, un jour, il désire en faire une émission de « Ces chansons qui font l’Histoire » sur France-Info… MK

    Répondre
  3. Norbert Gabriel 25 novembre 2011 à 11 h 08 min

    et la superbe chanson de Nougaro, « Y avait une ville » une des premières sur le sujet..
    http://www.youtube.com/watch?v=luiByXD05hA

    C’était étrange
    Est-ce qu’il allait neiger des anges
    Les gens guettaient dans un mélange
    D’inquiétude et d’amusement
    Et brusquement
    Il y eut un éclair aveuglant
    Et dans un souffle incandescent
    Les murs se mirent à trembler

    Que s’est-il passé?
    J’y comprends rien
    Y’avait une ville
    Et y’a plus rien

    Y’a plus rien qu’un désert
    De gravats, de poussière
    Qu’un silence à hurler
    A la place où il y avait
    Une ville qui battait
    Comme un coeur prodigieux
    Une fille dont les yeux

    Étaient pleins du soleil de mai

    Mon Dieu, mon Dieu
    Faites que ce soit
    Un mauvais rêve
    Réveillez-moi
    Réveillez-moi
    Réveillez-moi

    Répondre
  4. joan 25 novembre 2011 à 11 h 50 min

    Il y aurait aussi « Irradié » d’Higelin (le vrai : le père ; pas le fils, évidemment) et un autre de ses sommets : « L’amour sans savoir ce que c’est » :

    « Y’a eu tremblement de terre, un champignon, la guerre, un éclair blanc
    Et je n’sais plus pourquoi je me retrouve sur cette route
    Les cheveux balayés par le vent… »

    Répondre
  5. Brigitte 25 novembre 2011 à 18 h 14 min

    Et aussi « Il s’est passé quelque chose » de Juliette. Où la cause de la catastrophe n’est pas nommée.

    Répondre
  6. Classe Gérard 25 novembre 2011 à 19 h 12 min

    Quel thème hélas prolifique !
    Ajoutons-y « Les Centrales » par et de Castelhémis (1982)

    Répondre
  7. Jean louis Bergère 25 novembre 2011 à 19 h 53 min

    Michel,

    Oui c’est à se demander si l’irradiation globale et libérale n’a pas totalement contaminé et pour longtemps encore le sentiment du « vivre » de l’Homme … et puis bien entendu comment ne pas penser au dimanche tchernobylien d’Alain BASHUNG sur un de ses plus beaux albums (« L’Imprudence », le plus beau pour moi)

    Le dimanche à Tchernobyl
    J’empile torchons vinyles
    Evangiles
    Mes paupières sont lourdes
    Mon corps s’engourdit
    C’est pas le chlore
    C’est pas la chlorophylle

    Tu m’irradieras encore longtemps
    Bien après la fin
    Tu m’irradieras encore longtemps
    Au-delà des portes closes

    Le dimanche à Tchernobyl
    J’harangue le soleil
    J’harangue les sardines
    Dans la rougeur des canaux
    À la centrale y a carnaval
    Java javel
    Cerveau vaisselle
    Chaque jour se rit de moi
    Indolore

    Tu m’irradieras encore longtemps
    Bien après la fin
    Tu m’irradieras encore longtemps

    Le dimanche à Tchernobyl
    J’empile torchons vinyles
    Evangiles
    Sortir en lamés
    En ciré
    Sortir du chapeau
    Comme à l’accoutumée

    Tu m’irradieras encore longtemps

    Tu m’irradieras encore longtemps

    Répondre
  8. Claude Vlérick 26 novembre 2011 à 9 h 38 min

    Pour moi, la chanson la plus réaliste sur le nucléaire ou aussi la catastrophe chimique, c’est MENACE de Jacques Bertin.
    Evidemment le texte est très long. Tu pourrais le retrouver car tu l’as publié à ma demande sur ton site au moment de Fukushima. Ne cherche pas trop, tu peux le relire en cliquant sur :

    http://tesvivant.blogspot.com/2011/03/menace-jacques-bertin.html#links

    pour venir le lire chez moi.

    Claude.

    Réponse : C’est agréable de venir le lire chez toi, Claude. Amicalement. MK

    Répondre
  9. Oliv 8 mai 2012 à 2 h 18 min

    Voici la dernière en date, signée des Boycotteurs, et intitulée FESSENHEIM :

    http://www.youtube.com/watch?v=m8KtuIAxlk4

    Répondre
  10. coco 16 août 2013 à 15 h 14 min

    j’arrive un peu tard pour lire ce billet, mais hélas toujours d’actualité ! je peux rajouter thernobyl blues de dick annegarn
    Parole de Tchernobyl Blues:
    Je suis blanc-bec russe un prince sans Prusse
    Un prince sans roi y en a d’autres comme moi
    Qui écoutent John Lennon sur leur vieux gramophone
    Ils écoutent Jimmy Hendrix sur leur vieux tourne-disque

    Tchernobyl blues Tchernobyl blues

    J’écoute la radio je vois la télé
    Je lis les journaux je suis sur-informé
    Deux ou deux-mille face ou bien pile
    De rems ou de rads de quel mal malade

    Tchernobyl blues Tchernobyl blues

    J’ai pris mon vélo pour faire du chemin
    Je croise des silos où il n’y a pas que du grain
    Mes pieds ont brûlé mes pneus ont crevé
    Ma tête est malade mes yeux irradiés

    Tchernobyl blues Tchernobyl blues

    La ville était déserte on avait évacué
    Tout ce qui encore un peu remuait
    Mon corps était inerte sur le sol de la tour
    De la cour derriére le parapet
    Je fais le sourd je fais le mort je fais le muet

    Tchernobyl blues Tchernobyl blues

    J’entendais le silence derriére le mur
    Du jardin du voisin citadin mitoyen
    La femme est opulente luquant de ses yeux
    Curieux yeux derriére les mailles
    Je suis né dans un monde terrible monde de son filet

    Tchernobyl blues Tchernobyl blues

    Les hommes étaient alertes les sirénes
    Des autos de secours hurlaient
    Mes amis seraient indemnes
    Si seulement ils auraient pu éviter
    Ça de justesse

    et beaucoup d’autres qui ne se retrouve plus – un ami disparu dont je n’ai hélas plus le disque autoproduit Tchernobyle-mézières en allusion à chooz c’était d’alain poillot dit Poill’s chanteur de blues de châlons sur marne (en champagne)

    Répondre

Répondre à Classe Gérard Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives