CMS

Kandid, petite musique de jour

14 12 01 KANDID NUEn décembre est sorti Nu, le nouvel album de Kandid (Nicolas Driot) auteur compositeur interprète clermontois que nous avions laissé en 2009 avec son deuxième album, À qui veut l’entendre ?, sur le thème de l’absence, et que nous suivons au gré des festivals et des concerts jusqu’à la lointaine Chine !

L’album enregistré quasiment dans des conditions de direct, avec la seule guitare de l’artiste soutenu par le multi instrumentiste et arrangeur réalisateur Frank Arbaretaz, souligne la fraîcheur et la sincérité de ces onze chansons inédites (dont neuf écrites, et dix composées par lui-même) entre 2004 et 2011.

Des débuts d’une aventure qui n’est pas la première, Nicolas, pas si candide que ne le laisse supposer son nom de scène, prévient : « Au bord de mes doigts / Bienvenue à bord de mes joues / Bienvenue au bord de mon lit / Bienvenue à bord de ma vie / Même si ce n’est pas joli joli » jusqu’au dénouement où il balance avec fermeté des allitérations qui projettent hors de la vue : « Déleste toi de moi petite peste / Désiste toi de la piste à trois avant que ça n’empeste », pour finir par un « Je te fais mes adieux, et va au diable ! »(Tout me quitte). Attaché à ses valeurs, « Paris, Paris, Paris » ne le tente pas,  » J’ai trop d’amis ici / J’irai pas loin sans papillons / J’irai pas voir Dutronc« (On connaît la chanson). Qui résisterait à une telle déclaration : « J’ai posé ma tête sur un nuage (…) / J’ai même souri au hasard (…) / Je ne me suis jamais réveillé de toi. » Et puis L’idée du bonheur me rend heureux : « Je te conterai fleurette sur les doigts de la main » et « revêtu de nous », j’aurai de L’apesanteur » à la pelle dans la tête et dans le cœur » tel un Petit cosmonaute ! A moins que Mes amis: « ne me rappellent que je suis seul » et que « Je rafistole ma vie tant bien que mal / Avec des bouts de ficelle (…) En attendant que la mélancolie s’envole » tel un prince « au bois dormant ! »(La mélancolie). « Quelle idée aussi je vous le demande d’aller voir ailleurs si j’y suis » (Tes erreurs).

Nul doute que l’humanité de ce chanteur, qui souvent fait penser aux québécois Alexandre Poulin ou Fred Pellerin, saura vous séduire, si vous ne l’écoutez pas distraitement mais prenez le temps d’en distiller tout le suc doux amer…

 

Album en vente ici ; prochains concerts le 22 janvier 2015 au conseil Régional à Clermont-Ferrand, le 8 février 2015 aux Bistrots d’Hiver à Nouzerines (23), le 13 février à Autour du Monde à Ygrande (03).

A défaut d’une chanson du nouvel album, nous retrouvons Kandid en Live à la Bibliothèque des Volcans en 2013 avec le délicat Et je me dis : Image de prévisualisation YouTube

2 Réponses à Kandid, petite musique de jour

  1. Danièle Sala 23 janvier 2015 à 14 h 49 min

    Merci Catherine de ne pas oublier les auvergnats . Kandid, très agréable à écouter, intimiste, et attaché à sa terre d’Auvergne,  » doux amer » lui va bien . Mais tu ne m’en voudras pas si je leur préfère Dandy, un autre groupe auvergnat, plus nerveux musicalement et avec un regard lucide sur le monde , Dandy, à découvrir sur scène le 13 février prochain au Sémaphore, à Cébazat .

    Répondre
  2. catherine Laugier 23 janvier 2015 à 18 h 44 min

    Il y a la place pour les deux , Danièle comme je peux apprécier Dimoné et Pascal Mary tout à la fois, entre bien d’autres.

    Dans cet album Nicolas Driot (Kandid) met bien à nu , je trouve, les intermittences du cœur, avec subtilité et délicatesse, comme une broderie où l’être aimé « fait le cours des saisons… ».
    Son écriture sur des sujets intimes est plus originale que ce que l’on a l’habitude d’entendre…Son inspiration n’est pas engagée ? Si, à sa façon. Je pense à Mes amis, où il dénonce les attendus de la société : »Mes amis se marient pour faire plaisir à leurs parents ( ) Ils travaillent toute la journée( )Mes amis achètent des maisons et se posent pour de bon( )Mes amis sont prévoyants ( )Mes amis me rappellent que je suis seul » qui n’est pas sans me rappeler les On me dit de Guillaume Barraband : « On me dit de croire au négoce, On m’dit comment élever mes gosses ( ) On m’dit comment gérer ma vie »
    Kandid sera en co-plateau avec Frederic Bobin (plus engagé sur l’actualité du monde , ils vont se compléter !) le 10 avril au Théâtre Cornillon à Gerzat (63)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives