CMS

Michel Boutet, navigateur d’étangs et d’océans

Michel Boutet (photo non créditée prélevée au blog de Pierre Thévenin)

Michel Boutet (photo non créditée empruntée au blog de Pierre Thévenin)

28 février 2015, concert privé à la Lutherie, rue Sylvabelle à Marseille,

 

« L’hiver passera pas le printemps / C’est entendu depuis longtemps / Mais t’as cent mille fois raison / De vivre tes quatre saisons. »

Il est de l’époque où tous les chanteurs s’appelaient Michel… Mais le temps passe et n’a visiblement pas les mêmes effets sur tous. Certains s’enrichissent de leur vie et leur tignasse bouclée reflète encore plus la lumière…

Petite assemblée, ce soir, de marseillais fidèles à leur frère de mer nantais, ce navigateur d’étangs et d’océans, jusqu’à la lointaine collectivité de Nouvelle Calédonie où il a écrit Nambou, un nouméen qui a failli laisser sa vie en France : « Il a r’culé dans la nuit / Puis il a pleuré sans bruit / Au matin dit : Ça suffit / J’m'en retourne dans mon pays. »

La ballade/balade nous promène à travers ses trois derniers albums : La cordillère des anges, La ballade de Jean-Guy Douceur et Le silence du fleuve. Dans cet auditorium où les violons sont présentés par dizaines, sagement alignés dans un meuble de métier ou volant au plafond entre les solives, on écoute les chansons mélancoliques, drôles ou piquantes – ou tout à la fois – de Michel Boutet, ce doux révolté qui nous semble être déjà un vieil ami, de ceux qui vous accompagnent tout votre vie.

Car on s’y reconnaît tous, depuis l’enfance souvenance, avec les enfants « Qui rient de tout c’qui pousse / le poil sur le menton / les seins sous la chemise », les souvenirs de ce qui n’existe plus « Tout fout l’camp jadis et naguère », les amours, ceux qui passent « Tu r’viendras dis / Dans mes draps / Dans ma vie », ceux qui lassent « A tanguer entre femme et mère / On devient vite une éphémère. »

Viennent la paternité « Quand Violaine se déchiffonne / T’étais là ma fille ma surprise », les vieux copains qui partent, « C’est de l’eau de chagrin qu’on verse / C’est des regrets puis c’est l’inverse », ceux qui meurent « Il a j’té sa gabardine / Et sa carcasse dans les flots », les voyages, la mer n’est jamais loin, même si on reste au bistrot du port, même si c’est le dernier bateau, et puis les luttes, les révoltes contre le temps qui passe, la guerre, la bête immonde , les rêves oubliés (La vieille et les loups), la bêtise humaine, l’intolérance et le racisme ordinaire (La manouf pour tiss)

Enfin la question qu’on se pose tous, « Dis-moi comment ce s’ra / Quand je s’rai mort / Est-ce qu’il y aura du ciel encore / Des gens dehors », qui nous rappelle cette bizarre impression quand on voit le ciel bleu et qu’on entend les oiseaux chanter, en revenant d’un enterrement… Car, finalement, « Et si mon amour tu es là / J’veux bien rester encore un peu » (L’accordéon qui joue dans Amsterdam).

Le site de Michel Boutet, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là. Image de prévisualisation YouTube

5 Réponses à Michel Boutet, navigateur d’étangs et d’océans

  1. Danièle Sala 8 mars 2015 à 12 h 25 min

    Michel Boutet , océanique et pacifique, est un de ceux qui nous réconcilie avec le genre humain . Et en plus , c’est un adepte de Vialatte ! le lien de son site : http://michel-boutet.com/# et de son blog :http://www.over-blog.com/ .

    Répondre
  2. catherine Laugier 8 mars 2015 à 12 h 44 min

    Et aussi Les gardes-barrière : http://youtu.be/WvpjaVJVys8 ou
    Putain d’maréchal : http://youtu.be/BeueKUL6vOc. Ce concert, un de ceux qu’il présente en ce moment, avec « Barbouillot d’pain sec », s’appelle « La nouvelle Ballade » , voir l’agenda sur http://michel-boutet.com/

    Répondre
  3. catherine Laugier 8 mars 2015 à 18 h 20 min

    Son blog est un régal d’humour, voir notamment l’article sur la chanson française (ou pas) repris dans NosEnchanteurs

    Répondre
  4. Odile 8 mars 2015 à 23 h 46 min

    Et en plus il a été la tocade de Philippe Meyer samedi à midi, dans son émission « La prochaine fois … je vous le chanterai »

    Répondre
  5. catherine Laugier 9 mars 2015 à 12 h 14 min

    Oui Odile, avec « A ce qu’il paraît »; et sur France Musique il figure dans les actualités du disque du 7 mars avec la chanson « Tout s’mérite »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives