CMS

Bertin, l’ami au coin du feu

Jacques Bertin (photo Alain Lauzier)

Jacques Bertin (photo Alain Lauzier)

17 avril 2015, Théâtre et chansons à Aix-en-Provence,

 

Écouter Jacques Bertin, c’est comme avoir rendez-vous avec un vieil ami au coin du feu, qui nous régalerait de la fine fleur de la chanson française avec sa « gratte » sur les genoux : « Nous les riens, nous les guitareux. » Comme Brassens ? Pas tout à fait. Sa main droite a la particularité de jouer plus près du talon du manche que de la rosace, donnant une résonance très « battante ».

Fidèle à la poésie et à ses amis, Luc Bérimont, René-Guy Cadou, Claude Semal, Jean Vasca… dont il reprend les vers : « Amis soyez toujours l’ombre d’un bateau ivre / Ce vieux rêve têtu qui nous tenait debout. » Sobre, il parle peu entre les chansons qu’il enfile comme des perles.

Car ce sont des bijoux, textes d’« un très long vers » sans refrain qui montent jusqu’à la « rime idéale ». Les formats, ça n’est pas pour lui. Oubliés les « Pas plus de deux minutes, trois maxi, hein coco, sinon ils décrochent ! » Même si la liste des chansons est collée sur sa guitare, la mémoire est toujours au rendez-vous. Seule Le passé est chantée avec le texte car – il nous l’avoue – il a renoncé à l’apprendre par cœur : à elle seule, elle résume toute l’histoire des humains du siècle passé. Et tout Bertin.

La voix n’a pas changé, grave et bien placée, modulant les r à l’ancienne. Elle m’a parfois évoqué celle de son ami Félix Leclerc. C’est « un homme qui chante », pas un chanteur. Et le public écoute sa parole, sa poésie chantée, avec ferveur.

Le souvenir est le thème récurrent du concert, depuis L’étang chimérique, de Ferré, qui l’ouvre, en passant par Le rêveur, Le temps a passé comme un charme. Un présent d’autrefois surgit avec Actualités d’Albert Vidalie qui ressuscite Stéphane Golmann et Yves Montand…

Les villes, ou plutôt les villages, et les maisons, nous content leurs chansons, Gros bourgs français : « Je vous traverse comme un couteau dans un fruit /Je vous déguste comme un gâteau des dimanches / Vous mijotez comme des lampions dans les branches / Vous mûrissez comme des baisers dans la nuit » ; les hommes aussi, jusqu’aux Curés rouges : « Ah, chers vaincus pour rien, travailleurs pour la gloire. »

Si la nostalgie est de mise, Bertin ne nous abandonne pas pour autant. Il nous explique Que faire : « Ramener de l’homme / Cueillir en hiver / Ré habiter l’homme / Planter dans la mer / Parler à mon frère / Te prendre la main. » Avec la musique typique de ses chansons qui monte avec l’intensité des vers, l’émotion nous gagne.

En rappel, de douces chansons, trésors de notre patrimoine français : Le marin qui revient tout doux et Le temps des cerises, puis la radieuse L’âge d’or de Ferré.

J’aurais aimé une mise en scène un peu plus complexe, l’accompagnement d’un piano, voire d’un trio en retrait de la voix, l’aidant à s’envoler vers les hauteurs du rêve. Sans doute cela ne conviendrait pas à la douce mais ferme intransigeance de Jacques Bertin : « Joue plus fort, surtout pas plus vite (…) T’en fais pas si ça traîne un peu / Si on est un peu long tant mieux / Y’a qu’l'amitié qui rend heureux. »

 

Le site de Jacques Bertin, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là. Image de prévisualisation YouTube

4 Réponses à Bertin, l’ami au coin du feu

  1. Danièle Sala 28 avril 2015 à 10 h 16 min

    Un passeur de poésie, un chanteur de paroles qui a construit une grande et belle oeuvre sur les chemins de traverses de la notoriété . J’aimerais bien le revoir, car la dernière fois, aux Rencontres Marc Robine à Blanzat, il n’était pas au mieux de sa forme .

    Répondre
  2. catherine Laugier 28 avril 2015 à 11 h 03 min

    En fait c’était le 18 avril…Après une journée très chargée pour moi ! Peu d’enregistrements en direct, un très ancien, ses débuts avec Luc Bérimont :https://www.youtube.com/watch?v=JV7svFDxlvc, et un de la maturité, avec la chanson « Amis soyez toujours…. »de Jean Vasca, enregistrement au son imparfait :https://www.youtube.com/watch?v=lC-ggL6a_gQ
    Et puis, Le Passé, en 2009 à Calvi :
    https://www.youtube.com/watch?v=c-spO8m4g6o

    Répondre
  3. Gallet 28 avril 2015 à 18 h 57 min

    Une anecdote, et pas du tout pour critiquer Jacques Bertin .Tout à l’honneur de Rémo Gary que nous avons eu la chance, à Blanzat, d’écouter chanter, pour J.Bertin, et devant lui, « Le passé », si bien, sans aide aucune .
    JPaul Gallet

    Répondre
  4. catherine Laugier 28 avril 2015 à 20 h 28 min

    Rémo Gary interprète magnifiquement Le Passé, en faisant monter la tension tout au long de la chanson, bien soutenu par sa pianiste. J’ai eu la chance de le voir dans la même salle le 31 janvier (enregistrement audio fait ce soir là par Jean-Louis Cadoré) : https://www.youtube.com/watch?v=rmsSwFQE_2U

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives