CMS

Olivier Rech, de pierre et de cœur

RECH Olivier Coeur de breton 2016Même s’il a quelque temps vécu à Paris et consacré un album entier à cette ville, c’est vers son pays du Morbihan que revient toujours cet artiste.
Son album de quinze titres est un véritable hymne à la Bretagne qui plaira d’abord aux inconditionnels de ce pays dont il nous dresse un portrait idyllique et amoureux.
Voix chaleureuse, arrangements soignés, mêlant instruments symphoniques et traditionnels, chœurs rythmant les refrains, duos avec la voix féminine de Liliane composent de douces mélodies ; Rech est l’auteur de la plupart des textes et le compositeur des musiques.
Les westerns s’y font Ouestern, « un vieux rêve d’enfant moderne au pays des ajoncs », les arbres nous parlent, et Le soleil des bretons célèbre la pensée positive pour « tenir très loin d’ici les menaces et les rancœurs ».
De la Bretagne il revendique la spiritualité, celle des anciens mythes celtes, des korrigans, des fées de  Viviane à Morgane, de Lancelot aux magiciens de la forêt de Brocéliande, complainte mystérieuse hors du temps. Aussi celle des pardons et des saints bretons, de Pol à Corentin en passant par Malo (la chanson Tro Breiz évoque ce pèlerinage ancien qui faisait le tour des tombes des sept saints  fondateurs de la Bretagne). L’amour de ces pierres chargées de symboles (Carnac dont il a soutenu les fouilles archéologiques, ou la Vallée des Saints à Carnoët promue dans son album précédent Le chant des pierres). La nature, les forêts, la campagne qui l’apaise, l’Atlantique, depuis la défense du patrimoine des phares et balises, jusqu’à ses précédents albums déclinant à l’infini la mer omniprésente, les bateaux, les voyages. Sur un océan de papier (paroles Élisa Aubry) célèbre à la fois cet élément et l’esprit breton fait de courage, d’indépendance et de fidélité.
Tout l’album est résumé dans cette Bretagne de ma vie, à laquelle il parle telle à une femme « mon cœur, mon sang, mes souvenirs, mon amour sans orgueil, et mon corps la désire » avec son refrain en breton. Amour répété à satiété dans Cœur de BretonLe cœur en France ou Bretagnissime.
Le long de la jetée renoue avec la chanson de marin, où la voix plus rugueuse de Yann Malau (l’auteur du texte) qui le double ou lui donne la réplique, et le rythme entraînant nous donnent envie d’embarquer, de larguer les amarres et peut-être aussi de revenir pour « enfin accoster / après six mois d’aventure / les femmes on va retrouver », de chalouper au son de l’accordéon et du piano qui roulent comme des vagues aventureuses.
Un monde de rêve avec la voix de la jeune Stecie est réservée aux âmes pures qui croient encore aux contes de fées. « Vivre, elle a choisi de vivre dans un monde de rêves où les hommes sont des princes que ses charmes protègent ».
Le magicien évoque la lutte écologique qu’il soutient depuis longtemps, seule incursion contemporaine d’un album se situant dans un monde parallèle, Breiz d’aujourd’hui et de toujours.
 
Olivier Rech, Cœur de Breton, Autoproduit 2016.  Le site d’Olivier Rech, c’est ici. Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives