Valérian Renault : c’est cadeau ! | NosEnchanteurs

Valérian Renault : c’est cadeau !

Valérian Renault (photo d'archives Pierre Bureau)

Valérian Renault (photo d’archives Pierre Bureau)

Valérian Renault, 29 novembre 2016, salle des fêtes d’Uzay-le-Venon,

 

Poète à la plume aussi aiguisée qu’une arme blanche, Valérian Renault tranche à vif dans les noirceurs de l’être. Des morceaux de vie qui ressemblent à des errances, des déchirures intimes où pointe cependant une lumière vitale.

Dans ce nouveau spectacle, moins sombre que les précédents, nous voyageons en son univers poétique et musical, bercés par sa voix chaude, tantôt puissante comme l’ouragan, tantôt fragile comme le cristal. Toujours habité par la puissance de sentiments justes, l’ensemble se situe à la frontière de l’humour noir et d’une immense tendresse.

Ses nouvelles chansons, autres perles à son répertoire, ont parfois des accents de douceur, teintée de mélancolie, d’une légèreté proche de la joie à laquelle l’artiste ne nous avait encore pas habitués. Mais l’ensemble de son œuvre nous emmène sur les voies sinueuses des tourments de l’âme que la dérision apaise. Lisière subtile qu’il nous invite à franchir.

Tout au long du concert, Valérian nous offre quelques pauses, des bulles, des parenthèses, où seuls ses textes brillants, brûlants, comme du Rimbaud nous envoûtent. Jamais mièvres, toujours percutants, ses mots mêlés d’encre et de sang confirment l’importance d’une « écriture forte», terreau indispensable à la chanson française.

Sa littérature, portée par une interprétation magistrale, sobre et intense, apporte un moment de majesté au spectacle. Celle-ci se marie très bien avec ses interventions adressées à un public complice de ses farces. Distillées entre chaque chanson, percutantes et légères, emplies d’humour et de malice, elles font partie intégrante de son spectacle et le teintent ainsi d’une autre couleur, celle du rire.

De sa guitare, sa seule compagne sur le plateau, s’échappent des Airs de rien qui font les belles mélodies. Puis, des accords vibrants, plus complexes et violents, épousent ses mots, son phrasé musical, les tricotent et les broient, sans jamais les noyer, les perdre.

Seul en scène, Valérian a la présence et la beauté d’un Gérard Philippe, et « ce charisme », dont les grands ont le secret du partage. Cet artiste talentueux mérite bien la noble appellation, trop galvaudée, de « Poète-Auteur-Compositeur-Interprète ».

A suivre, à partager… sans modération.

 

La page facebook de Valérian Renault, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là. En concert le 8 décembre 2016 au bateau-théâtre Le Nez rouge, à Paris ;  du 14 au 16 à Noisy-le-Sec.

Image de prévisualisation YouTube

Une réponse à Valérian Renault : c’est cadeau !

  1. Catherine Laugier 3 décembre 2016 à 13 h 32 min

    Très bel article, même émotion après l’avoir vu à Venelles en octobre 2014
    « Amère émotion, cynique dérision de ses amours et de lui-même, voix douce et voilée distillant une poésie vénéneuse, il s’attaque aux sujets difficiles, mal-être, rupture, maltraitance, viol et assassinat, réclusion, alcoolisme… dans une approche très noire, avec parfois des accents d’un Brel à la misogynie et misanthropie exacerbées.
    On ne sait comment le consoler de cette douleur de vivre cachée sous un sourire rageur (…) « Reste… Ouvre tes mains, tes bras, et embrasse-moi » Ça, c’est pour garder l’espoir après un récital qui vous laisse surpris(e), déconcerté, tremblant, mais ravi. »
    Pour l’écouter : https://www.youtube.com/playlist?list=PLjgARH5GHfS8hMiKjt6DbiO1iJeG_Z458

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives