Jean-François et Hélène Salmon : Heures inutiles | NosEnchanteurs

Jean-François et Hélène Salmon : Heures inutiles

HeuresJe partage assez peu de choses avec Christine de Suède mais j’aime assez cette citation tirée de ses Maximes et pensées : « Tout ce qui ne rend pas l’homme plus sage, plus fort ou plus heureux, est inutile. » C’est donc avec une certaine curiosité que je me suis penché sur l’ouvrage de Jean-François et Hélène Salmon : Heures inutiles entre Loire et Mer. J’y flairais déjà une contradiction.

J’ai dû me pencher trop, je suis tombé dans ce livre et je peine à en sortir. La ville de Nantes, sa région, les bords de Loire et de lointaines escapades offrent mille possibilités de balades, de rêveries, de découvertes, de rencontres. Les huit ou dix albums de chansons enregistrés par le couple nantais se retrouvent presque intégralement couchés sur un beau papier, près de textes inédits en vers ou en prose, illustrés de très beaux dessins au crayon de Jean-François.

Découvrir une chanson écrite, c’est faire le chemin inverse vers le poème et pénétrer davantage dans l’intimité de ces deux inséparables amoureux. Leur amour est vaste, il s’étend à la nature, au voyage, à l’humanité. Les mots de Jean-François et de sa muse sont parfumés, colorés, savoureux. Même dépourvus de musique, comme ces poèmes et proses de divertissement qui les accompagnent, ils nous prennent par la main et nous invitent à les suivre dans les rues de Nantes, à flâner sous les nuages ou les étoiles et à naviguer du fleuve à l’océan.

Heures inutEt puis, presque sans s’en rendre compte, on découvre le détail : les dessins des mascarons que le touriste ne remarque pas, le nom étrange d’un bateau, le coup de muscadet à la fraîche. Des souvenirs d’épaves ou de bagarres, d’amours perdus, de soufflets d’accordéon et de lumières dans la nuit. On se prend à dialoguer sur le temps, la guerre ou la misère ; on se surprend à répliquer aux calembours et à compléter une séries de jeux de mots. On accueille les compagnons des tendres jours qu’on a connu aussi et qui pourraient être les mêmes. On est tellement inséré dans ces pages qu’on a l’impression de bavarder avec les auteurs, d’être entré sans permission dans leur vie.

Lorsqu’on repose le livre, en se promettant d’y revenir bientôt, on se sent plus riches de partages, un peu plus sûr de soi et de son humanité et l’on demeure là, avec le sourire.

J’ai bien l’impression que c’est ainsi qu’on est plus sage, plus fort ou plus heureux et c’est pourquoi ces Heures sont loin d’être inutiles et si le titre frise la publicité mensongère, je m’en voudrais de m’en plaindre !

 

Heures inutiles entre Loire et mer, Jean-François et Hélène Salmon – Editions d’Orbestier, 2017 – 160 pages, 20€. Pour commander l’ouvrage, c’est icile site d’Hélène et Jean-François, c’est là. Ce que NosEnchanteurs a déjà dit d’eux, c’est et . Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives