CMS

Jacques Higelin « Je suis mort, qui qui dit mieux »

HIGELIN  Crabouif 1971J’suis mort qui, qui dit mieux 
Ben mon pauv’vieux, voilà aut’chose 
J’suis mort qui, qui dit mieux 
Mort le venin, coupée la rose 
J’ai perdu mon âme en chemin 
Qui qui la r’trouve s’la mette aux choses 
J’ai perdu mon âme en chemin 
Qui qui la r’trouve la jette aux chiens 

J’m'avais collé ‘vec une fumelle 
Ben alors ça c’est la plus belle 
J’m'avais collé avec une fumelle 
L’jour où j’ai brûlé mes sabots 
J’lui avais flanqué un marmot 
Maint’nant qu’son père est plus d’ce monde 
L’a poussé ce p’tit crève la faim 
Faut qu’ma veuve lui cherche un parrain. 

Elle lui en avait d’jà trouvé un 
HIGELIN Crabouif 1971 versoEh j’ai pas les yeux dans ma poche 

Elle lui en avait d’jà trouvé un 
Dame faut prévoir, en cas d’besoin 
C’est lui qui flanquera des taloches 
A mon p’tiot pour qu’il s’tienne bien droit 
C’est du joli, moi j’trouve ça moche 
De cogner sur un plus p’tit qu’soi. 

Cela dit dans c’putain d’cimetière 
J’ai perdu mon humeur morose 
Jamais plus personne ne vient 
M’emmerder quand je me repose 
A faire l’amour avec la terre 
J’ai enfanté des p’tits vers blancs 
Qui me nettoient, qui me digèrent 
Qui font leur nid au creux d’mes dents. 

Arrêtez-moi si je déconne 
Arrêtez-moi ou passez m’voir 
Sans violettes, sans pleurs ni couronnes 
Venez perdre un moment d’cafard 
J’vous f’rais visiter des cousins 
Morts à la guerre ou morts de rien 
Esprit qui vous cligne de l’œil 
Les bras tendus hors du cercueil 

Aujourd’hui je vous sens bien lasse 
Ne soyez plus intimidée 
A mes côtés reste une place 
Ne tient qu’à vous de l’occuper 
Qu’est c’que tu as ? oui, le temps passe 
Et le p’tit va rentrer de l’école 
Dis lui q’son père a pas eu d’bol 
‘L a raté l’train, c’était l’dernier 

Attend un peu, ma femme, ma mie 
Y’a un message pour le garçon 
J’ai plus ma tête, voilà qu’j'oublie 
Où j’ai niché l’accordéon 
P’t'être à la cave, p’t'être au grenier 
Je n’aurais repos pour qu’il apprenne 
mais il est tard, sauve toi je t’aime 
Riez pas du pauv’macchabée 

Ceux qui ont jamais croqué d’la veuve 
Les bordés d’nouilles, les tir à blanc 
Qu’ont pas gagné une mort toute neuve 
A la tombola des mutants 
Peuvent pas savoir ce qui gigote 
dans les trous du défunt cerveau 
Quand sa moitié dépose une botte de rose 
Sur l’chardon du terreau 
Quand sa moitié dépose une botte de rose 
Sur l’chardon du terreau

Jacques Higelin

Paroles et Musique Jacques Higelin. Extrait de l’album « Jacques « Crabouif » Higelin » ( Saravah 1971) Enregistrement en 2013 à la Fête de la Musique à Firminy.


C’est un album expérimental, avec de la pop psychédélique et un intrumental oriental, juste accompagné de quelques vocalises, Musique rituelle du mont des Abesses. Parmi les musiciens on relève les noms d’Areski et de Joël Favreau. L’illustration est de Jacques Higelin lui-même.
Sur les trois autres titres on entend la voix d’Arthur H alors âgé de cinq ans. Pour écouter l’intégralité de l’album, dont la version d’origine de Je suis mort, et le Tiens, j’ai dit tiens, minimaliste en musique et délirant en paroles, repris par Camille lors des obsèques d’Higelin, c’est ici. 

HIGELIN Crabouif 1971 présentation
Mon enfant dort 
Chut, il est mort 
Non, il vit 
C’est le roi qui pisse au lit 
Pompier, pompier 
J’ai des pompiers dans mon zizi 
Pompier, pompier 
J’ai des pompiers dans mon zizi 

 

 


 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives