CMS

David Assaraf « Si je n’aime la vie »

Assaraf david EP mai 2018J’ai rêvé cette nuit
D’un souvenir enfui
J’étais devant ta porte
J’espérais que tu sortes
Le ciel gorgé de pluie
Ton chignon comme un fruit
Que je pressais souvent
Je me souviens ce jour
Petite fée dans la cour
Si je n’aime la vie
J’aime encore ce moment
Je vois tes yeux qui brillent
On valsait dans bastille
Tes taches de rousseur
Qui m’arrachaient le cœur
La chaleur rue Sainte Anne
L’enfance qui se pavane
La vie était devant
Je me souviens ce jour
On n’a pas fait l’amour
Si je n’aime la vie
J’aime encore ce moment
On n’a jamais manqué
De s’passer à côté
Si tu vivais encore
C’est moi qui f’rais le mort
Dans ma mémoire tu nages
Dans tes fringues trop larges
J’m’accroche à toi dans l’eau
Je me souviens ce jour
Dans ce bar j’étais pour
Si je n’aime la vie
J’aime encore ce moment

David Assaraf

Paroles et Musique David Assaraf. Deuxième extrait, après l’inquiétant Juré craché sur vos tombes, de l’EP « David Assaraf » paru en mai 2018, prémices de son album « Ceux qui dorment dans la poussière » prévu pour cet automne.

Auteur et chanteur, David Assaraf a écrit ou composé pour  Sylvie Vartan, Arthur H, Keren Ann, Carmen Maria Vega, ou Matthieu Chedid (avec Lamomali, récompensée par une Victoire de la Musique). 
Rien d’étonnant à ce que Matthieu l’accompagne sur un autre titre de l’album, Papillons bleus, où leurs voix se répondent, tout en contrastes pour créer une atmosphère sombre et  angoissante « Tout au bout d’une nuit / Dorment nos silhouettes grises / Pâles squelettes qu’un vent brise / Nos corps rouillés qu’on remise / Où que tu sois / Si quelques papillons bleus / Tournent sur toi / Sache que je suis parmi eux »
Sa chanson Et que rien ne m’éveille, est une déclaration d’amour à Otis Reding, comme un mélancolique et langoureux dernier slow « Je veux que tu vives en musique / Je veux porter ta voix / Je veux voir ta gueule de clown triste / Je veux encore danser le twist / Je veux nous coucher tard »

David est également comédien et metteur en scène, par exemple avec L’échange de Paul Claudel pour le Théâtre du soleil à la télévision.

Nul étonnement donc à lui voir interpréter ces chansons d’amour et de mort comme des séquences cinématographiques qui touchent et séduisent. La voix grave et enveloppante, les mots précis et évocateurs font le reste. On attend l’album !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives