CMS

Marie Laforêt « Toi qui dors »

LAFORET Marie album 3 1967Chaque soir, dès que revient la nuit
Dans mes rêves je m’enfuis
En liberté, je vis ma vie
Tu ne t’en doutes pas
Toi qui dors près de moi
Loin d’ici et de ces quatre murs
Je m’en vais à l’aventure
Le monde s’ouvre devant moi
Un monde où tu n’existes pas
Toi qui dors près de moi 


Marie Laforêt

Paroles Gilles Thibaut, Musique Ewan MacColl. Extrait de l’album « Volume 3 » (1967)

Histoires de chansons… Les incunables de Marie Laforêt.

Dans cet album figure Manchester et Liverpool, dans l’air du temps ; une chanson composée par Joe Dassin sur un texte à l’allure trad. de Jean-Michel Rivat :  Siffle siffle ma filleune vraie chanson traditionnelle, Aux marches du Palais, et plusieurs reprises en français de succès anglo-saxons : Marie douceur-Marie colère reprend la musique des des Rolling Stones (Paint in black)  sans que les paroles de Michel Jourdon, qui lui a écrit plusieurs textes à l’époque, soient une traduction, La voix du silence c’est bien sûr Sound of Silence de Simon & Garfunkel, très adaptée par Pierre Saka, ou Pourquoi ces nuages  d’après le texan Shawn Phillips.

Mais c’est « Toi qui dors » sous-titré « The ballad of The Carpenter », musique de Ewan MacColl, qui a une histoire particulière. Le texte de cette ballade folk dédié à Jésus, héros social, n’a rien à voir avec le texte en français écrit par Gilles (Lucien) Thibaut (l’auteur de Comme d’habitude ou de Que je t’aime). 

La musique a été chantée avec un texte différent, auteur inconnu, Ma mère, inédit, d’inspiration traditionnelle, bien différent du texte assez libertin de Toi qui dors. La chanson a été filmée lors de la première de Bienvenue chez Guy Béart, le 2 novembre 1966, s’accompagnant à la guitare (émouvant d’entendre le « aïe » lorsque ses doigts dérapent légèrement). Trois autres chansons y furent chantées, la Petenera, V’la l’bon vent et Barb’ra Allen, du folk dans toutes les langues. Le principe de l’émission était l’improvisation en direct devant un parterre de jeunes participants, dans une ambiance cabaret. Voici le début des paroles :

Ma mère quand le printemps reviendra
C’est que l’air sera plus doux
Dis-moi que mon amour viendra
Dormir à mes genoux, dormir à mes genoux



Une réponse à Marie Laforêt « Toi qui dors »

  1. Michel Trihoreau 7 novembre 2019 à 6 h 02 min

    Guy Béart a été le créateur en 1966 du concept « Bienvenue », émission « bio », en direct, avec tous les risques. Il invitait beaucoup de chanteurs et chanteuses, mais aussi des écrivains, des musiciens, des artistes de tous genres qui échangeaient entre eux. Le concept a été repris plus tard par Jacques Chancel et son « Grand Échiquier » (1972-1989) dont Anne-Sophie Lapix donne aujourd’hui une réplique, avec l’avantage du direct et d’une bonne tenue, mais trop polluée par le strass du show-biz. On n’est plus dans la proximité conviviale de « Bienvenue » ou même de l’émission de Chancel, mais l’environnement rappelle trop celui de Patrick Sébastien ou de Nagui.
    Entre 1983 et 1986, Roger Giquel avait créé « Vagabondages », un autre concept qui donnait la part belle à la chanson intelligente.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives