CMS

Le Mégaphone tour à Venelles, heureuses les Pénélope qui font de beaux voyages

Gisèle Pape, Céline Ollivier et Sophie Maurin Venelles ©Cath.Laugier

Gisèle Pape, Sophie Maurin et Céline Ollivier et Venelles Photos ©Cath.Laugier

MJC de Venelles, 26 février 2022,

Cet année le festival itinérant le Mégaphone tour présentait trois artistes féminines, Sophie Maurin, Céline Ollivier et Gisèle Pape, chacune avec un univers très personnel, mais qui se sont révélé avoir en commun le goût du voyage…

Sophie Maurin a une formation de pianiste classique puis jazz, a commencé à écrire ses textes et composer en mixant des inspirations de musique savante autant que de pop, dans les années 2010, dans une écriture poétique sous forme piano/voix/violoncelle.
Peu prolixe en albums, Sophie qui se posait déjà la question avec
Far away, a choisi les voyages et les concerts pour nous distiller son énergie. Avec sa voix claire qui se voile sous les émotions, elle sait faire couler sur nous ses notes de piano comme une eau fraîche. Son amour pour les voyages vient de ses souvenirs d’enfance avec son grand père, qui a accompagné tant Tazieff dans ses volcans, que Cousteau dans ses plongées. C’est là qu’elle l’accompagne, enfant, à Djibouti à la recherche de Poisson d’or, une superbe ballade qu’elle nous peint comme un tableau.

Sophie Maurin Venelles 02 2022 ©Cath LaugierAprès son premier album récompensé en 2014 (coup de cœur Charles Cros, quatre clés Télérama), Sophie prépare pour l’automne 2022 un nouvel album, Longitudes, carnet de bord entre Paris et Melbourne qui explore des émotions (solitude, éloignement, attente, manque) au gré de voyages réels ou imaginaires. Des distances qui se mesurent plutôt en heures, des « Des kilomètres de solitude ».C’est à la fois un périple autour de notre planète et de ses sentiments dont elle nous fait part, suivant son amant du bout du monde.,« Nos corps restent raccord du sud au nord / Entre nos cœurs en cavale et nos heures horizontales » au souffle de son aimé, « Sur le tempo de tes tympans » .
Ambiance sidérale et lumière violette, Sophie armée de son seul clavier et de son pupitre électro, conte minute après minute son trajet Paris (48°50N -2°20 E) Melbourne, avec ses notes en suspense, qui enflent… embarquement immédiat.
Jusqu’au
Kamtchatka, péninsule du Grand Nord au bout de la Russie au milieu des volcans, seulement peuplée d’ours « Dépêche mais dépêche toi, je ne suis pas tendre quand j’ai froid » . Et plus loin, plus haut encore vers la station à Baïkonour, sur les traces de Peggy Wilson, l’astronaute : « J’atteins la station d’acier / Où seize fois par jour le soleil meurt ». Un tour du monde se déroule dans vos oreilles et bientôt dans vos yeux, via le miracle de votre cerveau.

La page facebook de Sophie Maurin, c’est ici. Ce que NosEnchanteurs en a déjà dit, là. 
« L’astronaute » Image de prévisualisation YouTube

Céline Ollivier Venelles 02 2022 ©Cath LaugierGrande jeune femme mince, élégante, discrète, Céline Ollivier se présente sur scène avec sa seule guitare. Son album Sirocco sorti en 2021 comporte huit chansons qui à nouveau vous emportent en voyage, dans un style plus folk que sa consœur précédente. Son album précédent en 2017 s’appelait déjà Grands espaces, et dès sa première chanson, elle nous l’affirme, Je mets les voiles. Là encore, elle revendique sa liberté, « D’aussi haut que brillent les étoiles ». C’est encore aux Etoiles, dans ce lieu chaleureux du dixième arrondissement de Paris, au concert de la chanteuse Dany, qu’elle décide d’écrire Pour la peine après les attentats du 13 novembre, avec cette voix modulée, grave, réconfortante, un vrai baume contre les peines, les cris, les sirènes. Toutes chansons lumineuses, faites pour se ressourcer, à deux « Ne t’arrête pas, ne me laisse pas », reprendre son souffle dans une rivière douce. Pour rassurer, réchauffer « Je prends les clous, je traverse la rue », monter consoler « c’est haut, chez toi, les Pyrénées ». Ou pour retrouver les absents, lorsque les vivants semblent ailleurs, avec la chanson titre, Sirocco, interprétée au piano. C’est un concert de tendresse un peu mélancolique, d’une beauté merveilleusement enveloppante, fait pour essuyer les larmes. On en sort avec, justement des étoiles dans les yeux, et l’envie de serrer son prochain sur son cœur. Et ça fait du bien.

Le site de Céline Ollivier, c’est ici. Ce que NosEnchanteurs en a déjà dit, là.
« Sirocco » Image de prévisualisation YouTube  

Gisèle Pape, dont nous vous avons présenté l’album Caillou,  est notre troisième voyageuse, sweat et casquettes, à ses machines électro. Le voyage se fait au sein d’une terre sauvage altérée par l’homme, qui nous échappe de plus en plus. Nul message au premier degré dans ce périple aérien à l’originale poésie, où l’angoisse se partage avec l’espoir. Où l’on s’invente des mondes imaginaires, plus haut, plus loin : « et le vertige / devient réel / risquer la chute / gravir nos rêves / Flashés par le vide / nous nous arrêterons / à l’irraisonnable imagination ».

Gisèle Pape Venelles 02 2022 ©Cath LaugierBeaucoup d’âme dans ce parcours de La plaine où l’on se réfugie, aux mots qui se scandent sur des musiques évocatrices de la lente ouverture à l’autre, « l’indien aux yeux clairs » qui la fera sortir de sa Bulle : Tu hausses les cils, traverse l’air/ à ta venue j’oscille, je cherche à taire / tes mots brisant ma sphère, tes gestes découpent / l’espace qui me protégeait de tout ». Sensible, fragile, elle traduit dans un ample, résonnant et angoissant mouvement les mots et les gestes qui agressent sa Peau fine, ombres que seules les légères Lucioles peuvent éclairer.
Singulière, complexe, Gisèle Pape a su réaliser la fusion d’un chanson éternelle, tendance trad, et d’une musique créative contemporaine, où l’orgue électronique prend la même ampleur que les tuyaux sonores d’antan, quand il ne laisse pas place aux notes les plus subtiles, ponctué des cordes de la guitare.
Moissonner, une chanson plus ancienne chantée en rappel, est typique de ce mélange intemporel.

Le site de Gisèle Pape, c’est ici. Ce que NosEnchanteurs en a déjà dit, là.
« Moissonner » Image de prévisualisation YouTube


Actualités :

Du 19 au 25 juin ont lieu les évènements de fin d’année de la MJC : concert, exposition de peinture, représentations théâtrales. Les cours s’arrêtent le 24 juin et reprennent le 5 septembre. La MJC qui rouvre le 1er septembre sera présente au Forum des Associations le 3 septembre à Venelles.
Les inscriptions pour l’année prochaine se font jusqu’au 30 juin. Détails sur le site. 

Le programme chanson 2022-2023 de la MJC Allain Leprest est déjà annoncé, prenez vos marques, c’est de l’excellence !

Samedi 10 septembre 2022 : Gérard Morel « Et la guitare qui l’accompagne »
« Nul n’est besoin de présenter ici Gérard Morel, grand croqueur de rimes et de notes, ogre tendre, artisan de chansons d’amours savoureuses, de Chants primesautiers, » nous dit Francis Panigada. Alors on n’en rajoutera pas, venez !

Samedi 1er octobre 2022 : Frédéric Bobin et Michèle Bernard en « Balades croisées », cela faisait un moment qu’on les attendait ensemble ! En accordéon/guitare, on part en voyage entre folk et chanson française :  En première partie l’enchanteresse Louise O’sman.

Samedi 19 novembre 2022 : Jourdàa « Debout dans l’univers ». Coup de cœur à Avignon 2021 : « Jourdàa a du poète les images hardies, du hip-hop les sonorités, du danseur la grâce, de l’acrobate l’aisance, de l’homme le vivant. Ne le ratez pas. »

Samedi 4 février 2023 : Pascal Mary « Du vide plein les poches », mais ni dans la tête ni dans le cœur. « Parce que Pascal Mary c’est ça, une puissance caustique qui n’épargne personne, et tout mêlé un romantisme torride-et-doux qui vous fait verser des larmes. La voix qui caresse et qui porte. La mélodie et le texte. Le salé et le sucré, le yin et le yang, c’est pour cela qu’on se reconnaît tellement en lui »

Samedi 4 mars 2023 : Gildas Thomas « La mousson et le crachin », nouvel album. Depuis le temps qu’on attendait son retour en solo ! Gildas Thomas n’a rien perdu de cette voix acide, au service de textes tout autant affûtés pour dénoncer les absurdités de nos sociétés. Mais sa voix prend aussi des arrondis plus doux à l’ écoute, quand elle se met avec tendresse au service des essentiels, premiers de corvées plutôt que de cordées…

Samedi 8 avril 2023 : Corentin Coko  »Coko un nom d’oiseau », nouvel album en septembre. Chantant contre l’oubli, du cri du poilu à celui du communard, Coko, incisif et joyeux, fait vivre le patrimoine de la chanson, celle qui en a à dire. Auteur-compositeur-interprète, accordéoniste, pianiste, il mêle la poésie à l’amour et à l’engagement. 

Samedi 6 mai 2023 : Anodine « Un duo disto poétique », c’est une chanson rock-électro à texte recherché, presque philosophique, rageuse, brûlante et percutante, avec un joli jeu d’acteurs, tendance Bashung ou Thiefaine.  (Dans le cadre du dispositif  Quart2Tour)

Samedi 3 juin 2023 : Véronique Pestel « Paroles de sages, femmes de paroles ». Les mots de femmes libres, Yourcenar, Colette, Simone Weil, Harendt, Mnouchkine… et les siens, 

Le site de la MJC Allain Leprest à Venelles, c’est ici.

Michèle Bernard & Fred Bobin « Quatre-vingt beaux chevaux »… Image de prévisualisation YouTube
Pascal Mary « Amoureux » Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives