CMS

La bise à Bécaud

2011 est décidément l’année des commémorations. Il y a celle, écrasante, de Brassens. Mais d’autres morts fameux cognent aussi au bois de leur cercueil. Comme Yves Montand il y a quelques jours. Comme, c’est son tour, Gilbert Bécaud, décédé le 18 décembre 2001. Le « Monsieur 100 000 volts » de la chanson est, depuis sa disparition, en court jus. A croire qu’il est vraiment mort. On ne l’entend plus, on ne le chante pas. Par pudeur, par décence, ne m’objectez pas la Star Ac’ et son Orange pressée…
Warner va tenter de ressusciter Bécaud, le temps d’un cédé, pas même 33 tours, avec la crème de ses actuels vendeurs : Luz Casal, Alain Souchon, Olivia Ruiz, Julien Clerc, Alex Beaupain, Renan Luce, Serge Lama, Lynda Lemay, Bénabar en duo avec Gérard Darmon… Même Ayo, Anggun et Peter Cincotti pour chacun un titre… en anglais : un disque français sans anglais n’étant, sachez-le, plus vraiment un disque. Même Eddy Mitchell et Johnny Hallyday, l’un en semi-retraite, l’autre en coma dépassé, sont du lot. Même Patrick Bruel, preuve supplémentaire que Bécaud est vraiment mort.

Gilbert Bécaud mérite sans doute mieux qu’une opération commerciale sans âme, sans lendemains. A la condition toutefois de se remettre dans l’Histoire, dans le contexte, Bécaud est un des très grands de la chanson, qu’il a bousculé sans ménagement, par une audace que bien peu de jeunes artistes sauraient encore se permettre. Bécaud est boule d’énergie, chien dans le jeu de quilles du conformisme. Le rock n’est pas encore né, en tous cas pas en France et ce chanteur fou est exutoire. En février 1955, quatre mille jeunes, emportés par son énergie, ravagent l’Olympia, en cassent les sièges et ruinent les vitrines voisines : la séance est d’anthologie, la note à payer aussi. Savez-vous qu’en 1957, au sortir d’un nouvel Olympia (il en fera 33 !), le théâtral Ionesco écrira de lui : « La banalité, l’imbécilité des paroles et de la musique sont aggravées, chez Gilbert Bécaud, par sa voix. Une voix qui ne vient ni de la tête, ni de la poitrine, mais de très bas, du ventre ou du gros intestin, une voix non pas langoureuse mais visqueuse, entre la défaillance et la convulsion » ? Olivia Ruiz et sa voix acidulée peuvent reprendre Les tantes Jeanne, ça n’aura jamais la pétillance, le culot d’un Bécaud dans une société engluée de convenances, catholique, coincée du cul, gaulliste à outrance. Nathalie, dont le Kremlin a du se féliciter (après beaucoup de suspicion tout de même), est née au plus froid de la guerre froide. C’est sur un négro-spiritual qu’il créera L’orange, en 1964, après avoir vu à la télévision un reportage sur le lynchage d’un noir par le Ku Klux Klan : c’est, à ma connaissance, la première chanson intentionnellement anti raciste et anti xénophobe française (deux ans avant Les crayons de couleur d’Hugues Aufray ; treize ans avant Lily de Pierre Perret).
On n’en finirait pas d’écrire sur Bécaud. Ce ne peut être l’objet de ce blog et je vous renvoie facilement sur les ouvrages de références (dont Chorus n°3 du printemps 1993, dossier de Marc Robine). Et vous invite à réécouter Gilbert Bécaud, d’une oreille fraîche, aussi alerte que la plupart de ses chansons. Ça vaut largement le coup !

Image de prévisualisation YouTube

11 Réponses à La bise à Bécaud

  1. Serge Llado 15 novembre 2011 à 14 h 50 min

    A propos de Monsieur 100.000 volts, vous étiez au courant ? : en 1962, il avait piqué Janet la 1ère femme de Claude François. C’est quand même un signe, non ?

    Répondre
  2. Jean Théfaine 15 novembre 2011 à 15 h 24 min

    Bravo Michel pour ce coup de projo sur un artiste incroyablement placardisé.

    Répondre
  3. Norbert Gabriel 15 novembre 2011 à 15 h 34 min

    Il a chanté aussi sur un texte de Vidalin (un des auteurs les plus riches de la chanson francophone) une formidable chanson « L’indien » : un sommet !
    Et aussi dans ses grandes chansons, il y a « La vente aux enchères », superbe avec le célèbre « Monsieur Pointu » (s’il vous plait !)

    http://www.dailymotion.com/video/x1vecs_becaud-gilbert-monsieur-pointu_music

    Répondre
  4. Norbert Gabriel 15 novembre 2011 à 15 h 43 min

    el « l’indien » c’est là
    http://www.dailymotion.com/video/x7buxy_gilbert-becaud-l-indien_music

    je ne me lasse pas de cette formidable chanson

    Répondre
  5. Norbert Gabriel 15 novembre 2011 à 16 h 21 min

    On peut aussi noter que Ionesco s’est rétracté de ses propos assez incompréhensibles, pour la voix, chacun son point de vue, mais pour un des premiers succès de Bécaud « Mes mains » on ne peut pas dire honnêtement que les paroles sont imbéciles

    « Mes mains dessinent dans le soir
    La forme d’un espoir
    qui ressemble à ton corps… »

    C’est superbe non ??

    Répondre
  6. Odile 15 novembre 2011 à 21 h 39 min

    Je suis contente, Michel, que vous parliez de ce chanteur que j’aime toujours, et que, oui malheureusement, on n’entend jamais sur les ondes.
    Complètement oubliées, disparues, « L’indifférence », « Quand il est mort le poète », « Je t’appartiens », « Je reviens te chercher », « L’important c’est la rose », « Les cerisiers sont blancs », « Nathalie », « La solitude ça n’existe pas »…
    Hier justement j’ai réécouté toutes ces belles chansons, avec toujours autant de plaisir.
    Je ne vois pas bien comment d’autres chanteurs pourraient interpréter ses succès…

    Répondre
  7. Pol de GROEVE 15 novembre 2011 à 22 h 32 min

    Son oubli ne viendrait-il pas du fait que Bécaud était avant tout un homme de scène ? Ses chansons « studio » ont bien souvent fort vieilli du fait de leur orchestrations, alors que ses disques en public tiennent bien mieux le coup. Guère étonnant dès lors qu’elles ne soient plus trop diffusées.
    Le même constat peut d’ailleurs être fait pour Montand-chanteur, bien tombé dans l’oubli.

    Répondre
  8. Christian Camerlynck 18 décembre 2011 à 15 h 30 min

    Les chansons n’existent que quand elles sont chantées. On peut tout à fait aimer un auteur, mais je vous assure cher Odile que plein d’artistes professionnels ou amateurs peuvent chanter les succès ou pas des auteurs compositeurs interprètes. Bécaud était un grand ; son œuvre est plus grande encore… même non chantée par lui. Merci à toi Michel

    Répondre
  9. Gérard Classe 18 décembre 2011 à 16 h 33 min

    Monsieur 100.000 volts devait se produire à Kemper au Pavillon en 1998. Pour préparer sa venue, Le Télégramme m’a fait ce bonheur d’aller l’interviewer quelques semaines plus tôt à l’Olympia. Reçu comme un prince dans sa loge en tête à tête un long moment, avant le lever du Rideau rouge. Et, ô suprême délicatesse de sa part, invité à la collation d’après spectacle. Un moment inoubliable. Hélas… il n’a pu se rendre à Kemper. Déjà des craintes…

    Répondre
  10. juliette 18 décembre 2011 à 22 h 00 min

    Bécaud, c’est toute ma jeunesse ! Le premier qui bougeait… et des chansons superbes… Il mérite mieux qu’un hommage furtif. Un petit cd en passant… Malgré ça je l’ai demandé au père Noël !!!

    Répondre
  11. Danièle Sala 13 juin 2013 à 16 h 49 min

    Ah ! les tantes Jeanne ! La vente aux enchères , L’Indien , mes mains …J’ai bien fait de passer par là . Bécaud de ma jeunesse , et des nuits entières à l’écouter à la radio , lors de la retransmission de ses spectacles à l’Olympia . Et oui, en ce temps là, la radio aimait les belles chansons et Bécaud . Et c’est vrai qu’en cette année 2011,anniversaire de sa mort , le courant était coupé pour monsieur 100 000 volts . Allez, je remets ça , pour le plaisir , je ne m’en lasse pas de Bécaud :
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=XvKHrbh0F_w

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives