FestiFaï 2012 : BATpointG, l’homme au poitrail d’accordéon | NosEnchanteurs

FestiFaï 2012 : BATpointG, l’homme au poitrail d’accordéon

Bath Bat et son point G (photo Lucas Garcia)

Baptiste, c’est BATpointG, le point de gravité, jouissance du mot et résonance de son instrument : c’est l’homme-akkordéon, au poitrail ceint d’un chromatique puissant et de ses touches qui d’emblée en imposent : « Entre les mains une machine à écrire / J’deviens dactylo lorsque la vie m’inspire. » Baptiste, c’est bath, « voyage avec ce piano d’un autre âge. » Parfois seul, parfois pas : avec Mister Jack, son acolyte, tous deux issus qu’ils sont du groupe Les Grosses papilles. Jack est à la batterie, autre bat. Sur batterie aussi, à l’évidence, énergie démultipliée. Et sons étranges… Leur trip, un hip-hop issu de la chanson, et qui y revient comme on vient boire à la source, ressource naturelle. BATpointG a de l’allure, carrure qui en impose, voix séduisante et forte, qui muse en musette histoire de suggérer l’Yvette. Il a le verbe haut. Et la verve, qu’il secoue comme il le fait de sa boîte à frissons. Il est d’Hyères et d’aujourd’hui. Après des années parisiennes (« Et même au bout du RER / Tu trouveras pas la mer… »), il est revenu à bon port, à nouveau son épicentre. De là, il observe le monde qu’il restitue en flopées de mots, forcément gourmands, jamais tout à fait satisfaits. Des chroniques de  ie, où l’autoportrait n’est pas absent, en bipolaire qu’il dit être, homme aimant… Il y a du beau texte chez BATpointG, comme cet hommage aux petits lieux de chanson qui n’est pas fait pour déplaire à l’ami Trihoreau*, « des salles des fêtes faites / pour que les gens fassent la fête / des soupapes où les gens se vident la tête. » Autre hommage, celui à Bashung, par l’élégante reprise de Ma petite entreprise, celle qui, comme on sait, « ne connaît pas la crise. » Et des choses parfois étonnantes. Comme Faire juste une note, où l’invraisemblable Mister Jack tient effectivement une note, une seule, autour de laquelle s’organise une chanson… Ou cette autre, longue litanie d’initiales martelées, scandées, sentencieuses… Ça fait son effet.

On retrouvera bientôt ce grand gaillard de BATpointG de partout. L’avenir lui appartient. Il a suffit que Didier Varrod parle de lui un matin sur Inter pour qu’on déroule le tapis rouge sur cet homme-accordéon. Et que Sterne le signe, pour un album à sortir en début 2013.

Le myspace de BATpointG, c’est ici.

(*) Auteur du best-seller « La Chanson de proximité »

 

 

Une réponse à FestiFaï 2012 : BATpointG, l’homme au poitrail d’accordéon

  1. vagabond celeste 7 janvier 2013 à 16 h 12 min

    lettre à Simon Gauthier, conteur

    http://www.enracontantpierrot.blogspot.com
    http://www.reveursequitables.com
    http://www.demers.qc.ca
    chansons de pierrot
    paroles et musique

    1- MON ARRIÈRE GRAND-PÈRE

    Cher Simon,

    C’est au crépuscule d’une vie d’artiste qu’on voit surgir au fond de soi ces quelques légendes familiales hors temps, hors réalité, hors servitude, qu’on réserve pour ses petits enfants, comme un héritage de poésie au quotidien.

    Enfant, je demandais souvent à mon grand-père de me raconter comment c’était quand il était petit comme moi. Y commençait par dire: si y avait pas eu l’accordéon à pitons de ma mère, y a des Noel qui auraient été ben tristes. Y prenait une grande respiration pour dire l’essentiel en un minimum de mots pour qu’un jour je le conte moi aussi quand je serai vieux. Y me disait: Moi je le raconte parce que je l’ai vécu, toi, un jour, tu vas le conter parce que je te l’ai raconté.

    Mon enfant, qu’y disait, ton arrière grand-père déblayait de la neige sur le toit. Y est tombé pis y s’est transpercé le corps par un bout de piquet de clôture. Dans ce temps-là, c’était le bois et y avait pas de médecin. Le soir de Noel, y dit à ma grand-mère: sors ton accordéon à pitons, joue de la musique pis fais danser les enfants pour m’aider à passer à travers. Et mon grand-père Lucien de dire: Je revoit encore ma chère mère, la pipe à la bouche, une larme au coin de l’oeil, l’accordéon à pitons, pis nous autres les frères et soeurs faisant une ronde en pied de bas. C’est la musique qui nous a sauvé du désespoir mon petit gars.

    Aujourd’hui, Simon, je réalise que mon grand-père Lucien avait raison. J’aurais aimé te raconter l’histoire de l’accordéon à pitons de mon arrière grand-mère. Mais j’essaye de pas trop mettre de mots boutte à boutte pour ne pas trahir la légende de l’arrivée de la musique dans la famille Rochette

    Pierrot

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives