CMS

Les Garçons trottoirs : la chanson mise à nu

Leur blaze ? C’est parce qu’ils font plus souvent le trottoir que la tournée des Zéniths. D’ailleurs ils aiment bien : eux se disent « musiciens du bitume » et excellent dans les concerts acoustiques de rue. Bon, de là à ce qu’ils se mettent à poils (avec un « s » vu la pilosité de certains) pour attirer, mesdames, votre regard dans les bacs à disques, c’est une autre histoire, un message subliminal peut-être, appel au partenariat féminin ou supplique à not’ Ministre de la culture pour qu’elle sache que bientôt les artistes de chansons finiront tous ainsi, dans le froid et l’effroi.

Les Garçons Trottoirs existent depuis six ans et, bien que nous pouvons na pas les connaître, ils ont vendu déjà plus de six mille albums et fait plus de 300 concerts, largement de quoi, soit-dit en passant, s’acheter slips, jeans et tee-shirt au moment des soldes. N’insistons pas.

Leur truc c’est la chanson dans sa presque épure (nue, mais j’ose pas le dire) : juste de bonnes chansons bien construites avec un minimum d’instruments et pas d’électricité (c’est un choix : eux c’est la bougie !). Et quels instruments ! Dobro et ukulele, contrebassine, cajon, shaker, quinto, cloches et mélodica. Avec toutefois un zeste plus classique de guitare, trompette et accordéon et, pour l’enregistrement de ce disque, cet instrument impie qu’on branche dans la prise : une basse électrique ! Pas de ligne directrice sur les textes, de thématique : la qualité est le seul point commun, l’objectif constant. Y’a quatre belles voix masculines à exploiter et les titres s’y emploient judicieusement. Ça commence par une chanson stylée western qui appelle à vivre ailleurs, ça se poursuit dans une même dynamique pour interpeller une copine qu’il faut trouver coûte que coûte… ça appelle à se mélanger, mâles et femelles, ça proclame avoir le chic, ça appelle à l’amour pour ne plus jouer au maudit « sans amour dans ma vie », ça consomme et puis ça jette (tiens, le père Dutronc a jadis chanté la même chose ou presque)… C’est très classe et on peut convoquer, pour en parler, le banc et l’arrière ban de tous ces boys-band « à textes » des dernières années : les Victor-Racoin, Frères Brothers, Pow Wow, Poubelles boys et autres encore. Ainsi que pas mal de ces groupes de musique dite « festive » qui font florès de nos jours. En fait le « produit » qu’aiment particulièrement les saisons culturelles : même méconnus, ça séduit à coups sûrs les publics… en de confortables salles aux fauteuils moelleux, pas forcément sur le trottoir. Et en tenue de soirée, même s’ils se revendiquent naturistes de la chanson.

« Rien ne va plus » disent-ils pour se faire plaindre : je crois qu’au contraire, pour eux, tout va bien. Ce disque est agréable à l’écoute, bonne surprise posée sur la platine. Vous n’en regretterez pas l’achat.

Les Garçons trottoirs, Rien ne va plus, Les productions du pavé/L’Autre distribution, 2012. Le site des Garçons trottoirs c’est ici. Image de prévisualisation YouTube

 

 

Une réponse à Les Garçons trottoirs : la chanson mise à nu

  1. Danièle 16 décembre 2012 à 19 h 24 min

    Oui, je les aime bien ces garçons …Même habillés ! c’est joyeux et ils ne se prennent pas au sérieux . Tout à fait le genre de musique à écouter quand on a pas envie de se prendre la tête .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives