CMS

Erwens, l’ivre de la jongle

A quelques rares exceptions près, les recueils de textes de chanson m’ennuient rapidement. La chanson est faite pour être écoutée, la poésie pour être lue. Le mariage entre les deux est  (rayez les mentions inutiles) : formidable – souhaitable – aléatoire – malvenu.

Erwens, pour autant que je le devine, n’a pas de prétention poétique. Il fait des chansons toujours honorables, souvent réussies, parfois excellentes et c’est avec sa musique qu’il faut l’écouter et mieux encore sur la scène qu’il faut le voir.

L’auteur prévient : « Je n’ai pas voulu mettre des textes de chanson les uns derrière les autres, chacun a son vécu, des traces de sueurs ou de cambouis parfois, des morceaux de cœur sortis de l’intérieur ou des éclats de rires ou de colère, et les jeter en pâture comme ça me semblait trop cruel ! » L’avertissement est alléchant. Il n’a pas voulu faire ce que je n’avais pas envie de lire ! Nous étions donc d’accord, je pouvais entamer L’ivre de la jongle  en toute quiétude. L’assemblage fantaisiste de morceaux de recueil et de biographie est parsemé d’Erwenseries, aphorismes cocasses où l’auteur jongle avec les mots et avec leurs sens. Réflexions, souvenirs et anecdotes permettent de découvrir un chanteur attachant qui, faisant fi des images attendues, nous fait partager les véritables coulisses du métier. Il lui a fallu beaucoup de recul, d’humour et parfois  d’autodérision pour livrer avec une rare honnêteté, sans forfanterie ni gémissements, ses créations  dans leur contexte.

Agréable à lire, on peut même le prendre au hasard des pages, revenir en arrière ou pousser plus loin, est un témoignage aussi modeste que précieux dans l’aventure de la chanson vivante.

Erwens, L’ivre de la jongle,  éditions Edifree, 25€ port compris. Le site d’Erwens c’est ici. Erwens est également le chanteur du groupe Callypige qui interprète avec une tonique fidélité les chansons de Georges Brassens. Discographie : Erwens : Contes à rebours, 2010 ; Callypige : Les Ricochets. Lire sur NosEnchanteurs un précédent billet sur Erwan : c’est là.

Image de prévisualisation YouTube

 

4 Réponses à Erwens, l’ivre de la jongle

  1. Sarti 9 janvier 2013 à 16 h 34 min

    Un article à lire et une chanson superbe à écouter, très profonde… Que dire de plus : Erwens est un « ami » de tous les jours aussi et son groupe le prouve bien : bravo l’artiste.

    Répondre
  2. Marie 6 mars 2013 à 10 h 03 min

    Très bel article, très belle chanson, très bel artiste ! … et tellement en accord avec le titre de votre page.

    Répondre
  3. SHNEIDER Elise 6 mars 2013 à 10 h 49 min

    Bien sur que si Erwens est un grand poëte sensible et généreux. J’ai acheté et lu ce livre et j’ai adoré. C’est un genre nouveau qui peut se prendre aussi bien dans le TGV, à la plage, ou dans son salon. Facile qui nous permet de lire et d’apprécier ses textes, et qui nous donne envie de le voir en concert. D’un intêret certain pour son parcours que nous ne connaissions pas.. plein d’humour parsemé de recettes originales, un tout dans un tout, amusant reposant de la détente assurée; En ces temps difficile pour les varitables artistes, rare de découvrir ces textes forts et touchants nous lui souhaitons du courage dans ce monde de brutes! Chapeau l’artiste!

    Répondre
  4. bernadette mouret 6 mars 2013 à 18 h 34 min

    agréable à lire ! livre original par ses textes fantaisistes , subtils et enjoués mais aussi touchants de générosité et de sensibilité . Ce recueil ou se dévoile un humour élégant porte bien son titre révélateur !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives