Gauchy 2013 : où vont-ils dénicher la chanson ? | NosEnchanteurs

Gauchy 2013 : où vont-ils dénicher la chanson ?

D'irrésistibles Dénicheurs (photo Emilie Polak)

D’irrésistibles Dénicheurs (photo Emilie Polak)

Les Dénicheurs, 4 février 2013, festival Les Voix d’hiver, Maison de la Culture et des Loisirs, Gauchy,

Qu’ont-ils donc déniché de si particulier, d’incroyable, pour se parer du titre de Dénicheurs ? Rien, sinon remonter la source de la chanson et d’y boire goulument. C’est le genre de groupe qu’on mettrait bien dans la case « animation en club du troisième âge » et c’est la classe autant que le mérite des Voix d’hiver de nous les placer sur la grande scène, au contact du tout public qu’ils méritent. Car ça vaut le jus, ça mérite une oreille. Les deux, même. Grosso modo, ils nous chantent ce qu’on chantait dans l’entre deux. Bruel l’a déjà fait, me direz-vous. Certes, mais sans conviction, juste pour payer ses jetons de poker et pas avec ce talent-là. Renaud aussi, avec son P’tit bal du samedi soir, nettement plus convaincant..

Valéry Dekowski, le chanteur, tout gominé, yeux exorbités, beau gosse, l’allure fripouille, physique à la Dario Moreno, va vous charmer de sa belle voix, vous affoler, vous émoustiller. Le répertoire est d’époque vous dis-je et la condition faite aux femmes n’était pas celle de nos temps dépravés : l’homme n’était que torrent de poésie (oh ! Quand on s’promène au bord de l’eau, chantée jadis par le beau Gabin !) et la femme sagement obéissait, soumise comme il faut, cachant avec coquetterie ses petits bleus et autre hématomes. Temps bénis que Dekowski et ses acolytes Manu Constant à la guitare et Olivier Riquart au piano à bretelles restituent avec talent et plaisir évident. C’est presque travail d’ethnologue que d’exhumer, de dénicher, de telles chansons : du Dorville, du Fréhel, de l’Ouvrard père… que de fameux millésimes, interprétés ici avec le bagout, le trémolo, le tempérament, les arguments qui conviennent : « Tel qu´il est, il me plaît / Il me fait de l´effet / Et je l´aime / C’est un vrai gringalet / Aussi laid qu´un basset / Mais je l´aime / Il est bancal / Du côté cérébral / Mais ça m´est bien égal / Qu´il ait l´air anormal. »

Les deux musiciens, en délicieux imbéciles, mettent en exergue notre bel hidalgo qui peut débiter ce qu’il veut : la salle est séduite, acquise, prête à tout entendre, même si elle n’était venue que pour le chanteur d’après (le type du H ; eux c’est d’l’a coke !). Allez, une autre p’tite pour la route ? : « Prenez mes mandarines / Elles vous plairont beaucoup / Elles ont la peau fine / Et d’jolis pépins pour vous / Prenez mes mandarines / Et dites-moi où vous perchez / A moins qu’ça vous chagrine / J’irais vous les éplucher. » Sympa, ce coup d’œil dans le rétro !

Le myspace des Dénicheurs, c’est ici. Image de prévisualisation YouTube

Une réponse à Gauchy 2013 : où vont-ils dénicher la chanson ?

  1. DELIGNE Annick 5 février 2013 à 23 h 33 min

    Talentueux avec les Dénicheurs, Valérie Dekowski ne l’est pas moins quand il chante avec le groupe Muz’nouch…Je l’admire avec les 2 casquettes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives