CMS

Ignatus et les Frères Makouaya : l’élégant ticket franco-congolais

bbbbbb

Amour Makouaya, Ignatus et Christian Makouaya (photo Blaise Zarka, graphisme Valentine Hebert)

« Mâmba kalwenda kânzi mafwasi / Bakaka mâmba mô mbu baka mo mpasi / Mâmba mâ ma kunwa, ma kuyebedila / Ma kusukudila binkuti / Bê Iwe na mo / Sêno mayela oh. »* Vous posez le disque sur la platine. Touche play. Dès les premières notes, les chants, la musique vous emportent. C’est français, c’est congolais. C’est frais, léger, rythmé, prenant, prégnant, doux, doux… « Pour + de 6 ans », c’est précisé sur le papier. J’ai neuf fois six ans, c’est donc fait pour moi, je poursuis l’écoute, vous auriez du mal à me priver d’un tel ravissement.

DIGIS-IGNA.inddOù l’on retrouve avec plaisir Ignatus, pas vu, pas entendu depuis pas mal de temps. Avec Christian et Amour Makouaya, frères conteurs, luthiers et musiciens, originaires du Congo-Brazaville. Ignatus et les frères Makouaya se sont rencontrés il y a treize ans : coup de foudre artistique immédiat et, depuis, des itinéraires qui se croisent, se recroisent. Par des actions culturelles, en concerts, sur les disques d’Ignatus aussi. Ils trouvent tous les prétextes, en inventent même. Eux trois nous tricotent depuis des chansons (ils en prélèvent aussi à autrui : le bon Jacques Dutronc ici, le bon roi Dagobert là, Jacques Duvall aussi) dont les notes, les instruments et les mots se rencontrent, s’entrechoquent, se saluent, se racontent des nouvelles du pays. Et font lit de sagesse et d’humour, comme ces P’tits chiens qui, écrasés par des bus ou des Ferrari, nous font des steaks hâchés. Où ces Cactus que vous connaisssez, qui font aïe aïe aïe ouille. Aux sanzas et à la ngômfi des Makouaya répond la guitare classique et l’ukulélé d’Ignatus, ses bidouillages électro-pop aussi. Tout fait harmonie, avec rare bonheur. Cette galette est le pendant discographique du spectacle éponyme que nos trois amis tournent.

J’insiste : c’est un disque pour enfants, mais sans date de péremption, le bonheur n’ayant cure de l’âge de nos artères. Le livret est mignon, plein d’images et de mots, pédagogique aussi. Le disque a sa place dans toutes les écoles, toutes les médiathèques. Et chez vous.

 

Ignatus et les Frères Makouaya, Et comment vous faites chez vous ?, Victor Mélodie, 2014. Le site d’Ignatus, c’est ici. En concert le 2 juillet à Paris 19e place des fêtes ; le 13 à Avignon, le 17 au festival Rock Ici Mômes de Sablé-sur-Sarthe (72) et le 26 au festival Afrik’O'Bendy de Logonna-Daoulas (29).

* « Ne gaspillez pas l’eau, car pour certains, elle est très difficile à avoir / L’eau à boire, l’eau pour se laver, l’eau pour faire la lessive / Vous qui en avez, gérez-la bien. »

Image de prévisualisation YouTube

3 Réponses à Ignatus et les Frères Makouaya : l’élégant ticket franco-congolais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives