CMS

Ces licenciés de chez Renaud, qui « bande » autrement mieux

live6titresComment rebondir sur l’actualité, ne surtout pas parler de cette deuxième livraison de La Bande à Renaud (aïe, c’est fait ! et ça sort ce mardi 28 octobre) et tout de même profiter de l’occasion, sachant que chaque article sur Renaud nous apporte son confortable lot de connexions surnuméraires : c’est bon pour notre ego autant que pour notre audimat.

Résumons : les chanteurs boostés par l’industrie discographique sont invités à chanter Renaud. Peu importe s’ils se foutent royalement de celui qu’ils interprètent alors. C’est, non une bande, mais un club sélect, très VIP, importantes personnalités (Calogero, Benjamin Biolay, Emmanuelle Seigner, Vincent Lindon, Bernard Lavilliers, Olivia Ruiz, Nolwenn Leroy, Nicola Sirkis, Renan Luce, Benjamin Siksou, Arthur H, Arno, Emily Loizeau, Louane, Thomas Dutronc et Nikki Yanofsky) cause à ce qu’elles vendent, à ce qu’elles peuvent rapporter. Ou que les labels ont investi sur eux. Faut rentabiliser, faire un max de blé, du cash. Renaud, c’est (encore) le jackpot assuré. Faut le passer en régie, Renaud !

Les autres chanteurs sont pas invités, eux pas du tout. Qu’importe s’ils seraient plus dans l’esprit « Renaud », on n’en a rien à foutre de l’esprit, même du bonhomme, la seule chose qui importe c’est le pognon. Ils pourraient organiser une tournée des Zéniths avec La bande à Renaud qu’ils le feraient : et à mon avis, ils y pensent.

C’est dire (on y vient, faut pas désespérer Billancourt !) le plaisir de poser sur la platine le disque des Licenciés de chez Renaud. C’est quoi ça, ces Licenciés ? Trois gars (David Hougron aux chant, guitare, banjo et mandoline ; Franck Thomelet, aux cajon et percussions ; Laurent Bouvron, chant et guitare) qui s’en donnent à cœur et à joie, de chanter Renaud. C’est par eux un Renaud tout mouillé d’émotion (pas grave, car Renaud Séchan…), retrouvant corps et esprit, sa gouaille, féconde faconde. Un Renaud vrai de chez vrai, pas vicié. Ça fait cinq ans que Laurent le cogitait, ce projet, toujours à chanter du Renaud « sur des musiques qui voyagent », en fait sur les routes des concerts des Jambons puis du Gruppetto dont il était membre ; ça fait dix-huit mois que cette envie est devenue réalité, d’abord en duo avec David puis avec leur copain Franck, tout juste rentré du Pérou. Chez ces licenciés-là (licence es-Renaud, il va de soi), la structure musicale des chansons est bien sûr la même, seuls les instruments diffèrent un peu. Et s’il y a « bande » chez ce trio-là, c’est qu’ils nous chantent La bande à Lucien et Je suis une bande de jeunes. Ainsi que Manu, Marche à l’ombre, Doudou s’en fout et J’ai raté télé-foot. Ça, sur disque, et beaucoup plus sur scène car ce groupe tourne beaucoup, avec un égal succès, même si ça reste souvent dans leur région Loire-Atlantique et alentours, guère ailleurs ou pas souvent. Eux ne se sont pas posé la question des ronds qu’ils allaient gagner avec, des télés qu’ils pourraient faire. Eux chantent un type qu’ils aiment bien. S’ils bandent avec Renaud, c’est simplement qu’ils prennent leur pied.

 

Licenciés de chez Renaud, Live at ze Motte, [MadameSuzie] 2014. En concert le 8 novembre 2014 à Saint-Hilaire-de-Riez (85), le 18 novembre à Ancenis (44) et le 26 novembre à Saint-Herblain (44). Pour la suite, allez sur leur site.

Ce que nous avons déjà dit de La Bande à Renaud, c’est et. Et pas là.

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

16 Réponses à Ces licenciés de chez Renaud, qui « bande » autrement mieux

  1. Christian PIERREDON 27 octobre 2014 à 9 h 42 min

    très bon !

    Répondre
  2. Michel Kemper 27 octobre 2014 à 9 h 51 min

    Précision sur le producteur, « Madame Suzie ». C’est Madame Suzie qui a découvert Jeanne Cherhal ; c’est elle qui a géré tout le parcours de Philippe Chasseloup… C’est dire si on peut y aller de confiance.

    Répondre
  3. Danièle Sala 27 octobre 2014 à 10 h 47 min

    Une belle surprise cet album des « Licenciés de Chez Renaud », je suis en train d’écouter avec le plaisir de retrouver l’esprit Renaud sur des musiques métissées qui donnent une nouvelle fraîcheur aux textes. Quant au deuxième album de la nouvelle bande à Renaud, je n’ai rien écouté encore, donc je n’en dirai rien…

    Répondre
  4. Sanlaville MICHEL 27 octobre 2014 à 11 h 54 min

    EXCELLENT…. HYPER BOSSééé

    Répondre
  5. Gral 28 octobre 2014 à 11 h 02 min

    Des repreneurs locaux et coopératifs, ça vaut bien mieux qu’une multinationale.
    https://twitter.com/gral/status/527021704380284928

    Répondre
  6. sarclo 29 octobre 2014 à 0 h 22 min

    c’est rigolo: Arno chante pas si mal sa chanson de Renaud. bien, même. la chanson qu’il reprend elle prend une secousse, comme les parapluies de Brassens quand Johnny la chante. mais ça met tout le monde en rogne.
    et les licenciés ils font quoi? il jouent un peu de carom et de guitare comme ça se fait dans les bistrots. ils le font très gentiment mais ça casse pas trois pattes à un canard. mais les enchanteurs ils aiment ça, parce que les enchanteurs, ce qui les enchante, c’est de connaître des chanteurs dont ils sont les seuls à parler et qu’ils entendront pas au plafond de Carrefour mardi en achetant des nouilles, même si la chanson qu’ils entendent fait qu’ils repartent en fredonnant Renaud… les enchanteurs ils collectionnent les chanteurs inconnus et ceux de mardi sont des autres que ceux de mercredi et des autres que ceux de jeudi. c’est impec si c’est inconnu et pas suisse (rigolade).
    et moi je trouve que Arthur H non plus il chante pas mal et qu’il fat quelque chose à sa chanson. il la déplace et ça me plaît. mais c’est juste un disque commercial alors c’est condamnable et déplacé. on voudrait que les disques se vendent moins mal mais on trouve que ceux qui se vendent c’est caca. faire pour que ça se vende c’est caca…
    les enchanteurs sont lus par des gens qui ont la photo de brel-brassens-ferré dans l’esprit, qui étaient des garçons singuliers, ça on peut dire, mais trois. et les enchanteurs nous parlent tous les jours de trois chanteurs supplémentaires parce qu’il faut défendre la chanson. je suis perdu.
    vous êtes surement formidables mais il y a quelque chose qui m’échappe: je suis perdu. j’arrive pas à manger trois chanteurs formidables par jour.

    Répondre
    • Michel Kemper 29 octobre 2014 à 10 h 38 min

      De la même façon qu’on est toujours le con de quelqu’un, on est toujours l’inconnu de quelqu’un. Et j’ai pas l’impression que NosEnchanteurs ne traite que d’illustres inconnus, quand bien même nous nous sentons bien plus utiles à ceux qui n’ont pas ou peu l’honneur des grands médias qu’aux vedettes. A nous de mêler, de mailler, de trouver le bon dosage. Y traiter Vanessa Paradis ou Christophe est une idée qui me plait (et y’a du Daho dans l’air) : la chanson est bien plus large (et séduisante) que celle « des gens qui ont la photo de brel-brassens-ferré dans l’esprit », je suis d’accord avec Sarclo. Mes émotions je les trouve de partout, chez Albert Camus comme chez San-Antonio. Chez Gaston Lagaffe aussi. Les Enchanteurs aiment les Licenciés parce que, ça tombe bien, on a reçu leur disque au moment opportun : ça nous permet, comme les castors, de nous faire les dents sur le côté vénal de La Bande à Renaud en parlant finalement d’une toute petite entreprise qui nous est sympa, à plus forte raison que ça vient de chez « Madame Suzie » qu’on aime bien. Ceci dit, je ne vais pas passer ce disque en continu chez moi, sur ma platine, alors que j’ai tous les disques de Renaud. Là, en tapant sur le clavier, j’écoute avec un très grand plaisir le nouveau disque de Dimoné. Je ne sais pas si les gens de la photo de Brel-Brassens-Ferré vont aimer mais nous en ferons une chronique, demain je pense. L’équipe de NosEnchanteurs n’ajuste jamais sa plume en fonction de cette trinité, même si on l’aime bien, si on la respecte. Y’a tant d’autres choses dans la chanson (même suisse !) qu’on serait con de ne pas y goûter et de le faire savoir.

      Répondre
  7. Norbert Gabriel 29 octobre 2014 à 11 h 29 min

    Les chanteurs, c’est comme le chocolat (suisse bien sûr) y en a qui aiment le noir – je parle du chocolat- d’autres aux noisettes, il y a même des déviants qui croient que le chocolat blanc c’est du chocolat, c’est dire si on peut tomber dans l’hérésie… Quant à dire que les enchanteurs n’aiment parler que des inconnus, ça se vérifie tous les jours, y a même quelques suisses notoirement inconnus… de la télé et des médias… Que des amateurs ces gens…

    Répondre
    • Danièle Sala 29 octobre 2014 à 12 h 51 min

      Ah c’est bien vrai ça ! quand je pense que je n’aurais jamais connu Bülher et Sarclo sans NosEnchanteurs !!!

      Répondre
  8. Christian Pierredon 29 octobre 2014 à 17 h 36 min

    MAGNIFIQUE.
    marre aussi de ces hommages défigurants a des chanteurs de talent par des imbéciles qui ne sont pas à la hauteur du talent de ce qu’ils chantent. une chanson, il faut la sentir, sinon, c’est du karaoké.
    C’est ce qu’ils nous font dans le showbizz.
    Bravo a ces 3 lascars et à bientôt sur la route !

    Répondre
  9. Yvonnick Trochu 29 octobre 2014 à 17 h 37 min

    Un peu inquiétant la multitude des « reprises », y aurait-il un déficit d’imagination-création des auteurs compositeurs interprètes ?

    Répondre
  10. Norbert Gabriel 29 octobre 2014 à 17 h 53 min

    Tout dépend de la façon dont sont initiés ces albums, beaucoup sont des opérations opportunistes basées sur la notoriété des invités, et non de l’intérêt qu’ils portent à l’artiste. Parfois, les « vieux » revus par des voix « jeunes » ouvrent ce répertoire à de nouveaux publics, un exemple, lors des Jours Ferré, pas mal de spectateurs ont été emballés par Annick Cisaruk, alors qu’ils n’aiment pas vraiment Ferré par Ferré. Idem quand Jérémie Bossone a interprété « La vie d’artiste » c’est tout un nouveau public qui découvre des chansons dans une approche plus moderne, parce que chantée par un jeune. Et la perception est différente.
    En ce moment Valérie Mischler, auteur de ses deux derniers albums, reprend un spectacle sur Bernard Dimey qu’elle avait créé il y a 6 ou 7 ans, c’est pas par déficit d’imagination, mais par pur plaisir de s’offrir des textes superbes, et de les partager. Mais son approche n’a pas été de prendre quelques chansons les plus « payantes » elle a exploré tout Dimey, textes et chansons, pour être vraiment dedans… Je ne suis pas sûr que ceux qui ont participé à un hommage à Ferré aient écouté tout Ferré, ni même compris vraiment. Quand on « refait » la musique d’une chanson, en ignorant que Ferré se voulait autant musicien qu’auteur, ça explique bien des assassinats. C’est d’ailleurs toujours à la musique que s’attaquent certains repreneurs, pour y mettre leur marque, et c’est le plus souvent en dévitalisant l’original.

    Répondre
  11. 30 octobre 2014 à 11 h 01 min

    Incroyable de constater que dès que l’on commence à discuter de chansons en français, tout se complique… Mais à propos de quoi polémique-t-on, tontaine et tonton?
    Plus un chanteur est repris, plus ça signifie qu’il est populaire, tout simplement. L’article des enchanteurs tend à déshabiller Paul pour habiller Jacques et ça me semble bien inutile.
    Avec Licenciés de chez Renaud, on ne cherche pas vraiment à rendre « hommage », ni à monter un « coup », il s’agit d’un acte d’amour destiné au grand frangin fantasmatique de nos 12 ans, celui qui a aussi contribué a aiguiser notre mémoire, notre vocabulaire et nos premiers accords de guitare.
    Et puis venez plutôt au concert, c’est mieux en vivant

    Répondre
    • Michel Kemper 30 octobre 2014 à 14 h 48 min

      Non, l’article de NosEnchanteurs ne déshabille que ce qui est déjà nu, cette bande artificielle qu’une major soucieuse d’espèces sonnantes et trébuchantes réunit. L’article se sert de ce produit commercial pour vanter les mérites d’un qui l’est manifestement moins, qui nous semble plus sincère. Faut pas chercher Renaud à quatorze heures : nous préférons l’authentique au frelaté. Pour ma part, même si j’apprécie Arno, Lavilliers, Arthur H et quelques autres encore, je ne crois pas une seconde à l’honnêteté de ce projet que je n’aurais de cesse de dénoncer.

      Répondre
  12. Norbert Gabriel 30 octobre 2014 à 11 h 25 min

    Pour « l’acte d’amour destiné au grand frangin fantasmatique » je suis bien d’accord, quand c’est un acte d’amour… Mais quand c’est un prétexte à grouper quelques « stars » dont certaines ne connaissent rien du « grand frangin » quel qu’il soit, on peut se demander où est l’amour. Il n’est pas forcément obligatoire d’être un expert de l’oeuvre pour interpréter avec talent une chanson, mais au moins faut-il en comprendre vraiment le texte et l’intention. Récemment, j’ai vu en scène une version des « Roses blanches » genre youkaïdi youkaîda, avec invitation impérative au public de se lever et de bouger… Est-ce bien l’esprit de la chanson?

    Répondre
  13. paco 1 février 2016 à 12 h 11 min

    Je confirme les bonne critiques lues ici et là, car je les ai « constatés » sur scène et c’est très bon.
    Humilité , humour, sur scène mais bien sûr de très bons musiciens qui maitrisent l’instrument et la voix.
    Des amoureux de Renaud qui m’ont rappelé pleins de souvenirs .
    MERCI

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives