Christopher Murray, l’Écossais délocalisé | NosEnchanteurs

Christopher Murray, l’Écossais délocalisé

La Forge 22.11.14 01Christopher Murray, festival Les Oreilles en pointe 2014, La Forge au Chambon-Feugerolles,

 

C’est toujours grande satisfaction quand un ami chanteur, un que nous suivons depuis le début (oh ! depuis bien avant la naissance de NosEnchanteurs) se voit offrir une grande scène, certes pour une première partie, où il peut partager son travail avec un plus large auditoire. Là, dans ce court set précédant Louis Chedid, sur cette scène étonnement vaste de La Forge, il a pu, lui et son guitariste François Gonnet, donner la juste dimension de son talent.

Après sa très belle formule trio (consignée sur le disque Côté scène de 2008), Murray tourne depuis deux trois ans en duo, duo de guitares, de clavier aussi (parfois, rarement, de piano : là, c’est grand dommage, il aurait pu aussi servir à Chedid) : le set est précis, rodé, probant.

La Forge 22.11.14 04Avec toujours, pour prime chanson et avec un tel nom, cette identité musicale qu’il décline, De l’autre côté de la mer, là où est son autre pays (« En mon pays suis en terre lointaine… »), de kilts et de lochs : « Tout est mêlé dans ma théière ! » nous dit-il avec son humour teinté british avant de chanter la Rue Désiré, en hommage à une artère stéphanoise « là où j’ai grandi ». En fait, Murray aime plus que tout les mélanges : paradoxalement c’est ça qui fait cohérent chez lui et unit son répertoire. Passer de François Villon à Allain Leprest (avec Tout dans l’chapeau que, naguère, l’Allain lui avait offert), d’une fausse chanson médiévale (pour mieux railler l’actuelle et stupide course à la croissance : « Oui, c’est la Croissance / Qui rétablira l’emploi / Si la Bourse se maintient / Nous pouvons espérer / Ne point délocaliser… ») à l’expression de la plus pure poésie (Les robes de velours). L’art de Christopher Murray est à l’exact croisement de la chanson, au mitan de toutes les chansons, passé, présent et devenir, trouvère et troubadour intemporel d’un commerce plus que séduisant. Là, en cette scène festivalière, Murray et Gonnet ont fait mouche.

D’autant qu’ils ont participé à d’autres titres à cette édition des Oreilles en pointe. Par l’animation d’un stage organisé pour des adolescents de l‘École intercommunale des Arts de La Ricamarie-Le Chambon Feugerolles (lesquels ont interprété des chansons de son répertoire) avec par deux fois restitution scénique en public. Et par des concerts dans des résidences.

On a pu regretter que Saint-Étienne même ne rendait que peu souvent justice à ce chanteur du cru. Les Poly’Sons de Montbrison et désormais Les Oreilles en pointe viennent de le considérer pour ce qu’il est : un artiste digne et enviable. Bravo.

 

Le site de Christopher Murray, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs en a déjà dit, c’est là. Pour des problèmes indépendants de notre volonté, cet article parait avec grand retard. Nos excuses auprès des artistes.

Image de prévisualisation YouTube

2 Réponses à Christopher Murray, l’Écossais délocalisé

  1. Danièle Sala 19 décembre 2014 à 12 h 33 min

     » Ecossais délocalisé », gentleman franchy , ou simplement Stéphanois, ça fait longtemps que Christophe Murray nous enchante ,( j’ai lu un article de 2002 sur son site), avec sa théière où se mélangent et s’agitent toutes les influences musicales, du rock baroque à la jazzy nostalgie, en passant par les Highlands, un mélange savoureux et chaleureux où la poésie pure fait bon ménage avec l’humour british .

    Répondre
  2. François Buffaud 19 décembre 2014 à 12 h 50 min

    Une fois encore, bravo Michel de parler si bien des « trop peu connus » comme aujourd’hui de Christopher Murray. Je n’ai découvert son talent et la belle personne qui va avec que cet été à Pourchères (que serais-je sans… Pourchères !). Bon, ok, il me faut lire plus et mieux « Nos Enchanteurs »…
    Tu mets aussi en avant une chose qui résonne en moi : bien souvent dans l’esprit des programmateurs, le côté « chanteur local » a sens péjoratif… Christopher est là avec toi pour les faire mentir. Merci à vous deux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives