CMS

Grand Corps Malade, bien alive, même à 15 h du matin

Grand Corps Malade (photo Zuzanalettrichova)

Grand Corps Malade (photo Zuzanalettrichova)

Ruche de spectateurs, trois coups frappent. Rideau et voix s’élèvent… Bienvenue dans Funambule, dernier album de Grand Corps Malade, véritable « théâtre » comme l’énonce son premier titre ; non une pièce, mais le lieu en entier, décors et drames, froufrous de toilette, mains entrelacées et effleurements de corps.

Et la parole.

Sans stuc ni effets spéciaux : des mots qui claquent, aveugles à l’indifférence, des mots qui s’enchaînent pour libérer, la texture de la vie et la vie mise en mots sur une scène qu’il partage volontiers.

Car l’artiste n’est pas seul, poète du Romantique peut-être, mais du XXIème siècle : l’heure est au lien et non des moindres. Sur le velours rouge des arrangements du sieur Ibrahim Maalouf dont il pare le siège de notre écoute, Funambule est un album qui dit « je » à voix multiples : Francis Cabrel, Richard Bohringer, John Mamman, Sandra Nkaké, Laurent Jacqua et encore Charlie N’Guyen Kim, Ours, Skread ou X-Cell à la composition. Des langues, des timbres, des inflexions invitées autour de Grand Corps Malade qui a décidément plus d’un pied sur lequel danser. Théâtre dans lequel la parole est reine et la musique son roi, chaque arrangement s’y fait en effet la couleur d’une encre blanche sur noire, exhalant comme l’oxygène les fragrances le sens et non plus le son des mots.

260376-grand-corps-malade-sort-son-quatrieme-diapo-1Mais ces mots, cette avalanche de mots, répétitions de phonèmes, jeu infini sur paronymes et autres syllabes homonymes : un enrobage superflu de plus, simple branlette sonore d’un artiste qui s’enroule de son savoir-faire rythmique ? Alors oui, Grand Corps Malade « [mets] des mots », beaucoup de mots ; mais loin de délister ses ressources-papillons, épinglées, encadrées ; il la surprend dans les recoins de ses expressions. « On est défait l’un pour l’autre » aspire-t-il par exemple dans Te manquer, duo franco-anglais avec Sandra Nkaké. C’est qu’en funambule, il a pris l’habitude d’explorer les contradictions de la vie, pourquoi on aime et on trompe à la fois (Tant que les gens font l’amour), pourquoi la mort côtoie parfois l’amour (Le bout du Tunnel)…, le tout dans des textes qui réfléchissent sur eux-mêmes sans tomber dans l’panneau : pas de miroir d’Alice ou de Narcisse pour Grand Corps Malade.

Car Funambule, c’est la vie, l’amour surtout. « Comme dans toute chanson », entends-je en coulisses. Comme dans toute chanson, et comme dans tous ces textes, le talent de Grand Corps Malade est en effet de croquer la vie à plein « je », un « je » qui devient « vous », qui devient « nous » et que l’on retrouve pleinement ici. Entre métaphore du voyage d’une existence et pauses sur ses instants-clefs, c’est du ressenti qu’il révèle : l’inconnue du café à qui l’on n’ose parler, les sentiments qui perdurent après la rupture, l’amour physique, la mort qui menace, ou tout simplement le plaisir d’un matin tardif ; des scènes faciles comme on l’en voit tous les jours, comme on en lit partout, des expressions dans l’air du temps (« Dans la vie on s’fout d’l’objectif, ce qui compte, c’est la route pour l’atteindre ») et pourtant ces « lapalissades », elles sont touchantes, elles sont bien vraies, peut-être justement parce qu’elles disent simplement ce qu’on vit en secret.

« À quelques exceptions près, toutes les pièces se ressemblent un peu / Ça tourne autour des sentiments, tu sens, tu mens, tu vis, tu veux / Y’a que le décor et les costumes qui sont amenés à changer »

Funambule toujours, il finit sur le fil… d’une conversation – un adulte, un enfant, lui et son fils, l’intime rejoignant le public en un enregistrement live. Car oui, Funambule, c’est du « spectacle vivant » !

Et parce que certains expriment en quelques mots le ton de cet album que l’on pourrait dire en mille, voici les impressions d’une oreille vierge de toute chanson française (élève en français langue étrangère) à l’écoute de Funambule : « ça donne envie de se lever, de faire quelque chose ! », « C’est très positif !»

Funambule et ses quatre titres inédits est le quatrième album du slameur, disponible sur son site internet.

+ 1 – titre inédit pour un hommage à l’actualité ici.  

Une réponse à Grand Corps Malade, bien alive, même à 15 h du matin

  1. Danièle Sala 24 janvier 2015 à 13 h 04 min

    Les chansons de Grand Corps Malade me donnent envie de déambuler dans les rues de sa poésie, faite de dialogues avec les passants, la vie, l’amour, la mort, et la fraternité, dans un joyeux mélange cadencé par des musiques voyageuses .
    Et quand je pense que j’ai reçu hier encore ( d’un contact qui me veut du bien) , je partage ma boite à lettre avec bien trop de monde, et les amis de mes amis ne sont pas toujours mes amis, hélas ! cet ignoble hoax  » e-slam » , j’ai encore plus envie de le défendre .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives