CMS

Le cri Krief à l’adresse de ceux qui marchent

Hervé Krief (photo DR)

Hervé Krief (photo DR)

C’est à peine de la chanson. Mais c’en est : une chanson-rock de caractère. Ce sont des coups de gueule, des cris à résonner dans l’ahurissant silence qui est le nôtre. Sur le diesel qui pue, l’aliénation du travail, le gaz de schiste, nos poumons malades, l’esclavage en Chine et ailleurs, la publicité et j’en passe et des pires. Les vers ne riment pas forcément : ils informent, ils dénoncent. Ils ne sont pas forcément joli, ils sont, chacun, force de frappe. C’est un disque qui ne s’écoute pas distraitement, pas à la légère. Vous le posez sur la platine et le laissez, toutes affaires cessantes, envahir vos oreilles, votre intelligence. Moi qui ne cesse de dire et d’écrire que, non, la chanson engagée n’est pas morte, qu’au contraire elle vit et s’exprime bien, que si elle ne vous parvient pas c’est que tout contribue à lui faire barrage, je trouve là, par ce Toi qui marches d’Hervé Krief un bel et réjouissant exemple de cette chanson. Ça fait comme un tract, mais en nettement plus agréable, le journal d’une gôche qui le serait vraiment, un peu anarchisante tout de même, écolo c’est évident. Radicale.

Sont-ce les dessins (de Yakana) qui ornent digypack et pages du livret, toujours est-il que ça donne cet aspect de presse underground comme jadis La Gueule ouverte, Antirouille et autres canards encore d’une contre culture. Comme Hara-Kiri.

kreifHervé Krief, qu’on dit être un des précurseurs du funk dans l’Hexagone, est un musicien un peu hors norme. Très versé dans le jazz, il a joué en 1991 avec Miles David, enregistré en 1997 avec Ray Charles sur un de ses albums, joué aussi avec Didier Lockwood, Nono (le guitariste de Trust) ou Baptiste Trotignon. Plusieurs disques à son actif, plusieurs spectacles aussi dont rien que l’intitulé vous affranchit : Le blues, de l’esclavage au guitar-hero ou Prévert et champs de révolte.

Ce disque-là n’a aucune chance d’être chroniqué nulle part. Raison de plus pour NosEnchanteurs de dire qu’il existe, que nous l’avons remarqué, écouté. De dire que ce disque-là renoue avec des fonctions essentielles de la Chanson, fonctions que le bizness a depuis longtemps évacué : l’éducation populaire, l’information, le débat, la proposition. La Chanson c’est ça aussi, pas uniquement vous parler du lundi au soleil que vous n’aurez jamais ou vous inviter à venir boire un p’tit coup à la maison. Il sera intéressant de voir vivre ces chansons rebelles sur une scène ; si Hervé Krief passe à proximité de chez vous, ne le manquez pas.

 

Hervé Krief, Toi qui marche, autoproduit 2015. Le site d’Hervé Krief, c’est ici. Si la chanson qui suit ne fait pas partie de l’album Toi qui marches, elle en est tout à fait dans l’esprit. http://www.dailymotion.com/video/x11esdl

Une réponse à Le cri Krief à l’adresse de ceux qui marchent

  1. catherine Laugier 21 mai 2015 à 18 h 33 min

    Un nouveau « chanteur énervé » ? Mais oui, il y en a encore !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives