CMS

Tom Nardone, cette com’ qui relie intelligemment adultes et enfants

pochette-12x12-jungle-dessinÇa doit être comme un dessinateur pour enfants dont parfois, irrésistiblement, le trait s’égare vers un discours plus adulte, tenté qu’il peut être parfois par Reiser, Vuillemin, Tignous ou Sempé.

Là, c’est un chanteur, en fait quatre. C’est Tom Nardone et ses Sales gones (Alain Alarcon, Sébastien Manent et Richard Posselt ainsi que la participation sur plusieurs titres de Géraldine Lefrêne). Leur créneau c’est la chanson « jeune public » (neuf albums depuis 1989). Parfois, va-t-on savoir pourquoi, l’écriture ripe un peu et s’éloigne du public habituel, gagnant le grand public. Le C’ tout com ! de Nardone, ça ressemble à ça, à un chanteur qui s’échappe de son strict commerce pour aller voir plus grand, plus large : Tom Nardone n’est pas seul dans ce cas, nous l’avons vu récemment avec des comme Djamel Touil ou Gil Chovet, à se hasarder dans ce no man’s land entre une cible légèrement dépassée et un autre auditoire pas encore gagné, dont on n’a plus ou pas encore tous les codes ni les entrées.

C’est dire si ce disque entre deux eaux, entre deux chansons, est intéressant, passionnant même. Comme beaucoup d’albums de Nardone, ça s’organise sur un thème. Là, ce C’tout com !, c’est la communication. Sur ces abréviations que nous, Gens de lettres, utilisons à tour de claviers ; sur ces dialogues entre enfant et parent qui ne parlent pas tout à fait pareil ; sur son image que chacun travaille selon son goût ou ses besoins ; ces appareils avec zappette qui se vendent, se vendent ; sur la langue des animaux que No comprendo ; sur L’homme augmenté qui « aura deux cerveaux / qu’il pourra relier sous contrôle vidéo » ; sur Le mode d’emploi nécessaire pour décoder les sentiments afin de « construire un monde meilleur / quand le nôtre fait vraiment peur. » Nardone aime à « se délecter avec les mots, le goût qu’ils ont dans la bouche / sentir le nectar de la rime, le verbe un peu farouche / chercher le miel ou l’épice qui fera vibrer le son… » Tout ici tourne sur les mots, sur la relation à l’autre, sur les langages. Sur la communication. Et quand je dis « tout tourne » je pourrais aussi dire « tout virevolte » tant les musiques, exotiques, dansent. Pas d’instruments du bout du monde pourtant, seulement guitares, batterie, percussions, accordéon et piano. Mais une façon de les utiliser, de les faire vibrer joyeusement, captant ici et là des sonorités qui voyagent (slaves, italiennes, des îles du bout du monde…), un peu comme des oiseaux communicants entre les continents. Il y a un peu de Barcella en Tom Nardone, tant dans le personnage que dans la voix, dans ce bonheur distribué et ces p’tites chansons bien construites qui savent d’où elles démarrent et jusqu’où elles vont. Et ça, ça fait bonne communication.

Pas besoin d’adopter un gamin ou d’en faire pour écouter ce disque-là : juré qu’il vous conviendra !

 

Tom Nardone, C’tout com !, autoproduit 2014. Le site de Tom Nardone, c’est ici.

Image de prévisualisation YouTube

5 Réponses à Tom Nardone, cette com’ qui relie intelligemment adultes et enfants

  1. Patrick Engel 21 février 2015 à 10 h 48 min

    Vioilà qui donne foutrement envie de jeter une oreille, en tout cas !
    A noter que Richard Posselt, en charge de la boîte à frissons sur ce projet accompagna sur scène et dans les bars les débuts d’un certain Benoît Dorémus, dont nous vous reparlerons sans doute très bientôt en ces lignes…

    Répondre
  2. Claude Fèvre/ Festiv'Art 21 février 2015 à 11 h 34 min

    C’est une évidence, je crois… la « bonne » chanson pour le jeune public nous touche nous, adultes, et parfois on se demande si ce n’est pas ainsi ce qui nous permet de la qualifier de « bonne »…car c’est encore une classification qui peut devenir une case dont on ne peut plus s’échapper. Le sort d’Anne Sylvestre à jamais auteure des « fabulettes » (excellentes !!!! on ne le dira jamais assez !) mais dont le grand public ignore le reste de l’oeuvre, illustre parfaitement le propos. Je pense aussi tout naturellement à l’immense travail d’Hervé Suhubiette pour ce public là …du vrai spectacle musical ! Quand on écoute les chansons de son album disque, « tremblements de tête », édité chez Didier jeunesse en 2010, on est convaincu qu’elles s’adressent à nous aussi.

    Répondre
  3. Claude Fèvre/ Festiv'Art 21 février 2015 à 11 h 37 min

    Ecoutez, regardez, vous serez convaincu ! https://www.youtube.com/watch?v=PFB7m0Nbc_M

    Répondre
  4. catherine Laugier 21 février 2015 à 21 h 39 min

    Oui Claude, Hervé Suhubiette est toujours excellent, jazz comme chanson et quel que soit le public, et ce Tremblements de tête s’adresse à tous .
    D’autres aussi font des spectacles pour enfant sans mièvrerie, exemple Syrano, ici c’est un livre pour enfant illustré, Monsieur Neige chez Acte Sud Junior en 2011: http://youtu.be/4pM0DhWgIkI
    C tout Com et ces Gens de Lettres bien troussés font envie d’en écouter plus !

    Répondre
  5. catherine Laugier 22 février 2015 à 13 h 29 min

    Tom Nardone faisait déjà des Chansons bien Colorées en 2011 :
    http://youtu.be/wOnsNyOa5Ts

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives