CMS

L’actuel et séduisant répertoire d’Hervé Vilard

Hervé Vilard (photo Fabien Lecoeuvre - site d'Hervé Vilard)

Hervé Vilard (photo Fabien Lecoeuvre – site d’Hervé Vilard)

Chroniquer un disque d’Hervé Vilard sur NosEnchanteurs en surprendra certains. Oui, c’est bien celui de Capri c’est fini qu’il s’agit : c’était il y a cinquante ans et ça fit le tube qu’on sait, en pleine vague yéyé.

Vilard serait-il pour toujours frappé d’indignité dans le cercle de la chanson – je parle bien entendu de celui, plus étroit, de la Chanson avec un grand « C » ? Au crépuscule de sa carrière, Hervé Vilard semble lorgner sur une chanson plus consistante. Si en 1984, par le disque Chanson que j’aime, il faisait intéressant étalage de ses collègues de succès (Delpech, Polnareff, Claude François, Sardou, Lama, Fugain, Julien Clerc… même Le voyage en solitaire de Manset), il nous offrira vingt ans plus tard une toute autre sélection, puisant alors chez Ionesco, Fanon, Amade, Léveillée, Genet, Brecht, Prévert, Aragon… Sinon un autre Vilard, au moins une face B que nous ne connaissions pas [depuis il y eut quatorze compilations et trois coffrets de sa grande période variétés]. Et voilà que, onze ans après (et sans nul album de création entretemps), il récidive par ce spectacle (et cette captation tant sur cédé que sur dévédé), nouveau bouquet de fines plumes : Magny, Gainsbourg, Leprest (Le café littéraire, que Vilard avait déjà interprété sur le disque collectif Chez Leprest de 2007), Hélène Martin, Trénet, Caussimon, Félix Leclerc, Béart, Barbara. Et toujours Léveillée, Prévert et Fanon. Ainsi que le fameux tube de Vilard, comme quoi Capri ce n’est pas tout à fait fini, et quelques petites nouvelles de Vilard, pas mauvaises d’ailleurs même si Rêveries souffrirait de la comparaison d’avec le reste…

Il y a ceux qui, droit dans leurs bottes, ont pour toujours rangé Hervé Vilard dans le rang des honnis, déshonneur. Et ceux qui tenteront l’écoute. Eux risquent d’avoir une plutôt belle surprise, d’ainsi rencontrer un interprète tout à fait honorable, d’un « transmetteur de patrimoine » au goût sûr. D’un artiste qui, parce qu’on se doute que son actuel public est majoritairement celui qui l’accompagne depuis un demi-siècle, fend l’armure en lui proposant autre chose que ce qu’il peut attendre.

herve vilard et nous chantonsLe disque n’est pas parfait, quelques erreurs ici et là, mais pas de faute de goût (pas même Capri, désormais signature, ni Méditerranéenne, nettement plus légère…), une interprétation convaincante, une voix alerte, chaude, par qui souvent suinte l’émotion.

A la manière d’un incipit, Vilard précise sur la pochette le contexte de cet enregistrement public : « 7 janvier 2015, 12 h 30, j’apprends que Charlie-Hebdo vient de sauter ! Des poètes sont morts ! Je suis tout près au Théâtre La bruyère… Demain c’est la première. Dix jours durant je vais m’accrocher aux textes de Jean Genet, Aragon, Caussimon et tant d’autres… Naturellement je leur chanterai Capri c’est fini… Je suis Charlie. » C’est pour cela qu’il ouvre puis clôt ce tour de chant par L’âme des poètes, de fait dédié aux dessinateurs martyrs qui, c’est vrai, étaient eux-mêmes poètes du trait et de l’humour, passeurs de sentiments, d’idées et d’indignations. Pour autant, rien sur le disque, pas même sur le dévédé, ne fait référence à cet événement et si, sur le dévédé, apparait en illustration de la chanson de Trenet la photo d’artistes-poètes, ce ne sont ni Charb ni Cabu, ni même Leprest, mais des artistes « banalement » convenus. On a là l’impression que Vilard n’accompagne pas son audace jusqu’au bout. Dommage.

Et quand on va sur le site d’Hervé Vilard, on a l’impression que c’est le chanteur à fans, « le dernier romantique », qui toujours y triomphe, reprenant le dessus. Économiquement ça se comprend. Mais encore…

 

Hervé Vilard, Chantons !, LN productions/EPM/Universal 2015. Le site d’Hervé Vilard, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là. Hélas pas de vidéo correspondant à ce répertoire, si ce n’est de toutes vilaines prises sans doute à l’aide d’un téléphone portable lors d’un concert.

Une réponse à L’actuel et séduisant répertoire d’Hervé Vilard

  1. Claudine 7 janvier 2016 à 17 h 34 min

    Bonjour,
    Très bel article sur Hervé Vilard dont je suis la carrière depuis juillet 65…et si pour moi Capri c’est vraiment fini, car je suis lasse de l’écouter cette chanson Hervé c’est tout autre chose et bien avant la sortie de ce CD ou DVD ainsi que des concerts au Théâtre de la Bruyère. Si il ne chantait pas déjà des textes d’Aragon, de Prévert ou Hervé chantait déjà du Barbara et du Genet et même du Fanon sur scène et dans ces 33 tours il y avait déjà de très beaux textes sur ‘L’amour défendu’ ‘Le Lac des Brumes’ etc… il faut savoir écouter un texte pas juste regarde celui qui a écrit ce texte en question, Hervé avait déjà traité différents sujets dans ses chansons avec des accompagnements musicaux qui méritaient à l’époque que les médias fassent un peu plus attention à lui, il a toujours eu le même talent, et le même goût des beaux textes nous son Public on l’a toujours su mais vous pour reconnaître le talent d’Hervé son mérite il vous a fallu des textes d’Aragon, de Magny, de Prévert on a toujours su qu’Hervé aimait ces auteurs, ces textes là…c’est un Grand Monsieur de la Chanson qui a toujours défendu la langue française.
    Merci à vous
    amicalement
    Claudine

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives