Yves Vessière : ce qu’il se demande | NosEnchanteurs

Yves Vessière : ce qu’il se demande

Yves Vessière (photo DR - Centre France)

Yves Vessière (photo DR – Centre France)

Il est un de ces illustres inconnus de la Chanson. Un de ceux qui, néanmoins, font plus sûrement pour cette Chanson que bien des supposées stars. Yves Vessière est de Montluçon et, peu ou prou, là s’arrête sa notoriété. Il suffit d’écouter un de ses disques, particulièrement celui-ci, pour regretter qu’il ne soit pas plus connu, qu’aucun festival de belle et bonne chanson, ou si peu, l’ait programmé.

Ce nouvel opus (le sixième) est, dira-t-on, un disque d’actualité. Pas d’actualité immédiate, certes, quoique. Il y a dans ses sillons les traces de l’identité nationale chère au très adroit Sarkozy : Vessière remonte son arbre généalogique afin « d’obtenir les plus certaines preuves / d’être un vrai fils de la nation » pour en arriver, après pas mal de siècles revisités, a en conclure : « Je suis fils de tous les pays ! / Il y a dans mon sang mélanges et coupages / Qui m’ont fait beau comme je suis ! »

maxresdefaultIl y a la crainte de perdre à tout moment son emploi cause au nouveau chef, au manager : vexations, humiliations… ce que vivent tant de salariés est ici décrit avec une précision remarquable et ça fait, le croirez-vous, une agréable chanson (faites-là écouter à Macron…). Le chômage, encore, et le manque de pognon font autres chansons : « D’nos jours plus personne n’embauche (…) Y’a qu’la Marine qui recrute. » Vessière va même embaucher Jean Richepin pour faire chorus à cette thématique dans une chanson de circonstance : « Noël ! Noël ! Les malheureux / N’ont plus rien pour eux qu’un ventre creux. » Il y aussi « tant de drames / tant de douleurs / tant de guerres, tant de flammes / et tant de peurs / tant de rancœurs… » : ce n’est pas tant chronique de l’instant mais tragique permanence de ce début de siècle plus calamiteux que jamais.

Bien sûr, d’autres sujets plus légers (même sur les microbes, c’est dire si ça ne pèse pas lourd), plus amoureux, irriguent cet album riche de quinze titres dont deux nouvelles versions de chansons plus anciennes. Outre Richepin sus-cité, on rencontre Gérard Faucon, Bernard Martin, Raymond Devos et René Fallet ( l’un pour Je hais les haies, l’autre pour Je pense à toi) dans les travées de ces chansons. Que du bon goût, d’autres belles plumes, toutes mises en musique par Vessière, dans des orchestrations sobres et efficaces (guitares manouche, folk, classique et électrique, contrebasse, basse électrique, batterie, percussions, washboard). Il y a dans cet album une dignité de la chanson alliée à une modestie qui bien souvent manquent aux jeunes chanteurs. Là, il y a la pratique et l’expérience de la vie, le soucis du partage aussi, loin de toute épate : Vessière, dont les rides trahissent l’âge, n’a rien à attendre de la chanson, si ce n’est le souci du bel ouvrage et la sincérité qu’il exprime. Ça en fait un album en tous points excellent.

 

Yves Vessière, On se demande…, autoproduit 2015. Le site d’Yves Vessière, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est làImage de prévisualisation YouTube

2 Réponses à Yves Vessière : ce qu’il se demande

  1. Michel Trihoreau 14 décembre 2015 à 12 h 57 min

    Yves Vessière est un témoin lucide de son temps, avec l’avantage de la maturité de celui qui a déjà traversé bien des désillusions sans être dupe. Ses chansons sont variées et rafraichissantes tant pour la tête que pour l’émotion.

    Répondre
  2. catherine Laugier 14 décembre 2015 à 14 h 45 min

    Très belle chanson, superbe voix, Yves Vessière est trop discret. L’album ne figure pas encore sur son site

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives