CMS

Fred Nevché et Gildas Etevenard, pour l’ouïe et pour l’âme

Nevché (photo Maxence Coulon)

Nevché (photo Maxence Coulon)

Nevché et Gildas Etevenard, Le Petit duc à Aix-en-Provence, 5 mars 2016,

 

A la voix et aux  guitares acoustique et électrique, Nevché (Frédéric Nevchehirlian) est loin d’être un inconnu pour les Marseillais. D’une part, il a consacré un album entier à son adolescence marseillaise, Rétroviseur (2014), d’autre part, on le voit un peu partout dans la vie culturelle  de la cité phocéenne, pourvu qu’il s’agisse de beaux mots, de musique sans barrières et d’amitiés artistiques. Il se balade aussi en France, en Suisse, au Québec ou au Maroc. Chanteur ou slameur, poète engagé et musicien toujours.

DES NOUVELLES DE LA CHANSON À MARSEILLE AVEC NEVCHÉ ! Avec son association coopérative culturelle Internexterne,  Nevché est depuis 2015 conseiller  artistique au Théâtre national du Merlan (qui débute Shooting Stars, nouvelle création en français autour des journaux intimes de Marilyn Monroe et Kurt Cobain, co-produit avec Le Théâtre d'Ivry-Antoine-Vitez,  Le Train-Théâtre de Portes-lès-Valence, et Le Sémaphore-Cébazat). Il participe à la semaine de la chanson française et de la francophonie lors de l’ouverture du Printemps de la francophonie au théâtre National de la Criée le 12 mars. Initiateur du micro-festival Gravitations qui célèbre le mot mis en musique, il est également depuis 2016 avec sa coopérative l’un des principaux acteurs de la programmation et de l’organisation du Festival Avec le temps initié autrefois par Léo Ferré. Ce qui donne, outre les lieux initiaux comme l’Espace Julien ou le Silo, un parcours itinérant dans plusieurs lieux mémorables de la vie marseillaise, l’Alcazar,  La Maison Empereur (la plus vielle Quincaillerie de France, où l’on trouve aussi bien des vêtements que des outils),  la librairie L’histoire de l’œil, l’ancien Théâtre des Variétés qui accueillit sous les effigies d’Alexandre Dumas et d’Offenbach tour à tour théâtre, opérettes, music-hall avant de devenir un cinéma d’Art et d’Essai non s’en être passé par la case moins glorieuse du cinéma X. Ou le Cabaret aléatoire de la friche de la Belle de Mai, la bodega La Mesón et le lieu de résidence d’artistes Le Montévidéo, sans oublier Le Dock des Suds. Au programme, toutes les musiques en français, rap, slam, électro, rock, techno, hip-hop, pop, folk ou blues, et la chanson proprement dite.

DES NOUVELLES DE LA CHANSON À MARSEILLE AVEC NEVCHÉ !
Avec son association coopérative culturelle Internexterne, Nevché est depuis 2015 conseiller artistique au Théâtre national du Merlan (qui débute Shooting Stars, nouvelle création en français autour des journaux intimes de Marilyn Monroe et Kurt Cobain, co-produit avec Le Théâtre d’Ivry-Antoine-Vitez, Le Train-Théâtre de Portes-lès-Valence, et Le Sémaphore-Cébazat).
Il participe à la semaine de la chanson française et de la francophonie lors de l’ouverture du Printemps de la francophonie au théâtre National de la Criée le 12 mars. Initiateur du micro-festival Gravitations qui célèbre le mot mis en musique, il est également depuis 2016 avec sa coopérative l’un des principaux acteurs de la programmation et de l’organisation du Festival Avec le temps initié autrefois par Léo Ferré. Ce qui donne, outre les lieux initiaux comme l’Espace Julien ou le Silo, un parcours itinérant dans plusieurs lieux mémorables de la vie marseillaise, l’Alcazar, La Maison Empereur (la plus vieille Quincaillerie de France, où l’on trouve aussi bien des vêtements que des outils), la librairie L’histoire de l’œil, l’ancien Théâtre des Variétés qui accueillit sous les effigies d’Alexandre Dumas et d’Offenbach tour à tour théâtre, opérettes, music-hall avant de devenir un cinéma d’Art et d’Essai non s’en être passé par la case moins glorieuse du cinéma X. Ou le Cabaret aléatoire de la friche de la Belle de Mai, la bodega La Mesón et le lieu de résidence d’artistes Le Montévidéo, sans oublier Le Dock des Suds. Au programme, toutes les musiques en français, rap, slam, électro, rock, techno, hip-hop, pop, folk ou blues, et la chanson proprement dite.

Son acolyte Gildas Etevenard, à la batterie complétée d’un cymbalum (cithare de table) et d’un glockenspiel (sorte de xylophone à lames de métal), est également compositeur et interprète de mots dits ou chantés.

Nevché a choisi ici un répertoire d’inédits d’un Prévert très social, sélectionnés avec  Eugénie Bachelot-Prévert, la petite fille du poète, pour son avant-dernier album Le soleil brille pour tout le monde (2011). Ces poèmes-là, on ne les accompagne pas à la harpe ou au piano, il convient d’envoyer du bois, et le rock puissant mais contrôlé de nos deux comparses les propulse parfaitement.

La voix douce et prenante, qui se voile et se crie, pressante et discrète à la fois, si caressante qu’on ne sait jamais si elle nous conte ou nous chante, nous embarque dans le monde que Nevché partage avec Prévert, de confidences sur l’enfance à son parcours engagé « Maintenant j’ai grandi / les idées aussi (…) Et je leur ris toujours au nez. » Guitare et batterie inspirées soutiennent le cours dramatique ou faussement léger des textes, comme cette Attendez-moi sous l’Orme, en forme de  chanson traditionnelle médiévale qui sert de parabole pour dénoncer le peu d’intérêt des puissants pour le peuple : « Et le /Roi se relève / Et s’incline trois fois / Je me suis fait attendre / Marion excusez-moi. » La salle l’accompagne déjà de ses pampampapam, pampampapapa, compensant le nombre décevant de spectateurs par un enthousiasme immédiat.

Dès les premiers textes écrits sur Citroën en 1933, l’actualité nous rattrape : « Et si le chiffre d’affaires vient à baisser, pour que malgré tout / Les bénéfices ne diminuent pas, il suffit d’augmenter la cadence et de / Baisser les salaires des ouvriers », ou dans ce Il ne faut pas rire avec ces gens-là qui évoque la commune : « Il y a trop de travailleurs dans le monde / Il faut les expédier dans l’autre », ou encore dans le dérisoire Marche ou crève  de l’armée des miséreux envoyée contre les grévistes.

Émotion à son comble pour les mots simples de la Lettre à Janine (sa femme) « J’ai envie de toi /Je voudrais qu’il fasse beau / Que cette guerre s’arrête » rythmés par les ponctuations sèches comme des coups de feu de la batterie.

Glidas Etevenard (photo Maxence Coulon)

Glidas Etevenard (photo Maxence Coulon)

Changement d’atmosphère avec le paletot idéal de Ma bohème d’ Arthur Rimbaud murmuré au son des guitares et de la batterie amortie puis fusant dans une atmosphère d’orage.
En partie improvisée sur scène, une avant première du spectacle  Shooting Stars, le tableau L’hiver blanc, ( du regretté marseillais Christophe Tarkos), peint de cymbales résonnantes, cloches et gouttes de pluie des lames effleurées. Nevché s’incarne sans problème en Marilyn Monroe « Je ne cherche pas à voir ces choses… / Je cherche mon amant » comme en  Kurt Cobain sur une suite entêtante de notes de guitare.

Pour finir quelques chansons et à nouveau deux avertissements de Prévert : « Travailleurs attention / Votre vie est à vous / Ne vous la laissez pas prendre » Laissons le conclure « Et nous avons ajouté (…) la grande semaine des quarante heures et celle des quatre jeudis (…) Une minute de cris de joie de chansons de rires et de bruits et de longues nuits pour dormir en hiver avec des heures supplémentaires pour rêver qu’on est en été et de longs jours pour faire l’amour (…) Nous avons perdu notre temps / c’est un fait / mais c’était un si mauvais temps. »

 

Les sites de Nevché et de Gildas Etevenard ; ce que NosEnchanteurs en a déjà dit, c’est là. La vidéo est enregistrée en guitare seule, sans Gildas Etevenard : Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives