Les Roches celtiques, ce festival étonnant au mitan de l’Hexagone | NosEnchanteurs

Les Roches celtiques, ce festival étonnant au mitan de l’Hexagone

visuel roches celtiques vignetteDrôle de village, si haut perché… Avec son château féodal solidement fixé sur son piton rocheux, si vieux que même les grimoires ignorent de quand il date. Avec les croisées d’ogives de style gothique de l’église, dont les fonds baptismaux remontent à 1545… Il y a aussi l’aqueduc qui conduit toutes les sources de la forêt domaniale. Et (rien que nom !) le gouffre d’enfer, en fait un imposant barrage… Tout ici peut faire légendes, dramaturgies. La forêt des Carnutes ou le bois de Brocéliande ne sauraient égaler l’ambiance ni imaginer de tels sortilèges… De pitons, de roches en pierres levées, qui eut l’idée un beau jour de convoquer ici le souvenir des celtes, toujours est-il que Rochetaillée, village de Saint-Étienne, point culminant de la ville verte, est le lieu mythique des Roches celtiques, un festival de musique celte en terres intérieures

L'« OUVRAGE DU CŒUR » D'EPSYLON C'est manifestement du pop-rock que ce groupe-là, avec des paroles qui ont la prétention de l'être, textes bien ouvragés où pas un mot ne s'y retrouve par inadvertance. Dix ans de pratique, nombre de scènes, beaucoup de maturité, et ce quatrième album, Ouvrage du cœur, de belle facture, engageant. Un groupe fort en gueule, belle personnalité, qui trempe sa plume dans l'ambiance souvent maussade des temps présents. Ainsi ces Ėcorchés, sur un funeste vendredi 13, un temps de Bataclan : « Et cette odeur de souffre / Qui me tient en éveil / Qui laisse plâner les doutes / Et ravive les braises / À grands coups d'amalgames / Et de grandes analyses / On laisse grandir la flamme / Celle qui nous divise / Ėcorchés ». Ou ce Requiem sur « La révolte des sans-grade / Des damnés de la terre / Requiem / La plainte des goulags / Et des rideaux de fer... » Même si tout n'est pas que sombre dans leurs titres, que s'insnuent de jolis mots d'amour et de désir d'Amazones.  Rien que d'écouter ces Bretons sur disque, ça donne une idée précise de ce qu'ils peuvent donner en scène : on le constatera ce dimanche à Condamine lors de ce festival des Roches celtiques. Celtiques car ils le sont, dès qu'ils se lâchent (et par bonheur ils se lâchent souvent). Epsylon fait songer à ces groupes rock des années soixante-dix, pas encore formatés, libres. Eux le sont. C'est sans doute pour ça qu'ils ne parviennent que maintenant à nos oreilles : pas de place sur les autoroutes du showbiz quand on fréquente délibérament, qui plus est avec talent, les chemins de traverse. Epsylon, Ouvrage du cœur, Epsy'Son asso/Coop Breizh

L’« OUVRAGE DU CŒUR » D’EPSYLON
C’est manifestement du pop-rock que ce groupe-là, avec des paroles qui ont la prétention de l’être, textes bien ouvragés où pas un mot ne s’y retrouve par inadvertance. Dix ans de pratique, nombre de scènes, beaucoup de maturité, et ce quatrième album, Ouvrage du cœur, de belle facture, engageant. Un groupe fort en gueule, belle personnalité, qui trempe sa plume dans l’ambiance souvent maussade des temps présents. Ainsi ces Ėcorchés, sur un funeste vendredi 13, un temps de Bataclan : « Et cette odeur de souffre / Qui me tient en éveil / Qui laisse plâner les doutes / Et ravive les braises / À grands coups d’amalgames / Et de grandes analyses / On laisse grandir la flamme / Celle qui nous divise / Ėcorchés ». Ou ce Requiem sur « La révolte des sans-grade / Des damnés de la terre / Requiem / La plainte des goulags / Et des rideaux de fer… » Même si tout n’est pas que sombre dans leurs titres, que s’insinuent de jolis mots d’amour et de désir d’Amazones.
Rien que d’écouter ces Vendéens-Bretons sur disque, ça donne une idée précise de ce qu’ils peuvent donner en scène : on le constatera ce dimanche à Condamine lors de ce festival des Roches celtiques. Celtiques car ils le sont, dès qu’ils se lâchent (et par bonheur ils se lâchent souvent). Epsylon fait songer à ces groupes rock des années soixante-dix, pas encore formatés, libres. Eux le sont. C’est sans doute pour ça qu’ils ne parviennent que maintenant à nos oreilles : pas de place sur les autoroutes du showbiz quand on fréquente délibérément, qui plus est avec talent, les chemins de traverse.
Epsylon, Ouvrage du cœur, Epsy’Son asso/Coop Breizh

Le fut et l’est de nouveau. Durant quelques années le festival s’est exilé loin de là, toujours à Saint-Étienne, mais à l’opposé, aux Condamines de Saint-Victor-sur-Loire, pour des raisons de sécurité. Depuis l’an passé, Les Roches celtiques, tout en restant en partie aux Condamines, a réinvesti Rochetaillée. Deux sites, comme un festival en stéréophonie, et quelques prémices en centre-ville, à l’exacte dimension d’une prétention et d’une réussite artistiques désormais affirmées, attestées. L’arrivée à sa tête de Djamel Ô’Touil, grand amateur s’il en est de culture celte, n’y est pas pour rien. Sa connaissance du vivier celte et son carnet d’adresse font la différence.

Ce qui pouvait n’apparaitre il y a peu que comme un intéressant catalogue de propositions plus ou moins celtes se transforme aujourd’hui en une rare cohérence de programmation. Tant que cette année ce festival de musiques et danses celtiques sera parrainé par l’accordéoniste Máirtín O’Connor, grand nom de la musique irlandaise s’il en est. Cet artiste venu de Galway est à l’image de ce festival : pas enfermé dans un style et ne cessant d’explorer les musiques dans leurs diversités et leurs richesses. Car, même avec certaines formations très traditionnelles, Rochetaillée n’est pas un musée du passé celte et son public est loin de n’être que cheveux celte et poivre : c’est l’expression d’une culture vivante, régénérée, qui certes puise dans le creuset des traditions mais se réinvente sans cesse avec une vitalité qui ne peut que forcer l’admiration.

 

Le Máirtín O'Connor band (photo DR)

Le Máirtín O’Connor band (photo DR)

Le programme :

Mercredi 29 juin à 20 h 30 : Harp and Hang à la Cathédrale Saint-Charles.

Jeudi 30 juin à Rochetaillée. 10 h : Concert écoles du Bourg et du Bréat à Saint-Victor avec Harp and Hang ;  14 h : Concert-initiation danse à l’école de Rochetaillée avec Ormuz ;  18 h 30 : Concert déambulatoire au château (cornemuses et tambours) ;  19 h 30 : Concert par le groupe Cisalpipers ; 21 h : Bal, musiques et danses du Québec et de Bretagne avec Ormuz

Vendredi 1er juillet à Rochetaillée. 18 h : Concert acoustique église de Rochetaillée : Máirtín O’Connor Band Trio ; 19 h : Concert par Cisalpipers ; 19 h : Concert de Seamie O’Dowd ; 21 h : Craic Irish Dance-Show musique et claquettes irlandaises.

Samedi 2 juillet à Condamines. 10 h 30 : Master-class : Initiation danse par les danseurs de Craic irish Dance ; Initiation flûte irlandaise-tin whistle par les musiciens de Craic Irish Dance ; 18 h : The Modigans ; 20 h : Concert par Cisalpipers ; 21 h : The Legendary Máirtín O’Connor Band avec Gathal Hayden, Seamie O’Doxd et Jimmy Higgins ; 22 h 45 : Beltaine.

Dimanche 3 juillet à Condamines. 18 h : Epsylon (lire encadré ci-dessus) ; 19 h 30 : Trip to Galway avec Máirtín O’ Connor Band ; 20 h 30 : The fiddler’s Green ; 22 h : plateau final avec les participants des Master class.

 

Le site des Roches celtiques, c’est ici.

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives