Spa 2017. Gérald De Palmas, toujours sur la route | NosEnchanteurs

Spa 2017. Gérald De Palmas, toujours sur la route

Gérald de Palmas (photo tiré de la page facebook "Gérald De Palmas Sur Sa Route La Communauté")

Gérald de Palmas (photo tirée de la page facebook « Gérald De Palmas Sur Sa Route La Communauté »)

20 juillet 2017, Francofolies de Spa,

 

L’époque où Gérald De Palmas squattait la tête des meilleures ventes semble révolue. Certes, l’artiste est loin d’être tombé au fond du trou (je connais nombre de ses confrères qui se contenteraient du dixième de son succès), mais reconnaissons qu’aucun tube ne s’est dégagé de ses derniers opus. Oserais-je dire que ce léger désintérêt du grand public l’a libéré artistiquement ? C’est en tout cas l’impression qu’il m’a donnée hier, en comparaison avec les deux autres occasions qui m’avaient déjà été données de l’applaudir.

Il rentre en scène sans falbalas : jean et tee-shirt noir, svelte, souriant, la barbe légère. Notre quasi quinqua vieillit mieux que bien et reste extrêmement séduisant, mesdames (et messieurs aussi, why not ?). Trois musiciens l’entourent : clavier, basse, guitare. Le chanteur s’empare de sa guitare, qu’il ne lâchera plus, et c’est parti.

ET AUSSI… Deux jeunes pousses également au programme de cette journée. La première s’appelle Mathilde Fernandez. Niçoise d’origine, bruxelloise d’adoption. Particularité : a une formation de chanteuse lyrique. Cela donne des performances vocales très très impressionnantes (à rendre jalouses Catherine Ringer ou Fishback, auxquelles on pense irrémédiablement). On n’en regrette que plus que ses extraordinaires qualités de chanteuse soient au service d’une électro-pop un peu passe-partout. Copie à améliorer, talent original à suivre. Le second se dénomme Tim Dup. Le programme nous le présente comme un auteur subtil à même de représenter la relève de la chanson française. Sur scène, cela donne un gentil petit gars sympa, en jean et casquette à l’envers, qui s’accompagne aux claviers/boîte à rythmes, et nous chante ses états d’âme nombrilesques ou ses rêves et souvenirs d’ado (la seule chanson parlant des autres décrit les passagers d’un train - comme Gauvain Sers, qui préfère le bus !). Du potentiel mais encore un long chemin à parcourir (que de facilités dans son écriture !). Comme il n’a que 22 ans, laissons-le s’aguerrir sans le couvrir de fleurs cueillies trop vite.

ET AUSSI…
Deux jeunes pousses également au programme de cette journée.
La première s’appelle Mathilde Fernandez. Niçoise d’origine, bruxelloise d’adoption. Particularité : a une formation de chanteuse lyrique. Cela donne des performances vocales très très impressionnantes (à rendre jalouses Catherine Ringer ou Fishback, auxquelles on pense irrémédiablement). On n’en regrette que plus que ses extraordinaires qualités de chanteuse soient au service d’une électro-pop un peu passe-partout. Copie à améliorer, talent original à suivre.
Le second se dénomme Tim Dup (photo ci-dessus). Le programme nous le présente comme un auteur subtil à même de représenter la relève de la chanson française. Sur scène, cela donne un gentil petit gars sympa, en jean et casquette à l’envers, qui s’accompagne aux claviers/boîte à rythmes, et nous chante ses états d’âme nombrilesques ou ses rêves et souvenirs d’ado (la seule chanson parlant des autres décrit les passagers d’un train – comme Gauvain Sers, qui préfère le bus !). Du potentiel mais encore un long chemin à parcourir (que de facilités dans son écriture !). Comme il n’a que 22 ans, laissons-le s’aguerrir sans le couvrir de fleurs cueillies trop vite.

C’est parti pour un beau voyage d’une heure et quart au pays où les guitares sont reines et qu’on ne croyait arpenté en France que par Daran. Car ce sont bien elles les vedettes incontestables de ce tour de chant, à la fois traditionnel (Johnny Cash à la rescousse !) et moderne par ces percussions électros remplaçant la batterie habituelle. Chaque morceau est étiré au maximum – de cinq à dix minutes par titre – pour le plus grand plaisir des amoureux de la six cordes. C’est rythmé, voire dansant (sa chanson Regarde-moi bien en face, au rythme syncopé, m’a fait penser à Michaël Jackson, c’est dire !), toujours inventif. Le plaisir des musiciens est visible et communicatif. Du show-biz à taille humaine, quoi, comme on l’aime.

Portés par la voix de De Palmas reconnaissable entre toutes, mi cassée-mi rocailleuse, avec ses petites accents nasillards, mêlés aux chansons plus récentes de son très réussi dernier album La beauté du geste, les titres de gloire de l’artiste vont défiler : Tomber, Au bord de l’eau (très jolie version, où la guitare du chanteur est juste soulignée d’un clavier et accompagnée de battements de mains en guise de percussions), Au paradis, Elle habite ici, J’en rêve encore… Autant de morceaux connus de tous qui font mesurer combien la renommée de l’artiste est réelle et justifiée.

En guise d’ultime rappel, c’est bien évidemment son célébrissime Sur la route (1994 déjà !) qui mettra un point final à la prestation. Celle d’un artiste généreux et éminemment sympathique, populaire mais jamais putassier, qui sait se réinventer sans désorienter ses fidèles. Particulièrement idéal en festival. J’en veux encore.

 

Le site de Gérald de Palmas, c’est ici. Le facebook de Mathilde Fernandez, c’est ici ; celui de Tim Dup, c’est là.

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

Une réponse à Spa 2017. Gérald De Palmas, toujours sur la route

  1. Catherine Laugier 21 juillet 2017 à 16 h 42 min

    On peut écouter ça aussi de De Palmas, Il faut q’on s’batte :
    https://www.youtube.com/watch?v=M3dOFRiFRiQ

    Et ça de Mathilde Fernandez, Un sexe plus grand que le ciel, impressionnante Mathilde :
    https://www.youtube.com/watch?v=r2Y6DN5XdjY

    Quant à Tim Dup, nous le connaissons sur NosEnchanteurs :
    http://www.nosenchanteurs.eu/index.php/2016/09/17/tim-dup-vers-les-ourses-polaires/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives