CMS

Raphael, le vent en poupe

Raphaël (photo David Uzochukwu)

Raphaël (photo David Uzochukwu)

Pour beaucoup, l’image de Raphaël reste celle d’un jeune chanteur à minettes, née de l’immense succès (en 2005 déjà) auprès des jeunes ados, de son album Caravane. Image trompeuse qui lui colle à la peau comme le sparadrap récalcitrant du Capitaine Haddock.

Reconnaissons pourtant que l’artiste vaut mieux que ce cliché tenace. Les albums qui ont suivi ont démontré sa volonté d’éclectisme et de sortie des sentiers battus, allant même jusqu’à enregistrer un disque d’hommage – passé assez inaperçu –  à son idole nourricière, Gérard Manset. Autant de projets qui lui auront permis de s’affirmer comme artiste, mais l’auront aussi quelque peu éloigné du succès commercial. Son nouveau CD, intitulé Anticyclone, lui donnera-t-il un second souffle ? Il a en tout cas pas mal d’atouts pour cela. Doit-on y voir la patte redoutablement efficace de son maître d’œuvre, l’infatigable Gaëtan Roussel, qui en a assuré la réalisation ?

Onze chansons le composent, tournant autour des trois minutes chacune. Pratique : si un morceau nous plaît moins, on ne doit pas le supporter longtemps ! Mais pas de raison particulière d’apprécier moins l’un ou l’autre titre, tant l’ensemble est cohérent. On aimera ou rejettera donc l’album en bloc. Ainsi, ceux que le chant plaintif et assez monotone de l’artiste horripile trouveront matière à renouveler leur désaveu. De même pourra-t-on légitimement se plaindre de certains textes, où la poésie a bon dos pour justifier un propos tout simplement obscur (bel exemple avec Retourner à la mer, qui mêle allègrement Pompéi, un jardin désert et des hélicoptères…).

raphael-anticycloneSi l’on est prêt à faire abstraction de ces scories et à se laisser envoûter par la beauté simple des compositions, la richesse des orchestrations et le son clair de la production, l’album dévoilera son charme vénéneux au fil des écoutes. On retiendra en particulier le premier extrait de l’album – le très Stephan Eicher L’année la plus chaude de tous les temps et son message écologique – , le mystérieux Fièvres d’Asie (qui voit le chanteur sortir de sa zone de confort en adoptant une voix de tête par moments), l’énergique Les gens (où la patte du leader de Louise attaque s’entend à mille lieues à la ronde) et le cynique et inattendu Quel genre d’ami ferait ça.

Un bel objet musical en fin de compte que cet Anticyclone. Dans le voisinage des Christophe, Julien Doré ou Bashung. L’album d’un artiste arrivé à maturité, en pleine possession de ses moyens, et dont on se dit que le meilleur est à venir. Prenez donc le train en marche, la destination finale s’annonce très belle.

 

Le site de Raphael, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est làImage de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives