CMS

Balmino : les morsures d’un superbe album

Balmino (photo DR)

Balmino (photo DR)

Comment vous dire ? C’est du Balmino et, dès la première note, dès le premier mot, la première rime, on plonge dedans pour n’en plus ressortir. La mélancolie, la voix entêtante, l’énergie, tout vous saisit. On sait, de connaissance ou d’intuition, que le voyage sera long et court à la fois, que les rimes vont tisser une trame dont nous aurons du mal à nous départir, alors englués dans le questionnement, la passion et la dramaturgie des mots, leur calme comme leur tempête. Balmino, vous le savez, même si sa discographie est rare, c’est celui qui fut un temps la voix de Khaban et de ce titre emblématique qu’est Manon. Celle, plus tard, de Je regarde les hommes tomber (que je tiens pour une des plus belles chansons qui soient). Celle de Broc, aussi, une formation un tantinet plus rock qu’il anima un temps. Une des plus intéressantes voix de la chanson, des plus bouleversantes, déchirantes. Là, il nous fait le cadeau – c’en est un – d’un nouvel album, avec certes des chansons qu’il trimballe sur scène depuis pas mal de temps déjà, mais qui est forcément un événement dans le petit monde d’une chanson qu’on aimerait élargir par tous ses bouts pour lui offrir un auditoire large, à la juste mesure de son talent. On se serait attendu à un disque en studio, et c’en est un en live, dans le feu de l’action, au coeur de son art, enregistré sur ses terres avec la complicité du public de la MJC du Vieux-Lyon, qu’il nous offre cette floraison de chansons.

17553606_10210735572198885_3800994384569595468_nQu’il nourrit du dedans de l’Homme, de nous. De ce que nous sommes. « J’ai la vie qui cherche à savoir ». De ce que nous devenons : « Tout ne tient / Qu’à des riens / Nous devenons ». Balmino fait dans l’introspectif, chaque vers sonde qui un mot, qui une idée, une émotion. Et nous les restitue avec superbe. « J’ondule et tu t’entêtes / Elégance au fer rouge / Foudroyance rare jusqu’à ce que / Plus rien ne bouge ». Treize titres où le Lyonnais nous tient en haleine, où il n’économise pas son souffle quand le public, lui, le retient pour n’en rien manquer, ni un silence ni une ponctuation, encore moins la caresse d’une phrase : « Je t’ai tenue tu m’as bu / On s’est parcouru nos rues / Je t’ai appris par corps / On m’avait dit que tu mords / Ça n’a pas loupé je suis mordu… »

La chanson de Balmino est charnelle comme rarement une chanson peut l’être. Elle vous pénètre et vous anime, tel un Alien. Elle vous rend humble, elle vous rend beau. S’il écrit sur ses doutes, sur ses peines, « sur la roue qui tourne et m’entraîne », soyez certains que c’est le même manège. Il n’y a pas de confusions de sentiments entre lui et vous : il parle de lui autant qu’il cause de vous.

 

Balmino, ContreSens, Samedi 14/InOuïe distribution 2017. Le site de Balmino, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là.

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives