J’aime pas Juliette ! | NosEnchanteurs

J’aime pas Juliette !

Juliette (photo DR)

Juliette (photo DR)

J’aime pas Juliette. 24 ans déjà que je l’ai découverte, avec son album Irrésistible. 24 ans que je consacre du temps à dire que c’est rien chouette auprès de ceusses qui la connaissent pas. Et tout ça pour quoi ? Toujours pas fichue d’avoir une chanson populaire. Tout au plus, les gens savent que c’est la grosse chanteuse à lunettes. Pour le reste, que dalle ! J’en suis donc toujours à mon point de départ. Je prêche dans le désert. A croire qu’elle a le talent encombrant. J’aime pas Juliette.

Pis j’aime pas Juliette parce que ses chansons, elles sont compliquées. C’est vrai, quoi, y’a plein de mots dedans que tu comprends pas bien. Je me souviens que j’ai dû regarder au dico, dans le temps, pour savoir ce que c’était que des morilles bistres, une cantharide ou de la datura, ou encore ce foutu madrigal qu’on est censé chantonner. Je pigeais que pouic. C’est quand même moins de boulot d’écouter Calogero… Et quand c’est pas des mots, c’est des noms ! Elle arrête pas de parler de gens qu’on connaît pas. Des gens morts il y a longtemps, qu’il y a plus qu’elle pour s’en souvenir. Musidora ? Flora Tristan ? Bukowski ? Roger Salengro ? Est-ce qu’elle ne la ramènerait pas un peu ? Comme si elle ne pouvait pas faire référence à Hanouna ou à Maître Gims, qu’on saisisse son propos. J’aime pas Juliette.

Aussi j’aime pas Juliette parce que chez elle, ça y va fort. Ses musiques, y’a plein de notes et plein d’arrangements. Elle te balance toujours des tas d’instruments, que c’en est fatigant. Ou alors elle enregistre des albums en public, uniquement avec son piano. Pas de juste milieu, quoi. Elle me gonfle. Surtout qu’au niveau chant, c’est pas non plus de la demi-mesure. Elle varie, elle chante fort ou tout doucement, elle fait sa comédienne, elle en fait même des tonnes parfois… Mais plus personne fait ça aujourd’hui ! C’est total démodé, à part un peu Stromae quand il chante comme Brel. Bon, paraît qu’elle perpétue la tradition des chanteuses de music-hall d’il y a longtemps. Mouais. Y’en a des tas qui ont pas besoin de ça pour avoir du succès. Juliette, elle ressort trop du lot. C’est dérangeant. C’est vrai, quoi, c’est bien beau d’avoir de la personnalité et du caractère, c’est pas pour autant qu’il faut ainsi l’étaler au nez de tout le monde. Non, décidément, j’aime pas Juliette.

J-aime-pas-la-chanson-DigipackAlors, quand Juliette sort un album qui s’intitule J’aime pas la chanson, je me précipite pour l’écouter. Ben oui : puisque moi j’aime la chanson et que j’aime pas Juliette, si elle, elle n’aime pas la chanson, je pourrais par contradiction me mettre à aimer Juliette. C’est juste, non ? Mais je sais pas si j’ai bien fait car elle parle pas mal d’elle dans ses nouvelles chansons. Or, moi, je sais pas si vous le savez, j’aime pas Juliette.

Déjà, dans cet album, elle se moque d’elle-même à plusieurs reprises. Que voulez-vous que je rajoute encore ? « Ronde du cul, frisée du tif », qu’elle est, avec des lunettes qu’aucune autre chanteuse n’oserait porter (« En vérité je vous le dis/Y’a qu’moi et Nana Mouskouri »). Vraiment une drôle de nana, une éternelle pas féminine, de celles qui font partie « des oubliées des fantasmes et des talons aiguilles », de celles « qui se foutent du bonheur d’être mère et qui prennent la route d’une vie singulière ». Elle se vante même d’être la reine de la procrastination. Son mot d’ordre : J’attendrai donc demain qu’aujourd’hui soit hier ! Toutes les excuses pour ne pas bosser, quoi : « J’ai encore le temps pour changer d’idée/Et que cette chanson prenne sépulture/Dans le grand néant de mon disque dur ». Et que je te bassine encore avec le vieux piano droit de son enfance ou ses débuts de provinciale à Paris…

Evidemment, dans ce nouveau CD, on s’amuse aussi beaucoup. C’est que la Juliette donne dans le grivois et le gaillard en évoquant les bijoux de famille (le creux de ses reins est leur seul écrin !), s’imagine le discours succinct du lauréat d’un César (Pierre Perret avait eu la même idée avec son Trophée), ou se lance dans une reprise improbable de C’est ça, l’rugby des Frères Jacques. Ouaip, difficile de réfréner son sourire ! Mais d’un autre côté, bing, voilà l’émotion qui prend le dessus, quand elle évoque le sort des migrants (« Il faut du courage pour tout oublier/Sauf sa vieille valise et sa veste usée/Au fond de la poche un peu d’argent pour/Un ticket de train, aller sans retour ») ou le spleen qui te tombe sur le râble, les jours à météo marine. Et je te parle pas de la réflexion sociétale d’un Midi à ma porte. Y’a trop de trucs pour un seul disque. Elle a bien raison de dire que la chanson mélange serviette et torchon. Non, j’aime pas Juliette.

Mais si elle aime pas la chanson, elle va arrêter alors ? Même pas. C’est un piège à cons. Ce titre, c’est du foutage de gueule, de l’ironie, du test pour voir qui a compris. En vrai, elle en dit du bien, comme quoi c’est un art qui habite nos esprits sans en avoir l’air, qui nous console ou nous régénère, nous pousse à la révolte et raconte la vie. Tu penses bien qu’elle va pas nous lâcher après ça ! En fait, c’est sa drogue, « tant d’heures de trime/Et tant de questions/A chercher la rime/A manger du son ».

Bref, la crois pas quand elle chante J’aime pas la chanson. Elle fait encore sa maligne et espère que les gens vont piger l’astuce. Quelle drôle d’ambition ! C’est sûr, j’ai jamais aimé, j’aime pas et j’aimerai jamais Juliette…

 

Juliette, J’aime pas la chanson française, Polydor/Universal 2018. Le site de Juliette, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit d’elle, c’est là. Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

13 Réponses à J’aime pas Juliette !

  1. Jean-marc Nicolai 14 février 2018 à 11 h 00 min

    Une des meilleures chroniques que j’ai lues

    Répondre
  2. Christine Fabre 14 février 2018 à 14 h 28 min

    Ah ah quel beau et bon paper je me suis régalée !! Merci

    Répondre
  3. MARTINE ULLMANN 14 février 2018 à 16 h 02 min

    J’aime pas Juliette !!!! Je l’adore …. du coup, j’me demande si je ne suis pas en train de ne pas aimer Pol de Groeve ????? ce serait terrible, non ???? car cela voudrait-il dire que j’adore pol de Groeve ???? Faut que j’réfléchisse, moi, là …..
    Merci Cathy, de m’avoir imposer ce lourd pensum …..

    Répondre
  4. viviane pyre 14 février 2018 à 17 h 08 min

    Bravo Pol, tu n’as rien perdu de ta verve depuis les années
    « Mars en Chansons »
    Toute mon amitié
    Vivi

    Répondre
  5. Emmanuel Poullain 14 février 2018 à 19 h 58 min

    Chapeau pour l’article !!! Heureusement qu’elle est là.en ces lendemains de « Victoires » de la musique pour rappeler que la chanson c’est : « tant d’heures de trime/Et tant de questions/A chercher la rime/A manger du son ».- Maintenir un haut niveau d’exigence textuelle et musicale est devenu si rare, que ce ne peut être que précieux. Bravo Juliette !

    Répondre
  6. Daniel Dion 14 février 2018 à 20 h 00 min

    Son dernier CD devrait passer à la radio tous les jours, les chaînes de télé devraient l’inviter très souvent, ce n’est que de la qualité et de la grande chanson.

    Répondre
  7. Emmanuel Riboli 14 février 2018 à 20 h 01 min

    C’est vrai que la Juju elle commence franchement à nous gonfler sévère , avec son talent énorme et ses chansons hors normes, les autres on l’air de quoi à coté quand on les écoutes, on apprécie même plus la soupe populaire à force de Diner chez Bocuse, non Juliette ca use ca use les soupières

    Répondre
  8. Guy Rougier 15 février 2018 à 10 h 15 min

    Ça c’est de l’article ! J’adore. Et Juliette aussi.

    Répondre
  9. Vincent Capraro 15 février 2018 à 12 h 10 min

    Bravo Pol , voilà une chronique que je n’aime pas à la folie! Tu es vraiment trop fort! une belle publication de saint Valentin pour les amoureux de la chanson. J’avais déjà acheté le coffret de l’intégral de Juliette sous la contrainte, je m’en vais trouver rapidement ce dernier album tant tu m’en as dégouté passionnément. J’irai même la voir sur scène des que possible et ça frise le masochisme.

    http://vincentcapraro.fr/categories/juliette/

    Répondre
  10. Ghislain Debailleul 16 février 2018 à 17 h 09 min

    A Juliette en réponse à Pol !
    « J’ai escaladé ces murs sur les ailes légères de l’amour car les limites de pierre ne sauraient arrêter l’amour. Ce que l’amour peut faire, l’amour ose le tenter ! Voilà pourquoi Pol n’est pas un obstacle pour moi ». Sans me prendre pour Shakespeare il fallait bien que quelqu’un prenne la plume pour déclarer sa flamme à Juliette et moucher ce malotru de Pol.
    Dès le premier paragraphe de son article on découvre la rancœur de l’amoureux déçu par 24 longues années à attendre le tube que Juliette n’a pas produit. Comme disait l’ami Béranger, elle n’a pas de tubes car elle n’est pas marchande de tuyaux. Et puis cette manière de s’attaquer au physique des gens (« grosse chanteuse à lunettes »), oh que c’est bas. Moi je la trouve sexy Juliette, moi j’aime Juliette.
    Ces chansons sont compliquées qu’il dit l’ignare. C’est le même qui doit certainement avoir le nez plongé dans ses dicos en écoutant Brassens. Ah oui pardon il est mort et peut-être Pol ne se souvient plus de lui non plus. Moi je comprends tout ce qu’elle chante Juliette, moi j’aime Juliette.
    Allez maintenant des propos acerbes sur sa musique avec trop ou pas assez d’instruments et sur sa manière de chanter soit trop fort soit trop doucement. Encore un qui écoute ses disques dans sa voiture et pour qui le niveau sonore doit être constant ni trop fort ni trop faible. Décidément ta voix me prend aux tripes Juliette, moi j’aime Juliette.
    Pol prétend aimer la chanson et par un raisonnement tarabiscoté il pourrait quand même arriver à aimer Juliette si elle ne parlait pas d’elle dans son album. Mais moi justement j’aime quand Juliette parle d’elle. Mais, je ne sais pas si vous le savez, moi j’aime Juliette.
    Après l’avoir attaquée sur son physique voilà qu’il la traite de fainéante et traîne dans la boue ses souvenirs d’enfance. Le grivois et le gaillard chez Juliette trouve quand même grâce aux yeux de Pol qui a toujours eu un côté « pervers pèpère ». Il piétine allègrement son engagement en faveur des migrants et se moque de sa réflexion sociétale. Justement moi j’aime les femmes engagées. Oui moi j’aime Juliette.
    Ultime outrage quand il espère avoir ainsi écouté son dernier disque et la voir s’arrêter définitivement de chanter. Quel étrange critique de disque que ce Pol là ! C’est sûr j’ai aimé son nouvel album qui ne sera pas le dernier. Oui moi, j’aimais Juliette, j’aime Juliette et j’aimerai toujours Juliette…
    Ghislain
    Post-scriptum : Allez Pol, un bon mouvement pour une fois … avoue que toi aussi tu aimes Juliette, personne ne le répètera.

    Répondre
  11. Pol de Groeve 16 février 2018 à 17 h 10 min

    Ça c’est du com !!! Merci Ghislain. C’est des coups à me faire aimer Juliette et à retourner l’applaudir avec toi

    Répondre
  12. POMMIER Marc 17 février 2018 à 19 h 46 min

    Que rajouter de plus à cette verve délirique ??? Bien peut-être découvrir un CD de Juliette qui n’aime pas la

    Répondre
  13. POMMIER Marc 17 février 2018 à 19 h 53 min

    Que rajouter de plus à cette verve délirique ??? Bien peut-être découvrir ce CD de Juliette qui n’aime pas la chanson et de POL qui n’aime pas JULIETTE !!!

    Ne nous aimons pas les uns ni les autres et surtout pas en chansons !!!

    Qu’est-ce que je vais raconter à ce sujet, après écoute ? Je vais peut-être léguer toute ma collection de disques où il y a des chansons !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives