CMS

Masdau, langue verte et cœur tendre

 

Masdau Photo d'archives Céline Morel

Masdau Photo d’archives Céline Morel

S’entêtant dans une posture qui l’éloigne des gens bien et de leur compte en banque, plutôt que d’effectuer un Virage à droite comme ses habiles collègues (1), Masdau préfère risquer de couler par le fond en lançant son appel du haut du mât de misaine : « A gauche toute ». C’est le dessinateur-chantiste Jean Marc Héran qui l’habille en piraterie chansonnesque, foulard vert, panache rouge et tête de mort, avec comme arme sa seule guitare. L’album a un petit côté vintage pour la présentation (le boîtier cristal, ce n’est pas très écolo, l’album mériterait une pochette carton !)

Pour le contenu, ses quatorze chansons sont une invitation à une salutaire prise de conscience, visant à éliminer l’ « esprit de lucre et de profit » dans un « esprit de partage et d’entraide » dans « l’amour du prochain et bien sûr de la prochaine ». On peut craindre le pire, dans la lignée des chanteurs dont se moquait Coluche et son Misère, même si lui-même se battait contre elle. On ne peut que penser que Richard Daumas s’en soit souvenu : « C’est une ombre, un soupir / Que le vent fait frémir / Chaque fois qu’un sourire / Disparaît d’un visage  (…) Elle est née comme par magie / D’une mère nommée Finance / Et d’un père appelé Profit (…) La misère » ; entre Dame pauvreté de Jean Villard Gilles, et Tous ces mots terribles de François Béranger.

DE RICHARD DAUMAS À MASDAU On connaît Richard Daumas hôte de ses amis les artistes, chanteurs et poètes, dans ce joli cabaret aixois non loin de l'Hôtel de Ville, dont nous vous avons souvent parlé...On y a vu Morice Bénin, Jean Duino, Joël Favreau, Sarcloret, et chez les plus jeunes Guillo, Roucaute , Jeph, Lucien la movaiz graine ou Samuel Covel, et bien d'autres...On connaît Richard Daumas, alias Masdau, repreneur de Brassens, si habité par l'âme du grand Georges qu'il le chante comme il respire, et écrit dans sa veine, tendance coquine assez souvent, mais non exempt de tendresse. On a entendu parler du chansonnier habile et de son Petit homme, une des six chansons publiées en intégralité dans le Si Sarkozy m'était chanté de Michel Kemper. On  connaît moins la jolie écriture des Dis...de Provence, où son imagination fertile a créé quinze contes poétiques et pittoresques incarnant quinze lieux, dans la lignée des grands conteurs provençaux. Ceux qui l'ont rencontré savent son entêtement rebelle à écrire hors des cadres, à brouiller les pistes, à déshabiller les culs-bénits, à satiriser les puissants, et à poser des questions existentielles aux artistes qu'il met cruellement et affectueusement sur la sellette de l'air de celui qui ne dit rien. Mais surtout son infatigable propension à refaire le monde, même si ses idées l'éloignent des sunlights du showbiz, de la gloire et du fric qui va avec.

DE RICHARD DAUMAS À MASDAU
On connaît Richard Daumas hôte de ses amis les artistes, chanteurs et poètes, dans ce joli cabaret aixois non loin de l’Hôtel de Ville, dont nous vous avons souvent parlé…On y a vu Morice Bénin, Jean Duino, Joël Favreau, Sarcloret, et chez les plus jeunes Guilam, Roucaute , Jeph, Lucien la movaiz graine ou Samuel Covel, et bien d’autres…On connaît Richard Daumas, alias Masdau, repreneur de Brassens, si habité par l’âme du grand Georges qu’il le chante comme il respire, et écrit dans sa veine, tendance coquine assez souvent, mais non exempt de tendresse. On a entendu parler du chansonnier habile et de son Petit homme, une des six chansons publiées en intégralité dans le Si Sarkozy m’était chanté de Michel Kemper. On connaît moins la jolie écriture des Dis…de Provence, où son imagination fertile a créé quinze contes poétiques et pittoresques incarnant quinze lieux, dans la lignée des grands conteurs provençaux. Ceux qui l’ont rencontré savent son entêtement rebelle à écrire hors des cadres, à brouiller les pistes, à déshabiller les culs-bénits, à satiriser les puissants, et à poser des questions existentielles aux artistes qu’il met cruellement et affectueusement sur la sellette de l’air de celui qui ne dit rien. Mais surtout son infatigable propension à refaire le monde, même si ses idées l’éloignent des sunlights du showbiz, de la gloire et du fric qui va avec.

Certes Masdau en remet une couche, contre les profiteurs, les combinards, les discourtois, les petits chefs, les médias qui ne parlent jamais d’amour, les politiques – son Ode à Maqueron n’a rien d’une action de grâce – les cons et les trousse-pets (2), les religions, parfois avec des longueurs, parfois avec panache : « A force d’avaler les fadaises / Qui s’attachent à rien de concret / On a la cervelle arthrodèse (3) / Et le corps dans un halecret (4)». D’ailleurs, il ne se désintéresse pas de la désertification des églises : sa solution (iconoclaste) à la crise de foi est la fabrication d’hosties artisanales aux goûts plus variés que ceux des pizzas , jusqu’à en faire des space-cakes : « Le curé en reste baba » !

Tout autant capable de sortir cent vacheries à la minute, que d’évoquer délicatement le passage du temps : « A l’ombre des collines ma mie / La vigne pousse contre le vent », la mort donc la vanité de la vie. Ou de rêver sous les étoiles « A l ’heure où la chouette hulule / Les anges dansent en paradis / Le voyage peut commencer / A travers l’océan des rêves / Vers des désirs inachevés ». Ses chansons se déroulent comme des dits de troubadour, tantôt poète, tantôt baladin, entre Brassens, Vassiliu ou l’autre homme de sa vie, Claude Astier, le parrain de la Cave aux artistes, le copain de toujours. Ce Chanteur athée plein d’autodérision (Prononcez un peu à voix haute, d’un trait, pour voir…) ne répond-il pas au Chanteur parano de Claude ? « Mais vous ne pouvez-pas nier / Que j’ai quand même réussi / A les fair ‘chier / Les margoulins de la culture / Qui ne voient que dans la chanson / Un fond de commerce à usure / Pour décervelés sans passion ». La seule chanson qui n’est pas sienne dans l’album, c’est d’ailleurs la momie de Claude, douce et tendre perdue au milieu des monstres, finement orchestrée avec Joël Favreau, qui prête son talent de guitariste à plus de la moitié des titres, ainsi que Paul-Jean Lafa et sa contrebasse.

daumas-A gauche toute-300x300Les musiciens habillent joliment la plupart des titres dans une ambiance folk-rock ou chanson brassenienne, avec Emile Shoeb à la batterie, et même une note de piano, en plus de la guitare rythmique du chanteur. A retenir tout particulièrement Un matin de mai, qui démarre en blues avant de virer rock, Nouvelles brèves et son rythme exotique, les notes qui tanguent de l’Ode à Maqueron. Et la ritournelle bien cadencée de Je veux du pognon, chanson destinée à nous représenter à l’Eurovision (si, si !)

Sur le disque comme sur la scène chaque chanson est reliée à la précédente par une petite annonce ou moralité dite avec la bonhomie de l’ange Boufareu (5). Ça en fait ainsi une fresque unique, celle d’un honnête homme qui voudrait changer le monde. Qui sait ? Il est capable d’y arriver, le bougre. « On les aura mon camarade / Par le rire et la dérision ».

(1) A prendre au nieme degré, je préfère préciser pour éviter les tsunamis des réseaux sociaux
(2) Marmot qui vous colle aux basques. Par extension : lèche-cul

(3) Bloquée, par allusion à l’intervention chirurgicale bloquant une articulation
(4) Corselet de fer
(5) Ange souffleur, récitant de la Pastorale des santons de Provence, pittoresque, complice et compréhensif

A gauche toutes, Masdau / Richard Daumas, CD auto-produit 2018. Richard Daumas était en concert de présentation d’album samedi 17 août au Théâtre Tousky à Marseille.
Le site de Richard Daumas – Masdau, c’est ici.
Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

Une réponse à Masdau, langue verte et cœur tendre

  1. Catherine Laugier 1 septembre 2018 à 22 h 43 min

    Quelques extraits du concert de Richard Daumas au Toursky
    https://youtu.be/6bWeGvWfo7A

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives