CMS

Stéphanie Lignon donne le la à nos vies et à nos musiques

Présentation de l'album à El Casal, à Perpignan (photo Aurélie Buguna)

Présentation de l’album à El Casal, à Perpignan (photo Aurélie Buguna)

Si vous êtes lassés du tumulte et de la gesticulation des égos sans consistance, des rythmes convenus que le marché impose, des couleurs criantes qui vous agressent et des jérémiades modélisées et lassantes, alors, vous pouvez sans crainte entrer dans l’album de Stéphanie Lignon. Claviers, guitares, contrebasse, accordéons et batterie donnent le meilleur d’eux-mêmes sans ostentation pour porter ces ballades aux mélodies presque familières. L’écriture poétique coule limpide dans une belle diction. Pas besoin d’un livret pour suivre les paroles. C’est de la chanson que certains disent « à texte », d’autres « de qualité » et pourquoi pas « bio » ou « élevée sous la mère » ! C’est surtout de la chanson sans artifice, sortie tout droit du cœur et de la tête, mais soigneusement travaillée dans les vers et dans la mesure et qui sonne agréablement à nos oreilles.

D’abord elle nous invite à un voyage. Sans prétention exotique, mais avec un ressenti profond. Collioure, le joyau de la côte catalane, évadé d’un album précédent, plus condensé mais toujours aussi beau. Puis Quimper, la perle armoricaine. Deux cités si différentes et si proches pourtant. Stéphanie donne de la vie aux pierres et des parfums aux embruns. Elle sait débusquer ici et là « Des endroits si fragiles /Que le souffle d’un cil / Pouvait déshabiller », car c’est aussi un voyage dans nos vies.

42816439_10217400408268869_8839261025535524864_nC’est une porte  qui s’ouvre vers notre humanité avec ses forces et ses faiblesses, vers l’authenticité de nos sensations et de nos sentiments. Car elle partage notre quotidien, quand on prend la peine de le vivre sans le fuir et le souvenir de nos erreurs et de nos réussites. Elle nous présente son album de photos et nous nous reconnaissons. N’allez pas croire cependant qu’elle se dissout dans la banalité du commun. Bien au contraire, elle donne de la couleur à nos épreuves, de la consistance à nos incertitudes et de la vie à nos espoirs, mais elle demeure elle-même, avec son propre vécu : « On aimait notre vie d’artiste… », « Nous étions deux… au bord du temps ». Avec un soupçon de nostalgie parfois, sans mélancolie ni amertume, elle explore l’âme humaine.  Elle contemple sa propre enfance dans les yeux et les gestes de son Enfant. Elle plonge avec Oublié dans les abîmes, regimbe avec une pointe de colère avec Ne laisse rien, mais elle est surtout une observatrice à la fois délicate et impitoyable de son environnement : « Rien n’échappe à mes yeux / Le souffle long des songes / Sourires bien heureux / Douce tiédeur de l’ombre ».

Artiste (trop) discrète, Stéphanie Lignon poursuit avec ce troisième album un parcours dans le beau et le vrai, avec une évidente délicatesse et une force pas si tranquille qu’on pourrait croire, mais génératrice de vie.

 

Stéphanie Lignon, Collioure–Quimper, autoproduit 2018. Le facebook de Stéphanie Lignon, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit d’elle, c’est là. Pour commander l’album : Chapeau Bas, 15 bis rue des Trabucaires, 66700 Argelès-sur-Mer (15€ frais de port compris).

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives