CMS

François Morel au Sommet de Devos

François Morel (photos Fiona Defolny/Rond-Point)

François Morel (photos Fiona Defolny/Rond-Point)

« J’ai des doutes », 5 janvier 2019, Théâtre du Rond-Point à Paris,

 

Certains, c’est certain, ont comme moi l’éternel regret de n’avoir vu Devos en scène. C’est trop tard, mais. Mais le Deschien de garde de l’humour absurde et poétique de Devos qu’est Morel est là, non qu’il garde le temple mais entretient comme il faut, avec grand soin, le souvenir du bonhomme. Le sort, le fait respirer un peu.

C’est en démon qu’il nous arrive sur scène, relatant par le menu la rencontre, quelque part dans la nuageuse stratosphère, forcément un soir d’orage, de Dieu et de Devos. C’est Dieu qui l’avait voulu : « Saint-Pierre, je m’ennuie, convoquez-moi Devos ! ». Les anges étaient aux anges. Si émus qu’ils en avaient des auréoles sous les bras. Drôle de vie d’ailleurs qu’être ange. Et Devos sans rire à l’adresse du boss : « Tant que vous étiez dans l’imaginaire, je pouvais croire, mais… » Comprenez, si le bon Dieu a créé le monde, Devos a créé son univers. Incompatibilité. Dieu est en crise de foie. Et Devos est renvoyé sur Terre. Et ce soir il est là, devant nous, pcc Morel. Et, ne l’oublions surtout pas, tel un point fixe sur un écran télé, Lemire, Romain de son prénom.

Devos, donc, se le rejoue. Et c’est cascade de gags, de sketches : de l’absurde, du non-sens, si ce n’est celui giratoire quand sur un Rond-Point toutes les sorties sont interdites. C’est marrant (euh), sur ce précis rond-point du théâtre éponyme, à quelques mètres de là, CRS et manifestants jouent la même comédie de voies sans issue, sans échappatoire pour les jaunes, dans un halo d’hallali façon gaz lacrimos. « Mais… il n’y en a pas qui cherchent à s’évader ? », « Si ! Mais ils sont tout de suite repris », « Par qui ? », « Par la police… qui fait sa ronde… mais dans l’autre sens », « Ça peut durer longtemps ! », « Jusqu’à ce qu’on supprime les sens », « Si on supprime l’essence… il faudra remettre les bons », « Il n’y a plus de bon sens ! »

François Morel et Romain Lemire

François Morel et Romain Lemire

« Je vais parler pour ne rien dire : quand j’ai rien à dire je veux qu’on le sache. On va donc parler de rien, ce qui n’est pas rien ». Parlons. Ils sont deux, donc. Deux sur scène qui ne sauraient se passer l’un de l’autre. François Morel, acteur et chanteur, humoriste. Et Romain Lemire, musicien et chanteur, qui toujours tente (c’est difficile, même pour lui) de garder son sérieux. Formidables. A nous faire revivre un temps qu’on a cru révolu, disparu. Avec inventivité, avec talent. Et des trouvailles de mise en scène qui nous laissent babas. Et même, de temps à autres, par le truchement d’une marionnette à gaine, le Devos-le-vrai, enfin… sa voix. Et celle de Chancel, pas même chancelante, qui le radioscopie.

Bon, on ne va pas vous narrer par le menu (la track-list, dirons les prétendus modernes) ce récital extra-ordinaire : il nous restitue un peu du Devos à son sommet. Son Faites l’amour ne faites pas la guerre (« Sous les draps, sous les drapeaux… »), Il y a des choses bizarres, Le clou… Même ce désopilant d’ivresse qu’est Le musicien sur les verres où sérieusement titubent les vers comme la prose. Et son chien avec qui il fait conversation ou conversion. Et les vertus comparées de Sainte-Thérèse et des seins d’Emmanuelle. Et Caen, y’a pas de doutes !

Le rire est la propre de l’homme. Il l’est de Devos comme de Morel et de Lemire. De nous, public ravi de ces si délicieux déluges de verve. Le spectacle a beau se clore par J’ai des doutes, ça fait quatre-vingt minutes que, dans la salle, plus personne n’en a. A tel point que personne ne se fait prier : l’unique rappel, ce sont les spectateurs qui chantent, en un immense karaoké : « Je hais les haies / Qui sont des murs / Je hais les haies / Et les mûriers / Qui font la haie / Le long des murs / Je hais les haies / Qui sont de houx / Je hais les haies / Qu’elles soient de mûres / Qu’elles soient de houx ! »

Certes ce ne fut qu’un bout de l’œuvre de Devos, qu’un tout petit peu de son répertoire, mais Dieu sait que, par Morel, on tient le bon bout.

 

Ce que NosEnchanteurs a déjà dit de François Morel, c’est ici ; et de Romain Lemire c’est là. Ainsi que de Raymond Devos. Reprise de la tournée à partir de début mars 2019.

Sur cette vidéo, Morel est en duo, non avec Lemire, mais avec Antoine Sahler : Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Une réponse à François Morel au Sommet de Devos

  1. Odile Fasy 19 janvier 2019 à 10 h 00 min

    Oui je le confirme, un spectacle que j’ai eu la chance de voir en novembre dernier au Train Théâtre à Portes les Valence.
    François et son complice sont formidables pour nous conter du Devos , on rit énormément!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives