CMS

Les chemins de traverse de Jean Humenry

Jean Humenry (photo non créditée tirée de sa page facebook)

Jean Humenry (photo non créditée tirée de sa page facebook)

Retour en un ouvrage de Nicolas Céléguègne sur la légitime ambition d’un mélodiste, producteur, animateur, apprécié qui s’est mis tour à tour au diapason de publics variés.

Il est temps d’écrire l’histoire de ces étonnantes et généreuses générations d’artistes français nés après-guerre. La liste est longue de celles et ceux qui accompagnent notre quotidien par leurs œuvres à partir des années soixante-soixante-dix. Avec son lot de météores et de têtes d’affiches durables. Beaucoup s’y attellent avec passion et parfois nostalgie d’un certain âge d’or de la création en matière de chansons dite de caractère. Ainsi en est-il de la biographie que vient de consacrer Nicolas Céléguègne (par ailleurs collaborateur du site NosEnchanteurs) à Jean Humenry, sous le titre Itinéraire d’un chanteur obstiné. Retour sur la légitime ambition d’un mélodiste apprécié qui s’est mis tour à tour au diapason de publics variés.

9782140134159-475x500-1D’emblée Nicolas Céléguègne annonce la couleur : son portrait de Jean Humenry est le fruit d’une empathie sans failles. Ou quasi. Il convoque ainsi à ses côtés une foule d’autres amis de l’artiste (Dont votre modeste serviteur) pour en souligner l’intérêt et appuyer son choix de raconter. Au risque d’aboutir à un encensement généralisé et répétitif. Il sait se faire apprécier : « Ses chansons…sont autant de cailloux multicolores éparpillés aux vents de l’amitié. » confiait comme pour répondre à l’objection un de ses préfaciers, Serge Dillaz. Il ne s’agit pas de rester entre amis. Car il est une évidence : « Le grand public connaît si mal Jean Humenry, c’est un fait, mais je parle du grand public ! Pour le connaître un peu, il faudrait sans doute avoir été scout, avoir passé ses années lycéennes dans les aumôneries ou s’intéresser de près à la chanson dite pour enfants. Illustre inconnu ? Pas tout à fait, mais en dehors des clous ; c’est certain. Et c’est ce que j’aime. »

Au temps du groupe Crèche, avec Mannick (photo DR)

Au temps du groupe Crëche, avec Mannick (photo DR)

Qui donc est celui que le site de la Sacem crédite de 1216 chansons, paroles, musiques ou les deux ? Un obstiné il est vrai, tant le parcours n’a pas été tout tracé, depuis ses débuts, pour le natif des Hautes-Pyrénées. Au fil des pages l’auteur nous aide à prendre la mesure d’une séquence de plus de cinquante ans de carrière marqués par des tournants, saisis dans l’air du temps. Au fil des rencontres et des étapes, largement évoquées, Jean Humenry « créateur de liens » a choisi les chemins de traverse. Avec comme fil rouge celui d’une musique « bâtie » sur l’espoir comme l’écrit l’harmoniciste Jean-Jacques Milteau.

COLLECTION CABARET . L’ouvrage consacré à Jean Humenry paraît dans la « Collection cabaret » dirigée par Christian Stalla, aux éditions L’Harmattan. Collection qui a pour objectif de perpétuer la mémoire des cabarets et de publier des ouvrages en relation avec ces lieux d’expression artistique. Nombreux titres parus dont le récent « La Tanière, 1975-1986 » de Jacques Courtier. Chronique d’une petite salle parisienne dédiée à la chanson durant onze saisons.

COLLECTION CABARET
.
L’ouvrage consacré à Jean Humenry paraît dans la « Collection cabaret » dirigée par Christian Stalla, aux éditions L’Harmattan. Collection qui a pour objectif de perpétuer la mémoire des cabarets et de publier des ouvrages en relation avec ces lieux d’expression artistique. Nombreux titres parus dont le récent « La Tanière, 1975-1986 » de Jacques Courtier. Chronique d’une petite salle parisienne dédiée à la chanson durant onze saisons.

« Tous mes rêves filaient vers Paris » partage dans un texte inédit Jean Humenry. Impossible de résumer ici toutes les moments du parcours d’un musicien inspiré par le folk, bouleversé par Bob Dylan et autres Anglo- Saxons. Je retiendrais, pour les années soixante-dix, les pages consacrées au groupe Crëche, première version (avec Mannick, Gaëtan de Courrèges, Jo Akepsimas, Bernard Haillant et… Jean Huméry) de joyeuse mémoire. Ou encore le tournant des années 80 où le chanteur déjà connu croise pour deux albums la route du parolier Franck Thomas, de l’orchestrateur Jean Musy et du producteur Claude Carrère, figure du showbiz. « Je n’ai pas fait un tube (Heureusement pour moi). Je reprends ma liberté pour revivre sur le terrain mes engagements avec les associations. Mon coureur de métier » confie Jean Humenry en écho à l’auteur. Au titre de la singularité encore, ce choix pionnier d’un home studio et l’abondante production pour le jeune public au plus près du terrain.

De nombreux portraits jalonnent le livre : de Raymond Fau et Jean Debruyne, figures de la chanson croyante pour tous, à la pléiade de musiciens professionnels qui ont travaillé en coulisses, sur scènes et en studios avec Jean Humenry. On ne fait guère cavalier seul dans ce métier. En attendant de nouveaux projets.

 

Jean Humenry. Itinéraire d’un chanteur obstiné. Préface de Marie-Agnès Boquien-Fresneau. Postface de Michel Kemper. Collection Cabaret. Éditions L’Harmattan. 254 pages, 25 € ; la dernière compilation en date de Jean Humenry, Aussi loin qu’ici (4 CD), est parue chez ADF/Comme-ci-comme çà.

Rencontre et signature autour du livre le vendredi 6 mars 2020, à partir de 19 heures. À l’espace des auteurs Harmattan, 24, rue des Écoles.75005 Paris.

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

2 Réponses à Les chemins de traverse de Jean Humenry

  1. JEAN HUMENRY 23 décembre 2019 à 19 h 03 min

    Emu et heureux d’avoir répondu à l’appel de Nicolas il y a deux ans. Il a été plein de respect en racontant l’immense chance que j’ai eue de pouvoir faire ce voyage avec seulement ce qui m’importait : juste tisser des liens.

    Répondre
  2. Joël Luguern 28 décembre 2019 à 23 h 31 min

    En lisant cet article, un souvenir me revient. A la fin des années 70 ou au début des années 80, je rencontre un ami dans la rue. On s’arrête, on discute et il me dit: » Hier soir à la télé, j’ai entendu un nouveau chanteur, de grande qualité. Il ne chante pas n’importe quoi. » Je lui demande le nom de l’artiste. Il me répond: « Jean Humenry ».
    Il y a quarante ans , il n’y avait que trois chaînes et Jean Humenry « passait à la télé ».
    Aujourd’hui il y a des chaînes à foison mais les nouveaux Jean Humenry (ni lui-même d’ailleurs!) ne sont jamais invités sur les plateaux de télévision.
    Je vous laisse en tirer la conclusion.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives