CMS

Quoi de neuf ? Gaston Couté !

Gaston Couté

Gaston Couté (par son ami Gabriel Lion, 1900)

C’est le printemps. La saison de toutes les audaces et des jeunes pousses. Michel Kemper et le label EPM lancent avec le soutien de NosEnchanteurs une nouvelle collection dédiée à la chanson comme on l’aime, traversant les époques. Quand l’héritage sait se faire contemporain. Michel Kemper en détaille les intentions et la feuille de route (voir l’entretien ci-dessous).

Il s’agit donc en ces temps de se laisser surprendre. Quelle plus belle évidence avec le premier numéro de cette nouvelle collection. Quoi de neuf ? Gaston Couté (1880-1911) ! L’œuvre du poète écrivant pour moitié en parler beauceron et pour moitié en langue française n’a jamais connu de longues éclipses. « C’est çà la terre de France » soulignait en son temps à son sujet l’écrivain Valéry Larbaud. Une reconnaissance appuyée par d’autres créateurs et non des moindres, de Max Jacob à Pierre Mac Orlan. Il faut rappeler, souligne Gérard Pierron, un de ses fidèles interprètes actuels, que Gaston Couté se voulait dans le sillage d’un Victor Hugo. A sa façon Gaston Couté a traduit au fil de ses années d’écriture en chansons ses révoltes, ses indignations, un antimilitarisme conçu à la veille de la grande boucherie de 14-18. Idéaliste chronique, le « mauvais gars » de la chanson Jour de lessive a su évoquer ces personnages de gens de peu qui dénoncent une réalité sociale criante d’injustice. Tout en ne s’enfermant pas dans ce seul registre : l’œuvre de Gaston Couté sait aussi évoquer les sentiments amoureux et tracer la lumière qui pointe au cœur même des ténèbres.
C’est dire que les chansons inspirent quasiment à chaque époque les générations de musiciens, interprètes et comédiens. Ce que Michel Kemper, dans le livret qui accompagne l’album, résume avec la ferveur qui le caractérise au sujet de Couté : « Guerres, misères, élections…ses indignations et révolte d’alors hantent pareillement notre siècle, avec des mots qui entrent en résonance… Couté, ce poète crotté qui, bien qu’absent de toute anthologie, de tout Panthéon, caracole encore dans la poésie chansonnière, à la manière d’un François Villon, à la manière d’une mauvaise herbe entre les pavés trop bien ordonnés ».

(pour commander ce double album, cliquez sur la pochette)

(pour commander ce double album, cliquez sur la pochette)

Couté notre contemporain ? La preuve en est offerte en deux CD et 30 titres choisis avec soin. Le premier récital réunit 18 textes mis en musique ou dits dans les deux dernières décennies, de 2000 à 2021. Dans cette sélection coup de cœur les interprètes féminines tiennent une bonne place. De Frédérique (Forgeard) qui en 2017 a mis en musique Ma vigne pousse aux chanteuses de rue de Pic Panacée (Marta dell’Anno et Lucie Taffin) avec tout récemment le Cantique païen. Ou encore la comédienne et accordéoniste Karine Germaix avec Le Pressoir. Les différentes facettes de l’œuvre chansonnière de Couté sont illustrées par des titres plus connus, comme Les Mangeux d’terre mis en musique par Bruno Martins du groupe Entre 2 Caisses. Ou encore La Paysanne, une sorte d’anti Marseillaise chantée par Adeline Guéret et Marie Mazille. A noter encore, parmi d’autres, l’approche de Laurent Berger (J’ai fait des bleus sur ta peau blanche), Yves Jamait (Dans vos yeux) ou Rémo Gary (La chanson des fusils).

Avec douze variations sur la même chanson, le second CD s’attache au texte sensible Jour de lessive illustré par une pléiade d’interprètes de Gaston Couté, des années 1953 (avec le comédien Pierre Brasseur) à La Bergère (Sylvie Berger) en 2021. Longue troupe d’artistes réunis pour la circonstance, de l’indispensable Loïc Lantoine aux incontournables Monique Morelli et Marc Ogeret. Ces nouvelles et récentes musiques sauvent une fois encore de l’oubli celui que l’on voyait en poète-paysan maudit au destin tragique. L’évocateur des réprouvés d’hier et d’aujourd’hui ne cesse de tracer un sillon de qualité pour les chansonniers d’aujourd’hui.

 

Gaston Couté, Jour de lessive, Collection NosEnchanteurs/EPM 2022.

Chez EPM d’autres albums Gaston Couté avec Le P’tit Crème, Bernard Gainier, Gérard Pierron et Marc Robine. Voir le site EPM

 

3 questions à… Michel Kemper :

« Conjuguer les grands auteurs au présent »

 

62260963_2954170347934453_4076679474421170176_nQuelle est l’idée de départ de cette nouvelle collection ?

Au départ, ce Couté était un projet unique, un one shot, une idée que j’avais en tête depuis près d’une décennie : je voulais mettre Laurent Berger sur un disque consacré à Gaston Couté ! C’est Christian de Tarlé, le directeur du label EPM, qui, au vu de ce projet élargi à bien d’autres artistes, m’a proposé d’imaginer une collection…

L’idée première c’est, par le truchement de grands auteurs, de proposer un joli panorama de la chanson d’aujourd’hui, celle qui se produit sous nos yeux. De montrer la pertinence, la présence de ces grands auteurs sur les scènes actuelles, de ne pas les conjuguer au passé mais bien au présent. Et, par eux, de « compiler » des artistes qui ne le sont jamais ou presque. L’an passé, on a vu ressortir nombre de compiles de « grands artistes » à l’occasion du centenaire Brassens : que des prétendues stars qui chantent Brassens comme moi je rate mes mayonnaises. Là, le Brassens qui sort en début mai, dans la Collection NosEnchanteurs, va nous offrir vingt autres propositions, bien plus sincères, pour ce qui sera sans doute la plus belle compilation qui soit.

Les artistes retenus sont de ma « famille », de celle de NosEnchanteurs. D’un talent fou mais pour la plupart délaissés des médias, comme beaucoup d’autres. Le choix des artistes, des titres et des interprétations privilégie l’inédit, l’émotion… Et l’amitié. Si, dans cette collection, nous faisons un jour un Renaud – il en est question – soyez assuré qu’il n’y aura aucun sociétaire de la « bande à Renaud », et que ce sera autrement plus sincère.

Comment travaillez-vous pour réunir interprètes et répertoires ? Comment réunir les versions ?

Il y a un grand nombre d’auteurs incontournables. Reste alors à voir cas par cas s’il y a le matériau suffisant en nombre et en qualité d’interprètes. Des collègues de NosEnchanteurs m’assistent, selon leur intérêt, leur niveau d’expertise. Des artistes aussi : Gérard Pierron qui nous fait découvrir Pic Panacée pour le Couté, JeHaN qui me recommande tel ou telle artiste pour le Dimey… Il y a beaucoup de réactivité, de confiance. Bien sûr, il y a des titres repères, mais pas trop : nul n’est besoin de L’Auvergnat pour traiter Brassens ou de Syracuse pour aborder les rivages de Dimey. Ces compiles ne veulent surtout pas ressembler aux autres. Alors on écoute beaucoup de disques, de versions, on débat, on découvre parfois… En ce moment, je n’ai jamais autant écouté Dimey de ma vie. Ce qu’on fait, c’est un jeu de construction où doivent s’ajuster nos envies d’artistes, de chansons, d’interprétations, de surprises, d’émotions. Je crois que le Couté et le Brassens sont à ce titre de purs joyaux.

Quels sont les prochains volumes de la collection ? Faites-vous appel au public pour envoyer des suggestions ?

Brassens Le Fidele absoluGeorges Brassens (« Le Fidèle Absolu ») en début mai puis Bernard Dimey (« Ce qu’ensemble on a vu ») en septembre. La suite est trop imprécise pour être annoncée, mais il y aura un album en décembre, un autre en mars (vraisemblablement Léo Ferré)… Un par trimestre donc. S’il y avait le matériau suffisant, je verrais bien dans cette collection un François Béranger ou un Patrick Font (si c’est pas un appel au public, ça…). Il nous faudra travailler sur un Allain Leprest, un Barbara peut-être, un Anne Sylvestre à l’évidence… A la condition que ça puisse révéler à un plus large public nombre de nos amis chanteurs, cette « famille » naturelle de NosEnchanteurs.

Propos recueillis par Robert Migliorini.

 

Yves Jamait « Dans vos yeux » : Image de prévisualisation YouTube

Pic Panacée « Cantique païen » : Image de prévisualisation YouTube

Loïc Lantoine « Jour de lessive » : Image de prévisualisation YouTube

5 Réponses à Quoi de neuf ? Gaston Couté !

  1. Catherine Laugier 31 mars 2022 à 12 h 21 min

    Marquée par les chansons autour de la grande guerre, la Der des Ders (!) autour de Coko, frappée par la « J’ai fait des bleus sur ta peau blanche » de Laurent Berger, d’un thème si actuel malheureusement, tout comme « Les électeurs » par Christian Deschamps qui fait sonner le patois, déjà en manque des Entre2Caisses, émue au larmes par « Les absinthes » par Bruno Daraquy, par ce clair « Cantique païen », et bien sûr par ce long « Jour de lessive », Gérard Pierron en tête, dont chaque interprète fait une chanson différente mais toujours poignante…
    Tout s’enchaîne à merveille et Couté est toujours plus d’actualité, la chanson est bien vivante même si on tente de la bâillonner et d’ignorer jusqu’à son nom.
    « C’est donc qu’y a encore des baladins… »

    Répondre
  2. TRIHOREAU 1 avril 2022 à 10 h 02 min

    Magnifique idée, cette collection !
    Ce Couté est très bien réussi, très varié, très actuel.
    Le second CD peut donner des clés à tous les nouveaux interprètes. Belle initiative !

    Répondre
  3. Emmanuel Guilloteau 4 avril 2022 à 12 h 40 min

    Peut-on imaginer plus bel hommage à Gaston Couté et à la chanson française, celle qui vit loin des médias et pourtant talentueuse et sincère. Il en faut de l’audace et une sacrée culture pour établir une compilation de cette qualité avec des artistes, pour certains connus des amoureux de la chanson francophone mais aussi d’autres, autoproduits, ce qui ne veut pas dire dénués de talent, bien au contraire !
    Il faut oser également proposer un cd (le second de cette compilation) avec 12 versions d’un même texte « Jour de lessive » pour mesurer combien un même texte peut accoucher de 12 musiques ô combien différentes !
    Une compilation comme je n’en ai jamais rencontrée par sa qualité, son originalité et les découvertes qu’elle permet, pour seulement 17 euros le double cd.
    Chapeau bas Michel Kemper ! Seules l’intégrité et la passion, loin des critères commerciaux, peuvent donner naissance à ce genre de création. À noter l’excellent livret, superbement écrit, qui accompagne le double cd.
    Bravo à NosEnchanteurs et EPM pour cette audace payante !

    Répondre
  4. Albert Weber 5 avril 2022 à 12 h 32 min

    Formidable initiative que cette collection NosEnchanteurs, ah oui ! Et plus que jamais vive la chanson qui a du coeur, du bon sens; des tripes, des couilles… qui ose sortir des sentiers battus de la convenance et du politiquement correct….
    Alors oui il est plus que jamais d’actualité ce cher Gaston Couté dont j’ai entendu parlé pour la première fois en 1980 à l’ile de la Réunion grâce à l’ami Jacques Poustis : c’est lui qui m’a fait découvrir « Le Christ en bois » et Gaston Couté dont les textes ont été mis en valeur dans un spectacle dont j’avais alors parlé dans Le Quotidien de la Réunion.

    Répondre
  5. Rétrolien Le Fond du Tiroir » Marchons, marchons, mais dans une autre direction

Répondre à Emmanuel Guilloteau Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives