CMS

Hugues Pluviôse sur des chemins de traverse

Hugues Pluviôse (photo copie d'écran)

Hugues Pluviôse (photo copie d’écran)

Hugues Pluviôse, autre exemple de la vitalité de la scène artistique nantaise. Auteur compositeur interprète il propose un cinquième album, Marcher longtemps, le fruit d’une séquence silencieuse de dix ans. Issu de la scène post-rock, il est également intervenu aux côtés de Delphine Coutant dans ses deux premiers albums et a composé pour le cinéma et le spectacle vivant tout en sculptant les mots sur des musiques où le piano tient le rôle central. Il explique avoir choisi de vivre de la musique. Tout en animant des chorales et donnant des cours de piano.

Ce natif de la région parisienne, nantais d’adoption, partage depuis 1999 son univers intérieur et son regard sur le monde. Dans le registre du clair-obscur poétique. Loin du brouhaha médiatique. Le nouvel album a pris le temps de naître, Hugues Pluviôse raconte avoir vécu un moment dans une cabane forestière avant de retourner dans son home studio et d’enregistrer de nouvelles chansons.

pluviose2Les onze titres évoquent son chemin, son relèvement personnel où il s’agit de retrouver sa route. « L’avenir est poésie, l’art de vivre en conscience la beauté » écrit-il dans une des chansons. L’usage de la parole est dédié à la célébration du verbe. Existentiel et préoccupé d’autrui l’album agit pour retrouver « de l’humain la boussole » indiquant la bonne direction. Notamment contre la résignation et le désordre du monde. Aujourd’hui comme hier. Costumes de peau s’inscrit dans l’histoire des peuples, chassés de leurs terres, « Mourir cent fois et cent et une fois renaître ». Suivie de Claquemur. Destination : quelque part en Terre d’Islande. Il s’agit encore de quitter le vieux monde pour laisser émerger ce qui naît en dedans des sœurs et frères humains. Le sort des migrants et de celles et ceux qui portent l’aube pour un sort meilleur préoccupe le poète à la mélancolie sincère. Comme dans La Traversée et La Grande vigie. Apte à se remettre en question l’artiste sait aussi s’entourer. Hugues Pluviôse a invité Dominique A (autre familier de Nantes) pour La Promesse dans une version minimaliste. Où il s’agit de retrouver le centre de la forêt commune, le vivant, au gré de chemins de traverse. En ce grand soir rêvé, « triomphant en cette une nuit de liesse ». Le duo a travaillé ensemble au sein du collectif nantais « Des liens » qui cherche à faciliter la relation directe entre artistes et personnes fragilisées accompagnées par des structures sociales, afin de promouvoir l’accès à la culture.

Traversé par quantité d’images, l’album se découvre peu à peu. Fruit d’une quête de plénitude jamais satisfaite. « Dans un esprit synthé pop intimiste, le piano rencontre ici et là synthétiseurs, beats, batteries minimales, vibraphone, basse, clarinette et cor d’harmonie » comme l’indique le livret.

L’occasion de réécouter les quatre précédents albums de Pluviôse.

- Robert Migliorini

Hugues Pluviôse, Marcher longtemps, Une Chose Sûre/Modulor 2023. Le site d’Hugues Pluviôse, c’est ici.

 

« Marcher longtemps » : Image de prévisualisation YouTube
« La promesse », avec Dominique A : Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>