CMS

Les Compagnons de La Tourlandry : pas peur de la faucheuse…

 

Les Compagnons de la Tourlandry (photo non créditée)

Les Compagnons de la Tourlandry, désormais composés de huit membres (photo non créditée)

La chanson est comme élément naturel, indispensable. Comme l’air et l’eau. Et ne peut se résumer à des réseaux, à des familles. De celles qui nourrissent en abondance les médias comme ces autres qui forment l’important vivier de NosEnchanteurs. Elle est de partout. Au local comme au régional, au national comme à l’international. Comme ici dans l’Ouest…

Si Les Compagnons de la Tourlandry ont une grande notoriété, c’est dans un petit bout du territoire, dans le Maine-et-Loire dont ils sont originaires et les départements voisins. Ils en sont même une institution depuis plus de soixante ans, en juin 1959 exactement quand douze jeunes de La Tourlandry se présentent à la Coupe de la Joie, le concours national de la JAC (Jeunesse Agricole Catholique) qu’ils remportent lors de la finale à Annecy, devant plus de vingt mille spectateurs. Qui eut dit alors que ce serait le début d’une telle aventure, et qu’en 2023 nous chroniquions leur dix-septième album ?

Ce groupe n’est pas sans rappeler celui, bien plus célèbre, des Compagnons de la Chanson, que ceux de la Tourlandry prirent dès le début pour modèle, et dont ils prélevèrent nombre de titres, à tel point que Fred Mella, reconnaissant, les parraina. Et que, l’an passé, Les Compagnons de la Tourlandry devinrent légataires d’une centaine de partitions des Compagnons désormais disparus.

Une telle longévité est rare, même pour un groupe amateur. Avec plus de mille deux cents concerts au compteur dont pas mal de mémorables premières parties (Jacques Brel, Lény Escudero, Jean Humenry, Annie Cordy, Michel Delpech, Fred Mella évidemment, Nicoletta, Pierre Perret…), le palmarès est exemplaire.

tourlandryToujours sur la route, bon pied bon œil, nos angevins sortent un nouvel opus pour moitié de leur composition, pour l’autre de reprises : des Compagnons (il ne saurait en être autrement), d’Alain Barrière (Marie Joconde), de Marcel Amont (Le Mexicain), du breton François Budet (Ils ne savent plus), même la fameuse Chanson pour Marie de Patrick Abrial !

C’est le même dosage en concerts : moitié d’eux, moitié du répertoire. Le parolier actuel est Bernard Pithon, ancien directeur de centre socio-culturel et grand amateur ès-chanson. Des chansons humanistes, en prise avec l’air du temps, avec la respiration du monde. Ainsi, le premier titre de l’album se nomme Boat people : « Ils ont défié les flots, ils ont cherché l’asile / La grande traversée se voulait salutaire… »

Soixante-trois ans d’activité, de bons et loyaux services à la chanson, et après ? Pas sûr que ce groupe aux tempes blanchies se survive longtemps mais « Je n’ai pas peur que la faucheuse arrive / Elle viendra, mais alors que je vive / Et que je goûte quelques gouttes d’eau vive / Le temps se perd à rester sur la rive / N’attendons pas que le vent nous emporte / Ouvrons nos cœurs et ouvrons notre porte ». La chanson leur survivra, l’histoire dira qu’ils en auront été parmi les plus fidèles serviteurs, qui plus est sans faute de goût.

 

Les Compagnons de La Tourlandry, Toujours sur la route, autoproduit 2023. Leur site, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit d’eux, c’est là.

 

« Les Gitans » (vidéo d’archives) : Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>