CMS

François Barriet, du grave dans le groove

François Barriet (photo non créditée tirée de sa page facebook)

François Barriet (photo non créditée tirée de sa page facebook)

Si elle n’était mise en rime et musiquée, bien rythmée, la chanson-titre pourrait n’être qu’un témoignage exclusif venu du fond des âges, de la préhistoire : du temps des mammouths, l’avis de ces pachydermes qui ne se trompent guère sur ce bipède nu qui crée des drapeaux, morcelle le territoire, crée la machette et le fusil, qui fait le pire comme le meilleur, comme un palais de Tombouctou. Que cette chanson-mastodonte, cette fable sur le peu de sagesse de l’homme, ne masque pas le reste de l’album : treize titre fort agréables qui parlent de lui et causent de nous. De l’amour, au présent comme au passé, au simple, au compliqué, au composé même. De l’amitié aussi.

Troisième album pour François Barriet dont la bio musicale démarre en 2012 par un Premier Prix de Poésie du Printemps des Poètes 2013 de Pontoise. Qu’il réitère l’année suivante. Lui se consacre à son art à mi-temps ; l’alimentaire c’est l’autre mi-temps : un poste à EDF (Cloclo aurait été inspiré d’une telle sagesse). Sa posture est très folk-song, même s’il met (il est bien placé) un peu d’électricité dans sa musique. Son inspiration vient du dedans, du vécu : c’est souvent avec cette matière qu’on fait de bien belles chansons. Qui souvent croisent l’universel : c’est son cas. « Oh qu’il est long le parcours / Qui mène à moi, qui mène à vous / La connivence des beaux jours / Je la cherche en vain comme un fou ».

(pour commander l'album, cliquez sur le visuel

(pour commander l’album, cliquez sur le visuel

Même l’utopie, si belle quand elle s’insinue dans des couplets-refrain : « Enfin l’foutoire c’est derrière nous / La paix inonde le monde, c’est fou ». Car à l’intime il adjoint le sort du collectif, de ce monde malmené, de ces humains en questionnement : « Dans le vestiaire de l’espérance / J’ai vu des ombres étranges et floues / Des doutes et quelques idées rances / L’espoir d’un monde un peu moins fou ». Ce qu’il nomme le grave dans le groove..

L’écoute de Barriet est d’autant plus agréable qu’en dehors de l’amoureux qu’il est, l’humanisme est de chaque instant, presque de chaque respiration. Bel album orchestré et réalisé par Hugo Barbet

 

Barriet, Éléphant, Ela musique 2019. Le site de François Barriet, c’est là.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives