CMS

Accueil » Articles avec mot clef » Georges Brassens

Hubert-Félix Thiéfaine « Pensées des morts »

(…) C’est une mère ravie A ses enfants dispersés, Qui leur tend de l’autre vie Ces bras qui les ont bercés ; Des baisers sont sur sa bouche, Sur ce sein qui fut leur couche Son cœur les rappelle à soi ; Des pleurs troublent * son sourire, Et son regard semble dire : Vous […]

Collectif « Les passantes »

Je veux dédier ce poèmeÀ toutes les femmes qu’on aimePendant quelques instants secrets À celles qu’on connaît à peineQu’un destin différent entraîneEt qu’on ne retrouve jamais À celle qu’on voit apparaîtreUne seconde à sa fenêtreEt qui, preste, s’évanouit   Collectif   Poème d’Antoine Pol mis en musique par Georges Brassens. Original extrait de l’album « Mourir […]

Georges Brassens « Les copains d’abord »

(…) Au moindre coup de TrafalgarC’est l’amitié qui prenait l’quartC’est elle qui leur montrait le nordLeur montrait le nordEt quand ils étaient en détresseQu’leurs bras lançaient des S.O.S.On aurait dit les sémaphoresLes copains d’abordAu rendez-vous des bons copainsY avait pas souvent de lapinsQuand l’un d’entre eux manquait à bordC’est qu’il était mortOui, mais jamais, au […]

Brassens s’entend : disques à tous les étages !

Brassens s’entend : disques à tous les étages !

En ces temps mémoriels où on commémore à tout va, la concurrence est rude : les 100 ans du père Brassens écrasent sans mal ceux de Montand, né neuf jours avant le natif de Cette : si l’acteur tient la corde à force de rediffusions, le chanteur de Battling Joe vise moins l’éternité. Donc, à […]

Christophe Artannes « Saturne »

Il est morne, il est taciturneIl préside aux choses du tempsIl porte un joli nom, SaturneMais c’est un dieu fort inquiétantIl porte un joli nom, SaturneMais c’est un dieu fort inquiétant En allant son chemin, morosePour se désennuyer un peuIl joue à bousculer les rosesLe temps tue le temps comme il peut Christophe Artannes Paroles […]

François Morel, Yolande Moreau « Fernande »

Une manie de vieux garçonMoi j’ai pris l’habitudeD’agrémenter ma solitude aux accents de cette chanson Quand je pense à Yolande [Fernande]Je bande, je bandeQuand j’pense à Félicie je bande aussiQuand j’pense à LéonoreMon dieu, je bande encoreMais quand j’pense à LuluLà je ne bande plusLa bandaison papa, ça n’se commande pas François Morel, Yolande Moreau […]

Mardjane Chémirani : Brassens au féminin

Mardjane Chémirani : Brassens au féminin

Quai des Arts à Veynes, 26 septembre 2021,   Mardjane Chémirani nous propose de « reprendre un peu de Brassens ». Sur scène, un piano, un tabouret et une petite table décorée d’une statuette de chat dont le corps de loin ressemble fort à des gambettes de femme – un spectateur rappelle « eh bien oui, Brassens sans les chats, […]

Tour de Bal : Folamour chez Brassens

Tour de Bal : Folamour chez Brassens

« Bonheurs en Scènes » à Saint-Julien-Molin-Molette, 25 septembre 2021,   Les dragons de vertu n’en prendront pas ombrage, mais il est possible (je crois qu’il est même souhaitable) d’interpréter Brassens autrement que si c’était Brassens. Le brusquer, presque le malmener, le frotter à l’émeri, lui faire rencontrer d’autres artistes, d’autres musiques, d’autres esthétiques, presque les mutualiser. […]

Bossa Flor « Chanson pour l’auvergnat »

Elle est à toi, cette chanson,  Toi, l’Auvergnat qui, sans façon,  M’as donné quatre bouts de bois  Quand, dans ma vie, il faisait froid,  Toi qui m’as donné du feu quand  Les croquantes et les croquants, Tous les gens bien intentionnés,  M’avaient fermé la porte au nez…  Ce n’était rien qu’un feu de bois,  Mais il m’avait chauffé le corps,  Et dans mon âme il brûle encor’  A la manièr’ d’un feu de joi’.  Bossa Flor Paroles et Musique Georges Brassens. À paraître dans le double album « Brassens dans tous ses états » 2021. Cette chanson figure dans le troisième album de Georges Brassens paru en 1954, où figure aussi Les sabots d’Hélène. Elle fait partie des 33 […]

HK, dense danse et transcendance

HK, dense danse et transcendance

Certes il n’y a que six titres, mais un nouvel HK est toujours bel événement. Peu ou prou celui-ci ne nous parle que de danse et s’y ouvre par sa chanson-titre, Danser encore ; il se referme toujours en danse, en transcendance, avec Toi et moi, ma liberté. La danse comme un acte politique, des retrouvailles […]

Archives