(Les artistes, ces Hérault… ) 2. Coko | NosEnchanteurs

(Les artistes, ces Hérault… ) 2. Coko

Petite série sur de jeunes chanteurs prometteurs des environs de Montpellier… Après Guilam et avant Cédric, voici Coko.

Etre si jeune (vingt-cinq ans, et il y a peu encore totalement inconnu), œuvrer dans une chanson pas forcément commerciale et bénéficier d’une telle revue de presse, si élogieuse, est pour le moins étonnant. Et pour tout dire intrigant. Comme l’est Corentin Coko, au moins à l’écoute de ce premier album qui lui est jolie carte de visite. Rien que son cv détonne : formations en jazz, classique et traditionnel, théâtre, études de musicologie et de la chanson française, ateliers d’écriture et cours d’interprétations… et voici ce jeune homme lâché sur scène après quelques rares maquettes. Le parcours est alors classique : s’adjuger des scènes, premières parties, résidences et co-plateaux. Des tremplins aussi, qu’il semble collectionner : tous gagnants ! Car ceux qui l’ont vu en scène en disent plus de bien encore. Ça promet. Ce premier album, c’est le Tango des organes se départageant le corps de l’homme : rien que le titre est loin de passer inaperçu. C’est ça la communication, Coko ! Corentin Ratonnat (son nom dans le civil) fait dans la chanson sociale, avec un œil dans le rétroviseur (il y a manifestement en lui de la Marianne Oswald, pour vous situer), une voix oscillant entre Gréco et Adamo, le poitrail ceint d’un chromatique. Et le reste des fonctions et organes bien arrimés aux jours d’aujourd’hui, fussent-ils parfois faussement rap, brûlant les étapes comme les voitures. Avec des propos qui sont tout sauf neutres, de plain pied dans l’actualité, comme cet Étranger qui se surajoute de fait dans le fameux débat, comme ce Brûlot sur les voitures. Ça, les ravages de l’amour et d’autres choses encore, que des sujets pleinement maîtrisés, toujours passionnants. Corentin Coko nous fait un sans-faute pour son entrée en chanson. Il se permet même de mettre en scène trois baudets comme s’il lorgnait une certaine salle, celle qui le fera peut-être roi.

Coko, Tango des organes se départageant le corps de l’homme, 2009, autoproduit.

Le site de Coko ; le portrait de Corentin Coko par le journaliste Albert Weber sur Chorus n°69 de l’automne 2009.

Une réponse à (Les artistes, ces Hérault… ) 2. Coko

  1. athos99 18 janvier 2010 à 11 h 17 min

    Sympa de faire un article sur artiste tel que Coko.

    Je l’ai vu seul en concert à Genève, ce Coko est extraordinaire. Une présence sur scène, une technique remarquable et une belle voix. C’est l’artiste qu’il faut absolument voir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives