CMS

Radix troque la chanson pour l’humour

Humoriste chanteur, le Radix (photo DR)

Fred Radix, 14 mai 2011, Le Pax à Saint-Etienne,

Qu’était donc notre Radix devenu ? Le chanteur de Saint-Julien-Molin-Molette s’était fait rare ces derniers temps. Même son dernier album, Mélodynamic show, en 2009, sorti dans une grande discrétion, sans promo, sans presse. Que nous préparait-il donc ? Une mue ! De chanteur humoriste, Fred Radix vient de passer à humoriste chanteur. La différence est de taille. Les salles pour l’accueillir ne seront plus franchement les mêmes, le public en partie non plus. Bon, notre natif d’Annonay a débuté sa carrière dans la rue, par le théâtre de rue précisément. Et s’est singularisé longtemps par ses spectacles à domicile, précurseur qu’il fut en cette relation aussi directe qu’étonnante entre créateur et consommateur.
Son nouveau spectacle, Are you Radix ?, est un one-man-show où, justement, Fred va vous narrer ses mille péripéties, son curriculum vitae, ses cent métiers. Enfin, ceux qui l’arrangent, ceux prétextes à ample démonstration… et à chansons. Car, chassez le naturel qu’il nous revient au galop, avec guitare et ukulele. Il a ainsi été siffleur. Et envoyé spécial. Champion du monde chanson rapide (vingt-cinq chansons en une minute trente, là, devant nous, il bat son propre record), animateur de vente (« Aujourd’hui, dans votre supermarché, c’est la journée de la tête de veau »), chanteur de balloches et même chanteur de rock. En fait plein de prétextes pour pousser la chansonnette, montrer son érudition chanson, faire le beau, la star. Et mettre dans sa poche le public. Qu’il sollicite chaque fois, pour un oui, pour un prénom. Pour gonfler des ballons même. Radix est étonnant, épatant, même si ça se sent que ce spectacle est en rodage, qu’il sent le neuf, qu’il doit se peaufiner. Notre Radix est aussi beau que le plus beau des humoristes, comme un Tex en classe supérieure. Qui plus est enviable imitateur. Ses sketches sont aussi, parfois, l’occasion de disserter brièvement sur le monde. En deux trois mots il se culpabilise sur le prix de son costume, acheté à prix d’or et fabriqué à vil prix à l’autre bout du monde. Furtivement ça pourrait faire songer à un directeur du fmi que les médias aiment à brocarder ces temps-ci. Si on savait…
On s’y fera, c’est comme ça, Radix est perdu pour la chanson, pour les concerts, au moins pour un temps. Implacable loi des vases communiquants, ce que la chanson y a perdu, c’est l’humour qui l’a gagné. Are-you Radix ? Yes !

Image de prévisualisation YouTube

Ce billet a été préalablement publié, à la mi-mai, sur le Thou’Chant. Le site de Fred Radix, c’est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives