CMS

« Vive la reprise » : un billet pour Paris le 7 octobre !

Strange Enquête (photo DR)

Strange Enquête (photo DR)

Demi-finale de Vive la Reprise, Sud-Ouest, 25 septembre 2013, Le Bijou à Toulouse,

 Un billet pour Paris, un billet pour descendre Métro Rambuteau, pour le 157 rue Saint-Martin,  Maison de la Poésie, un lundi. Voilà le rêve du jour. Ils l’ont sans doute en tête ce soir au Bijou.

Mais voilà, ils sont six et deux seulement monteront à la capitale. Dure loi de la sélection, du concours. Un rêve ? Paris ?  Vraiment ?  Oui, sans doute, même si les artistes parisiens eux, nous envient nos salles que l’on ne loue pas, nos cachets même dérisoires…  Avant que ce rêve ne s’éteigne, il en passera de l’eau sous le Pont Neuf de Toulouse !

Enfin, avouons, plus que Paris, c’est une participation, un prix à accrocher à son portrait, une date assurée par le Centre de la Chanson et ses partenaires.

Une seule candidate dans la liste des sélectionnés sur écoute, qui plus est, seule à se présenter en… solo ! « Bonjour la parité ! » me souffle  ma voisine que je sens prête à me considérer comme responsable de la plus petite fausse note, jetant un œil réprobateur sur mon carnet à spirales posé sur mes genoux. Dès le premier candidat, Moustache  Gracias, elle se fait une joie de me murmurer : « il n’articule pas ! » Ce n’est pas tout à fait faux mais le groupe réduit à un trio (ils sont cinq habituellement ; c’est la règle ce soir !) s’est offert l’audace de reprendre une chanson d’André Minvielle. Pour qui connaît l’artiste, et Si c’était ça la vie, il y a vraiment de quoi se prendre les pieds dans le tapis ! Franchement la prestation est plus qu’honnête, l’humour, la jeunesse, l’habillage guitare, clarinette, contrebasse, ont de quoi donner envie d’en voir davantage. Marcelle Capelle qui vient ensuite et que nous avons connu dans un tout autre registre il y a dix ans,  se cherche encore. Et malgré la présence d’un violon déchaîné (son frère, je crois bien), une interprétation de Brassens qui s’en va chercher du côté de Davy Kilembé,  il ne tire pas son épingle du jeu. Vient ensuite Strange Enquête, ce duo que je ne présente plus et qui m’enthousiasme à chaque fois ! Il aura aussitôt l’écoute de ma voisine, dans le texte de Jamait. Ok tu t’en vas … Elle  rit  de bon cœur à l’évocation de la petite mémère qui trompe son monde et ne ménagera pas ses applaudissements, même pour un hymne à l’amour (moi l’noeud)  assez risqué !

Une pause au bar et c’est reparti !

Guillaume Barraband (photo DR)

Guillaume Barraband (photo DR)

Il est déjà presque 23 h !! Le trio piano, contrebasse, guitare électrique de Guillaume Barraband frappe fort d’emblée : Combien de temps on va se laisser faire / combien de temps sans rien faire … Les trois chansons sont menées avec une maîtrise  incontestable. Les textes se répondent étrangement. Ferré pour finir, Ils ont voté, et puis après … Touchés, nous sommes tous touchés. La jeune Yvette’s not dead et son accordéon en fera alors beaucoup de la voix, des paroles pour gagner le public, dans la tradition de la chanteuse réaliste. Mais en vain ! Enfin, Jules Nectar, accompagné de son contrebassiste défendra son choix avec l’efficacité sobre qu’on lui connaît. J’avoue qu’il m’a conquise sur son interprétation de Jamait : Je n’ai plus peur de la mort/ je n’ai plus peur de vieillir / laissons nous transporter par cette éternité.  

Ma voisine ne montera pas délibérer avec nous, au premier étage du Bijou, dans cette pièce au papier peint fleuri des années 70 recouvert d’affiches, plafond compris. Je ne saurai pas quel était son duo gagnant.

Le nôtre a tout pour convaincre le jury parisien : Strange Enquête et Guillaume Barraband ont leur billet pour Paris et nous sommes fiers d’eux ! 

Les lauréats de la demi-finale lyonnaise, qui s’est déroulée à A Thou bout d’Chant, sont Hélène Piris et Fabula

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

 

Lecteurs, vous pouvez soutenir financièrement NosEnchanteurs,
le site de la chanson francophone. Cliquez ici pour tous renseignements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives