CMS

Blanzat 2014 : Michel Bühler, la rencontre intime de « Bubu »

Michel Bühler (photo FRancis Vernhet)

Michel Bühler (photo Francis Vernhet)

Vendredi 18 juillet, 10e rencontres Marc-Robine, Blanzat (63),

 

Un micro, une guitare et la douceur d’un éclairage de circonstance, à savoir chaudement intime et surtout, surtout un immense sourire ! Voici Michel Bühler et sa première chanson qui campe un décor ardéchois, la douceur d’un grand amour : Amis que la vie vous soit douce ! On croirait lire Jean de Florette mais ici l’histoire aurait bien fini.

Voilà tout est dit, ou presque. Cette chronique pourrait s’arrêter là car même si l’artiste n’a rien perdu de sa colère, de ses chansons d’homme révolté et debout, convaincu après coup qu’il a eu raison à chaque fois de se lever contre les injustices et les violences de ce « pauvre monde », l’espoir reste scellé en lui, « il est plus fort que la mort : un jour nous changerons le monde autrement que dans nos chansons. » Cet espoir là se voit sur cette scène et se partage. Le public attendri, amusé, séduit par cet homme qui chante, est venu à ce rendez-vous, s’abreuver à cette source. Que c’est bon !

Il déroule en une vingtaine de titres, comme autant de chapitres d’un livre jamais refermé, tout ce qui, dans nos vies d’homme, nous donne à gémir, à crier, à rêver, à aimer : son monde d’artiste confronté à la morgue, au mépris – « j’ai l’impression qu’on me prend pour un con » – ses manifs qu’il évoque avec auto-dérision, sa tendresse toujours présente, antre autres pour celle qui habitait rue de la Roquette, ses émotions devant son paysage vaudois, si beau, un matin d’automne, devant la vieillesse, ses amitiés passées : « Le bonheur était là et dire qu’on ne le savait pas ».

Mais il quitte souvent aussi cette perception intimiste du monde qui l’entoure pour peindre des scènes, des instants, des êtres humains qui pourraient être autant de photographies d’Henri Cartier-Bresson : ce café du quartier arabe du vieux Jérusalem, la ville rouge « où passe le Dakar une fois par an » et qui « n’attend plus rien », ou cet homme du Kosovo, parqué dans un centre avec les siens, qui lui évoque son père, « même regard, mêmes mains ».

Et, bien entendu, on aime aussi chez Bubu son franc parler, « en chanson on peut parler de tout », sa liberté de ton, son humour et plus encore son goût des mots, de tous les mots, y compris de son patois vaudois qui nous vaut un rap particulièrement savoureux !

Lorsque s’achève ce concert on se dit que l’on quitte un copain, que l’on vient de trinquer avec lui et qu’il reviendra demain distiller sa bonté et sa joie d’être vivant, mais qui ne s’en laisse pas conter pour autant.

 

Le site de Michel Bühler, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là. En vidéo, un duo avec Bel Hubert, Cher ami : Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

4 Réponses à Blanzat 2014 : Michel Bühler, la rencontre intime de « Bubu »

  1. Danièle Sala 19 juillet 2014 à 15 h 18 min

    Michel Bühler, un bel humain , un de ceux qu’on aimerait avoir pour ami, un de ceux qui ravivent la petite flamme qui est en nous, et nous donnent l’envie de rester debout, dans un monde qui va de travers, mais où la vie est si belle parfois, un bel humain comme tous ceux que j’ai pu rencontrer cette semaine à Blanzat .

    Répondre
  2. Martine Fargeix 19 juillet 2014 à 18 h 44 min

    Bühler, c’est du pur bonheur, un grand moment d’amitié partagée. Nous ne nous en lassons pas. Quand il revient en Auvergne, c’est un ami que nous retrouvons.

    Répondre
  3. D.C. 21 août 2014 à 16 h 49 min

    Invitation à écouter l’entretien avec Michel Bühler réalisé à Blanzat le 18 juillet 2014 : http://microentretiens.canalblog.com/archives/2014/08/21/30451287.html
    DC

    Répondre
  4. Claude Vlerick. 2 mars 2015 à 10 h 33 min

    « Nos enchanteurs », disons-nous. Et c’est facile de se laisser charmer et même d’être à la joie de partager, de faire connaître ceux que nous aimons dans les ou en dehors des circuits balisés.
    Mais il est une chose dont nous discutons bien rarement, c’est de la matérielle. Comment concevons-nous qu’ils doivent croûter, tous ces gens-là ?
    Y en a qui n’ont pas ou plus trop de problèmes : qui passent à la caisse dans le cadre du système…
    Pour d’autres, et c’est la plupart du temps ceux qui nous intéressent sur ce site, c’est plus compliqué : problèmes de crédibilité et surtout de sincérité (suivez mon d’utilisation des moyens techniques de la modernité.
    Continuer à défendre les droits d’auteurs ?

    Conte en Suisse… Non, justement pas compte…

    Pour sa septantième année, Michel Buhler vient de nos faire un immense cadeau. Et il ne faudrait pas que les problèmes qu’il pose passe inaperçus….

    http://www.michelbuhler.com/

    Un objet incroyable!!!
    Disponible dès maintenanTous mes enregistrements (229 chansons) sur un DVD!
    DVD qui contient en plus:
    - les 19 couvertures des vinyles et des CDs originaux,
    - tous les textes des chansons,
    - toutes les grilles d’accords
    Pour la somme ridicule de 60.- FS ou 50 €,
    soit 0.26 FS ou 0.21 € la chanson!

    Alors, qu’en penser ?
    Claude VLERICK.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives