CMS

Les filles du Canal : Anastasia / Elodie Milo

Anastasia (photo Olivier Zolger)

Anastasia (photo Olivier Zolger)

Quelle belle initiative de la part de l’ex-Espace Jemmapes, rebaptisé Scène du Canal, et de son fringant programmateur aux oreilles affutées. Deux donzelles en co-plateau chaque mardi, voilà de quoi réjouir nos esgourdes et faire, éventuellement, quelques belles découvertes au sein de la jeune scène féminine qui recèle son lot de pépites, accrochez vous messieurs… Voyez plutôt les concerts des semaines passées : Pauline Paris, Eskelina, Liz van Deuq, Flavia Perez ou Katrin Wal(d)teufel.

Avant même le début des hostilités, réjouissons-nous des récentes transformations au sein de la salle : seules restent trois rangées de fauteuils, les plus proches de la scène, l’espace ainsi dégagé accueillant désormais de chaleureuses petites tables rondes façon cabaret. Heureux hasard, le fond de la salle propose désormais un petit bar participant avec entrain à la convivialité des lieux (mais pas durant le spectacle, fort heureusement…). Jugez-en, les consommations sont toutes au tarif unique de 2€, cela n’a peut-être l’air de rien, mais pour nos fidèles Enlecteurs de province et d’ailleurs (non, vous pouvez rester !), c’est du jamais vu, des tarifs aussi imbattables en plein Paris… Enfin, c’est ce que l’on m’a raconté, bien sûr, ma stricte déontologie ainsi qu’une clause régalienne interdisant formellement à tous les collaborateurs de NosEnchanteurs de fréquenter ces endroits de débauche et de perdition… Ajoutez à cela une hygiène de vie irréprochable ainsi que des accointances familiales avec le milieu mormon du XIIème arrondissement, vous comprendrez qu’il me soit difficile de m’étendre plus encore sur le sujet.

Anastasia, sans anesthésie : menant de front deux projets, l’album Beau Parleur sous son nom propre, et La libido du living-room avec le groupe Les Dessous de la vie, elle déboule pétulante pour nous régaler de ses mélodies jazzy, prouvant à l’envie que les blondes non plus ne comptent pas pour des prunes ! Malgré un son et une balance un peu approximative (ou est-ce l’acoustique de la salle ?), elle assure avec une belle présence fraîche et pimpante, la Fender en sautoir et le sourire aux lèvres. A ses côtés, l’énergumène complice qui se démène n’est autre que James Sindatry, vu et entendu aux côtés de Batlik ou de Askehoug, c’est vous dire le passif.. ! Rythmant à l’occasion les titres d’un discret human beat box (oui, désolé, en français, « percussions vocales humaines », ça sonne quand même moins bien…), il malmène avec un bel entrain sa contrebasse sensuelle et sensible, la slappant savamment ou prouvant qu’il a plus d’une corde à son archet. Le chant d’Anastasia se fait volontiers plus syncopé, dans les travées les têtes dodelinent entre notes et lignes, on se croirait soudainement dans les Aristos scat ! Pour tout vous avouer, ces délicieux morceaux m’ont en partie accompagné cet été sur les routes des Alpes, et c’est ce soir un autre sommet que de les retrouver ainsi dans la vraie vie des concerts… Un vrai plaisir, vraiment.

Elodie Milo, mille et uns méli-mélo mélodiques : bon, que dire.. ? Qu’ils sont six sur scène (guitare/basse/batterie/claviers/trombone/trompette) et qu’ils font du bruit comme trente ? Qu’ils jouent tous en même temps, mais pas forcément tous ensemble ? Que la chanteuse est plus dans l’emphase qu’elle n’est en phase avec ses musiciens ? Que tout cela gagnerait énormément à un peu plus de sobriété ? Bref, rythmiques ensoleillées et savants déhanchés, c’est Cuba sur Seine sur scène, mais la salsa, décidément, ne prend pas… Du coup, j’avoue qu’on ne s’arrête pas plus que ça aux textes, mais que c’est peut-être mieux comme ça. Malgré le niveau sonore, ma voisine de siège s’endort comme un bébé plus de la moitié du set (oui, au premier rang…), j’avoue que je l’envierais presque ! Le contraste est d’autant plus grand avec le précédent plateau, mais que voulez vous, c’est là la glorieuse incertitude du spectacle vivant… Vous connaissez forcément, chers Enlecteurs, ces moments de grâce où l’on sort d’un concert, complices, en ayant eu la sensation extraordinaire d’avoir vécu un moment rare et privilégié ? Eh bien, ce n’était pas ce soir là.

Mais demain est un autre jour…

 

Le site d’Anastasia, c’est ici ; le site d’Elodie Milo, c’est là.

Image de prévisualisation YouTube

 

9 Réponses à Les filles du Canal : Anastasia / Elodie Milo

  1. Danièle Sala 12 décembre 2014 à 11 h 05 min

    Je découvre ces deux filles sur leurs sites, et Anastasia, ça le fait , une belle énergie vocale, musicale, et des textes qui tiennent debout . Bon, Elodie Milo, j’ai bien aimé les onomatopées de  » La Guacamaya de la Rue Fontaine » . Mais tout un spectacle là-dessus ne m’enchanterais pas non plus .
    PS : C’est bien de préciser « l’hygiène de vie irréprochable » des collaborateurs de Nos Enchanteurs , si si, c’est important , non, je ne rigole pas …

    Répondre
    • Norbert Gabriel 12 décembre 2014 à 11 h 20 min

      Eh oui, malgré tout, on essaie de garder la tête froide et le foie en bon état. Et le coeur à l’ouvrage ….

      Répondre
  2. Louis Crambas 12 décembre 2014 à 14 h 38 min

    Présent à la soirée Les Filles du Canal du 9 décembre. Je découvre le lieu, jolie salle mais acoustique complexe (pas grave cool quand même). Je suis littéralement tombé sous le charme d’Anastasia, sa présence donne à son chignon une voix incomparable et son double ? un contrebassiste hors norme…. première fois que je voyais ce type de jeu avec batterie intégrée, une énergie 100 % naturelle !! Bravo à ces deux, vivement le prochain concert et … le nouvel album !!

    Répondre
  3. Marion Freger 12 décembre 2014 à 14 h 53 min

    Belle soirée avec Les Filles du Canal. Je connaissais déjà Anastasia, à chaque concert je me laisse surprendre, il faut dire quelle nous laisse pas le choix comme le chocolat !! Nos enchanteurs un peu dure quand même avec la Salsa…. nous on a adoré l’épice un peu parisienne du soleil de cuba, la bonne humeur comme celle ci on en a besoin et sur CD dans la voiture ça donne envie de rouler en bikini. Joyeuses fêtes de fin d’année à tous !!!!

    Répondre
    • Norbert Gabriel 12 décembre 2014 à 16 h 05 min

      L’idée du bikini est séduisante, malheureusement ça ne sied pas à tout le monde, me dit mon miroir… Néanmoins, retenons l’idée, et l’image …

      Répondre
  4. Patrick Engel 12 décembre 2014 à 17 h 06 min

    Norbert en bikini…. c’est Noël avant l’heure !!!

    Répondre
  5. Lili 8 septembre 2016 à 9 h 54 min

    Le temps a passé et Elodie a bien grandi, je vous invite à la découvrir sur scène ce soir à l’Age d’or : 26 rue du Dr Magnan, París 13eme. Un nouvel album solo, du coeur à l’ouvrage et une belle âme mise à nu, elle se livre, c’est généreux, honnête et ça fait du bien. Après une tournée québécoise, elle revient chanter dans la ville lumières, il se peut bien que votre avis change cher Patrick ;)
    Bien cordialement
    Lili

    Répondre
  6. Patrick Engel 8 septembre 2016 à 13 h 52 min

    Il ne tient qu’à, le temps fait parfois des merveilles…

    Musicamicalement,
    Patrick

    Répondre

Répondre à Marion Freger Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>