CMS

Les Amis de Georges, en assemblée, en concert

Maxime Le Forestier chez les Amis de Georges (photos Vincent)

Maxime Le Forestier chez les Amis de Georges (photos Vincent Capraro)

27 septembre 2015, Théâtre de la Grande comédie à Clichy,

 

Une belle journée en chansons que ce dimanche 27 septembre. Jean Paul Sermonte, poète, passionné de chanson française, animateur de la revue Les Amis de Georges et pour l’heure organisateur de ce gala, nous a invité au rendez-vous annuel des passionnés de Brassens. C’est grâce à nos copains Serge Llado (chansonnier et humoriste) et Jean Marc Héran qui, à plusieurs reprises, ont eux mêmes participé à ce gala que la rencontre à pu se faire. Rappelons que, par leur Brassens à la plume et au pinceau,  Sermonte et Héran ont livré un bien bel hommage au chanteur à la pipe. Un ouvrage en regards croisés de poésie et d’humour, de complicité et d’amitié.

Jean-Paul Sermonte

Jean-Paul Sermonte

En maître de cérémonie drôle et spirituel, Jean Paul Sermonte, nous présente en levée de rideau le groupe Malo. Jérôme Arnould, l’auteur, compositeur, interprète guitare et chant est accompagné par Pierre Chevalier à la clarinette, François Hope à la contrebasse et Margaux Liénard au violon. Jérôme Arnould et Brassens c’est une longue histoire. Amoureux des mots, Arnould est auteur du livre Brassens et la camarde. Il est en lui-même savante alchimie de chanson réaliste, d’humour, de sonorités tziganes en filigrane, d’émotion et d’esprit festif. On devine aisément que Malo a grandi avec les chansons du frangin Renaud, mais aussi avec ses reprises exceptionnelles de Brassens. Le CD Renaud chante Brassens (1996) devait trôner en bonne place dans leur discothèque. On les imagine aussi en admirateurs de la célèbre photo de Leloir (Brassens, Brel et Ferré). Malo, on s’y retrouve avec plaisir, une famille choisie généreuse et tendre, non loin des cousins germains, la fratrie des Ogres de Barback et de tonton Georges.

Olivier L'Hôte

Olivier L’Hôte

Le spectacle se poursuit avec Olivier L’Hôte, auteur-compositeur, au chant et à la guitare, accompagné de son violoniste Raphaël Chetrit. De sa voix singulière, puissante et suave, rock’n'roll mais contenue, au service de l’impertinence des mots de Brassens. Il y a beaucoup de subtilité dans la musique et l’interprétation d’Olivier L’Hôte. Il terminera tout en douceur avec un clin d’œil à son enfance et un hommage à Guy Béart, en fredonnant L’eau vive avec un public complice et ému.

vvv

Christina Rosmini

Puis on découvre Christina Rosmini, artiste multi-facettes, auteure, chanteuse, danseuse. Accompagnée du guitariste toulonnais Bruno Caviglia, Christina nous emmène dans un paysage musical flamenco, arabo-andalou et oriental. Elle mêle son univers méditerranéen à la passion de la chanson française qui a ravi le public des amis de Georges au travers, entre autres, une superbe  interprétation de Saturne en espagnol et en français. Brassens et l’Espagne… On ne peut s’empêcher d’évoquer l’immense Paco Ibanez qui a traduit et interprété Brassens avec une fidélité incomparable. Toutefois, Christina apporte avec sa voix chaude et sa grâce une dimension très personnelle, touchante et rare. Christina interpelle le public et fait référence aux sept siècles d’Al-Andalus qui a caractérisé l’histoire médiévale de l’Espagne par « La Convivencia » (la coexistence), une période florissante durant laquelle, sur une même terre, les musulmans, les chrétiens et les juifs vivaient dans une relative paix où les idées culturelles s’échangeaient et la tolérance religieuse était respectée… Christina nous laisse méditer sur ce sujet on ne peut plus d’actualité…

Après quelques minutes d’entracte, Jacques Mailhot entre en scène. Le célèbre chansonnier, patron du cabaret Les deux ânes, égratigne, ridiculise, brocarde les puissants à un rythme hallucinant. Tous nos dirigeants depuis cinquante ans en prennent pour leur grade. La salle est hilare, les coulisses aussi. On ne doute pas un instant que Georges Brassens aurait adoré cette prestation à l’esprit ô combien libertaire. 

Fabienne Thibeault

Fabienne Thibeault

Interprétant Félix Leclerc, Charles Trenet et Marcel Mouloudji, Fabienne Thibeault nous offre à son tour un bel hommage à la chanson francophone. Dès son entrée en scène la salle est émue. Nous avons tous le frisson en pensant à ses interprétations dans la célèbre comédie musicale rock Starmania de Michel Berger et Luc Plamondon : Un garçon pas comme les autres, Les uns contre les autres, Le monde est stone… Pour les amis de Georges, elle nous fera le plaisir d’interpréter La Complainte de la serveuse automate. Fabienne Thibeault  fêtera ses quarante ans de carrière le 11 janvier prochain au Théâtre du Chatelet, entourée d’une troupe de jeunes artistes qui feront hommage à Starmania. Rendez-vous est pris : NosEnchanteurs y sera.

C’est avec Maxime Le Forestier que nous terminerons ce dimanche. Le Forestier est sans doute celui qui a donné le plus de place à Brassens dans sa carrière. En enregistrant ses reprises, le premier et deuxième cahier, se sont  plus de cent soixante-dix chansons enregistrées, soit l’intégrale. Un travail considérable, toute une vie d’artiste. En marge de ses créations personnelles que tout le monde connaît, Maxime a longtemps colporté l’esprit et la poésie de Brassens avec des tournées, concerts de reprises où le public choisissait à la demande parmi tout le répertoire les chansons interprétées… C’est avec une voix qui reste toujours aussi chaleureuse qu’il a choisi quelques morceaux plus particulièrement dans les chansons posthumes qu’il affectionne particulièrement.

Après un collectif salut final, Jean-Paul Sermonte nous invite au prochain Gala, le dixième en 2016. 

 

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives