CMS

Barrio Populo : faire cris d’écrits

Barrio Populo sur la scène du Théâtre Albert-Camus (photo Gabriel Joannas)

Barrio Populo sur la scène du Théâtre Albert-Camus (photo Gabriel Joannas)

11 février 2016, théâtre Albert-Camus au Chambon-Feugerolles,

 

C’est un de ces groupes-phare de la Loire, un de ceux qui font les riches heures de la scène rock française et s’exportent, souvent loin, pays de l’Est, Europe, Cuba et que sais-je encore. Barrio Populo (nous en avons déjà parlé ici) mêle et maille chanson et rock en une superbe énergie. Et quand je dis ça, c’est bien pour en souligner l’aspect chanson, avec des textes finement travaillés, poétiques et pertinents. Je pourrais tout autant souligner l’aspect rock, d’une redoutable efficacité mélodique : ce n’est pas si fréquent que ça.

Nouveau spectacle, nouveau répertoire qui vient s’ajouter à leur proposition habituelle. Cris d’écrits est paradoxalement moins écrit mais plus riche encore : là, aucun texte n’est d’eux. Et pour cause : tout est tiré tant du meilleur de la chanson que de la crème de la littérature et de la poésie : Rimbaud, Ferré, Lavilliers, Artaud, Prévert, Souchon, Brassens, Paul Fort, Pierre Perret, Éluard, Moustaki et Barbara. On ne parlera pas précisément de reprises : ça va bien plus loin. De mises en musique parfois, de réappropriation sur le reste : un « hommage à la poésie et à la chanson française par un jeune groupe de rock. » Exemplaire.

Ils sont huit en scène : guitares, basse, cuivres, claviers, percussions et batterie. Et des mots délicieux que ponctuent et soulignent les vagues et ressacs de notes. Du Dormeur du Val de Rimbaud à C’est extra de Ferré, du Marin de Souchon au Mal de vivre de Barbara, de La grande marée de Lavilliers à La recherche de la fécalité (si, si !) d’Artaud… En cette première, Victor se rassure parfois avec un livre de poche tenu en main : rien que de le voir avec une telle antisèche nous dit l’ambition littéraire des Barrio Populo, nous dit l’étendue de leur art, ce que les fidèles savent déjà.

Offrir à son public – des jeunes – un tel florilège c’est surprendre, interpeller, éduquer au beau, niveler par le haut, le considérer avec respect, tout le contraire de ce showbiz qui passe son temps à abêtir pour vendre plus encore aux cerveaux alors disponibles. Si on tient la chanson pour possible outil d’éducation populaire, alors Barrio Populo est dans le mille, précis et excellent dans ses choix. Ce nouveau répertoire ne se substitue pas à l’ancien, le Kordobella toujours sur les routes : lui est destiné plus particulièrement aux saisons culturelles, à ces salles belles comme ce théâtre à Camus dédié. Beau calcul, donnant-donnant : je gagne votre public et vous apporte en dot le nôtre, ces jeunes enthousiastes qui ne fréquentent que peu de tels lieux, préférant souvent l’inconfort des salles de musiques actuelles et des podiums festivaliers.

Ces Cris d’écrits, je crois, feront date.

 

Le site de Barrio Populo, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs en a déjà dit, c’est là.

Image de prévisualisation YouTube

2 Réponses à Barrio Populo : faire cris d’écrits

  1. Alex 16 février 2016 à 18 h 50 min

    Super concert!!! Ils nous ont offert un très bon moment de grande chanson…. 2 soirs complet, c’est dire, Groupe à suivre!!
    En passant, super lieu, l’espace culturel A. CAMUS au Chambon-Feugerolles!

    Répondre
    • Michel Kemper 16 février 2016 à 19 h 52 min

      Oui, Alex, super lieu que ce Théâtre Albert-Camus. C’est à ma connaissance la plus belle salle sur le département de la Loire.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives