CMS

Lebouteiller, Buzon, Tarrier : toujours debout !

Jacques Lebouteiller, Michel Buzon et Rémy Tarrier (photo DR, )

Jacques Lebouteiller, Michel Buzon et Rémy Tarrier (photos Côté Manche, L’Est Républicain, DR)

 

La même semaine arrivent dans mon courrier trois CD en apparence très différents, mais qui ont en commun d’éveiller chez moi un intérêt particulier parce qu’ils raniment des souvenirs, parce que le temps passe inexorablement et parce que malgré tout ils sont toujours là.

Alors qu’on fabrique des stars éphémères qui passent du zénith au nadir le temps d’une saison et sombrent dans le néant, des artistes font leur métier, sans artifice, sans éclat, avec la conscience professionnelle rivée au cœur. Artisans de Normandie, du Jura et de Paris, ces trois-là n’ont jamais cessé de chanter la vie à leur manière bien différente, avec lucidité et passion.

LebouteillerJacques Lebouteiller dirigeait dans les années 70 la MJC La Prairie, à Caen, qui programmait chaque semaine de la chanson du meilleur tonneau : Jehan Jonas, Colette Magny, Yves Albert, Anne Vanderlove, Gilles Elbaz… la liste est longue. Lui-même enregistre quelques 33 tours et se produit, le plus souvent en compagnie de son ami Eusèbe (Michel Lucet), dans les salles normandes d’abord, puis partout, jusqu’au Québec. Dans un registre proche d’autres Jacques (Douai, Bertin, Marchais) il cisèle ses textes avec grand soin et s’entoure des meilleurs musiciens, dont Pierre Nicolas. Voici donc son septième CD, La Chambre du temps, avec de belles histoires de voyageurs, de poètes et d’un funambule, un hommage à Jean Ferrat et quelques pensées pertinentes sur notre histoire contemporaine. Parmi ces nouveautés demeure la fidélité : La Belle Ordonnance figurait sur le premier vinyle tout comme les musiciens : Hélène-Marie Foulquier, Jean Denis et Denis Bailhache.

BUZONMichel Buzon publie ses premiers poèmes en 1976. Il a 18 ans. Passionné de rock et de Léo Ferré, séduit par les idées libertaires, il se lance dans la chanson dans les années 80. Ses premiers 33t, Séduction Poussière et Les Dérives du Bleu, sont déjà très prometteurs. J’écrivais dans Chorus, en 1993, à la sortie de son CD Paddock : « Rencontre de bon aloi entre rock et poésie… (Le disque est) riche, expressif et vigoureux autant par la qualité musicale, sophistiquée que par le style brillant de l’écriture. » Après quelques CD, quelques livres, un film sur Hubert-Félix Thiéfaine, des concerts en hommage à Léo Ferré, Michel enregistre Dernier fou rire sur la banquise, dont les textes sont tirés de son livre Carnets de déroute… Et petits bonheurs éparpillés (Editions Maldoror, 2013). D’ailleurs, les titres des chansons sont aussi évocateurs que le nom de l’album : Attente de désir en saison froide, L’escapade, Je partirai comme un hibou. Malgré cette aspiration au départ sur fond noir et avec quelques pensées pertinentes sur notre histoire contemporaine, la lumière est toujours présente : Sur la banquise se termine par « Laissez-moi le bonheur » et le CD, avant bonus, s’achève par Le Printemps des poètes de Léo Ferré… évidemment.

TARRIERRémy Tarrier chante vers 1975, dans les cabarets de la rive gauche, puis se partage entre théâtre pour enfants, sketches pour la télé et chanson pour tous. Il écrit pour Didier Gustin, Pierre Meige. On le voit au Printemps de Bourges, au Festival de Marne. Il poursuit, entre la fin du XXe siècle et le début du suivant, une carrière décousue et protéiforme dans la parodie et l’humour noir. La chanson y est toujours présente, même s’il la fait chanter par d’autres comme La complainte de la poupée gonflable, par Fabienne Elkoubi ou Joyeux Noël, par Allain Leprest. A part un 45t chez Vogue dans les années 80 et une apparition sur un CD pour enfants d’Alain Moisan en 1998, il n’a jamais enregistré avant de se décider en 2013 à faire florilège de ses quarante ans de chanson : un double CD, Dernières nouvelles du fond. Il remet ça en 2016, aidé par son complice Claude Préchac, avec Au cas zou, chansons drôles ou graves, piquantes, acidulées, colorées, goguenardes, avec même un clin d’œil discret à l’Histoire des roses de Robert Lamoureux et quelques pensées pertinentes sur notre histoire contemporaine comme son Protest Song.

 

Jacques Lebouteiller, La Chambre du temps, CD 14 titres – La Meurie, 50000 Saint-Georges Montcoq, 02 33 57 83 43. Son site, c’est ici.

Michel Buzon, Dernier fou rire sur la banquise, CD 11 titres – Maldoror productions, 4 chemin du bois, 25660 Morre. Son site, c’est ici.

Rémy Tarrier Au cas zou, CD 15 titres – Rémy Tarrier 06 61 74 95 75. Son site, c’est là.

 

Pas de vidéo récente de Jacques Lebouteiller ; aucune de Michel Buzon.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives