CMS

De Calm, mais pas la tempête

De Calm (photo Ronay dit Aloha)

De Calm (photo Ronay dit Aloha)

De Calm est un duo nous venant de Toulouse. Guillaume Carayol aux textes et au chant, Mickaël Serrano aux compositions. Leur troisième album, Disparue Juliette, est dans les bacs depuis le 31 mars. Celui de la reconnaissance ?

Atout majeur : Alligator, la chanson qui ouvre le bal et donne un certain sens à la pochette (non, ce n’est pas un mignon toutou que le chanteur tient en laisse…). Une chanson pop imparable, avec son ouverture au piano qui cède la place aux claviers-batterie et chœurs aériens, ses paroles gimmick – l’album aurait pu porter le même titre, mais l’ultime phrase de la chanson lui a été préférée – et le refrain simpliste et entêtant (Je t’ai en tête / Je n’ai plus ma tête / Je suis en miettes). Soutenue par une major, le hit serait à la portée du groupe.

Cover-Album-DE-CALM-Disparue-Juliette-1Les dix autres chansons du disque ne déméritent pas, même si aucune n’est percutante à ce point. On regrettera ainsi qu’on ne s’écarte guère du schéma couplet-refrain, avec ses passages obligés de nappes de claviers et d’envolées qui suivent le petit pont plus calme. Vous voyez Kyo ? On est dans la même famille. Les thèmes abordés sont variés : éloge des mérites de l’échec (Les vainqueurs) ou de l’être aimé (L’existence), mésentente familiale (Les rues qui nous séparent) ou séparation (Il fait froid), espoir d’un avenir meilleur (Fabrique, avec son mot  d’ordre positif : Construis/Instruis), désarroi de notre époque meurtrière (La bonté est bizarre et son évocation du drame du Bataclan)… L’album s’achève sur Le réveil, bienvenue exhortation à se bouger et à rebâtir un monde nouveau (Il fallait que s’agite / Au fond de nous la vase / Celle qui fait qu’on palpite (…) Il y avait le ciel / Inscrit subliminal / Allez réveillons-nous).

Mélancolie et espérance se mêlent donc dans un cocktail doux-amer. Le chant est discret, sans emphase, avec des accents de Benoît Dorémus. Tout cela est peut-être un peu trop propret et manque d’aspérités, mais, à défaut d’être novateur, reconnaissons que l’ensemble est agréable à écouter.

Après tout, la légèreté n’a jamais fait de tort à personne.

 

De Calm, Disparue Juliette, Les Ré-Créations du pourquoi/L’Autre distribution 2017. Le site de De Calm, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà dit de lui, c’est là.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Une réponse à De Calm, mais pas la tempête

  1. Patrick Engel 6 avril 2017 à 16 h 57 min

    Waouh, entre Kyo et Benoît Dorémus, voilà qui ouvre là de vastes perspectives..!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives