CMS

Spa 2017. Renaud, des larmes plein ma bière…

Renaud sur la scène de Spa (photo François Bosmans/Francofolies)

Renaud sur la scène de Spa (photo François Bosmans/Francofolies)

21 juillet 2017, Francofolies de Spa,

 

Que les choses soient claires. L’auteur de ces lignes est un admirateur rabique de Renaud. Comment d’ailleurs quiconque prétendant aimer la chanson française pourrait-il dénier ses qualités d’artiste ? Le chanteur énervant a écrit quelques-unes des plus belles pages de l’anthologie de la chanson et son œuvre, d’ailleurs fréquemment reprise, est appelée à rester dans le patrimoine, aux côtés des plus grands. Plus qu’un chanteur, il a été un véritable guide pour toute une génération, à laquelle il a transmis ces belles valeurs que sont la révolte, l’ironie ou la tendresse. Et la pudeur aussi. Celle qui nous pousse à ne pas dévoiler sa vie au tout-venant et à garder au fond de soi les joies et les peines, qu’il serait obscène de laisser couler aux yeux de tous. Quand on montre son cœur comme on montre son cul, disait Guy Bedos dans un vieux sketch…

MAIS ENCORE… En première partie, mini-récital de Gauvain Sers, limité à 6 titres. Comme Nos Enchanteurs étaient présents lors de son premier concert belge (voir ici) et qu’il en a déjà été beaucoup question ces derniers temps, nous ne nous attarderons pas. Si ce n’est pour souligner combien il est troublant de l’applaudir avant Renaud, tant l’influence de l’ancêtre sur la relève est flagrante. On peut d’ailleurs se demander pourquoi notre vedette va chercher ses levers de rideau dans ses successeurs mimétiques (la tournée précédente, c’est Benoît Dorémus, autre artiste d’obédience séchanesque, qui s’y était collé). Est-il persuadé que son public n’aime que ce qui lui ressemble ? (photo Christelle Anceau/Les Francofolies Spa)

MAIS ENCORE…
En première partie, mini-récital de Gauvain Sers, limité à six titres. Comme NosEnchanteurs était présent lors de son premier concert belge et qu’il en a déjà été beaucoup question ces derniers temps, nous ne nous attarderons pas. Si ce n’est pour souligner combien il est troublant de l’applaudir avant Renaud, tant l’influence de l’ancêtre sur la relève est flagrante. On peut d’ailleurs se demander pourquoi notre vedette va chercher ses levers de rideau dans ses successeurs mimétiques (la tournée précédente, c’est Benoît Dorémus, autre artiste d’obédience séchanesque, qui s’y était collé). Est-il persuadé que son public n’aime que ce qui lui ressemble ?
(photo Christelle Anceau/Les Francofolies Spa)

LA PHOTO Tout n’est pas perdu ! Renaud a au moins gardé ce goût du second degré, puisqu’il a confié à Vuillemin le soin d’illustrer la couverture de son programme, avec toute la finesse et le goût de la provoc dont celui-ci fait preuve habituellement. Le tee-shirt reproduisant ledit dessin restera mon meilleur souvenir de la prestation.

LA PHOTO
Tout n’est pas perdu ! Renaud a au moins gardé ce goût du second degré, puisqu’il a confié à Vuillemin le soin d’illustrer la couverture de son programme, avec toute la finesse et le goût de la provoc dont celui-ci fait preuve habituellement. Le tee-shirt reproduisant ledit dessin restera mon meilleur souvenir de la prestation.

C’est pourquoi il m’a été douloureux d’avoir revu Renaud sur scène. Un Renaud bouffi, hébété, marchant comme un petit vieux, la voix traînante et chevrotante, l’élocution difficile, le souffle court, mélangeant les mots ou oubliant ce qu’il voulait nous dire, dont les mains sont saisies d’un tremblement constant… Ça fait mal. Comme lorsqu’on va voir un vieux pote atteint d’une maladie en phase terminale et qu’on s’efforce de n’en rien laisser paraître.

Pourquoi est-il remonté sur scène, pour ce Phénix Tour pas spécialement bien nommé ? Pour les thunes ? L’homme en a amassé suffisamment durant sa carrière pour n’en avoir aucun besoin. Pour la gloire ? Si c’est le cas, l’objectif est totalement manqué. Pour l’amour ? C’est probablement la seule raison. Mais est-elle suffisante ? Renaud en a-t-il encore à nous donner ? On a vu dans ses yeux, au moment de nous quitter, qu’il semblait heureux de l’accueil reçu. Mais durant tout le concert, rien ! Aucune expression ni aucune émotion n’ont percé quand il chantait. Comme si on lui avait donné en coulisses un tour de clé mécanique, juste suffisant pour lui permettre de tenir jusqu’au bout. Par contre, de l’amour, son public lui en a offert des barriques. Quel autre chanteur pourrait se permettre une telle prestation vocale sans se faire jeter après trois morceaux ?

Evidemment, le concert a quelques atouts indéniables. Un superbe dispositif scénique (un immense écran sur lequel sont projetées des images d’un réalisme saisissant, créant un décor changeant), des musiciens impeccables qui assurent, un son parfait (hélas pour la voix de Renaud ?)… Et bien entendu, un répertoire en béton, passant en revue toute la carrière de l’artiste, avec arrêt limité sur son dernier opus. Marche à l’ombre, Morgane de toi, Germaine, C’est mon dernier bal, Morts les enfants, Gérard Lambert, Marchand de cailloux… Autant de morceaux que le public prendra plaisir à entonner ou à chanter de bout en bout. Et qui lui permet d’afficher un sourire au final, ayant passé une belle soirée nostalgique – les jeunes étaient denrée rare dans l’assistance ! – avec leur vieux copain plus trop vaillant. La question se pose pourtant : quelle valeur ajoutée Renaud apporte-t-il encore à ses chansons avec un tel spectacle ?

Dans un vieux film hollywoodien, il est dit que « quand la légende dépasse la réalité, on imprime la légende ». Dans mon journal intime, je bifferai le souvenir de ce concert.

 

Le site de Renaud, c’est ici ; ce que NosEnchanteurs a déjà écrit sur lui, c’est là. Le site de Gauvain Sers, c’est ici ; ce que nous avons déjà dit de lui, c’est là.

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

19 Réponses à Spa 2017. Renaud, des larmes plein ma bière…

  1. Pascale 22 juillet 2017 à 17 h 59 min

    Je peux vous dire pour n’avoir jamais raté un de ses concerts que l’ambiance à Forest en novembre et en mars derniers était la meilleure ambiance de tous ses concerts que j’ai pu voir. On peut ne pas aimer je vous l’accorde mais nous nous sommes des milliers à être contents de son retour et j’espère qu’il ne s’arrêtera pas de si tôt. Et je dois ajouter que je n’ai jamais été voir un concert de Renaud pour ses prouesses vocales mais bien pour lui et l’ambiance. Il ne faut pas oublier non plus que c’est environ le 130eme concert qu’il donne pour cette tournée et on sait sa voix fragile donc j’imagine qu’après tant de soirées. J’insiste quand même que j’ai passé 2 soirées geniales. Merci aussi à lui de nous avoir fait découvrir Gauvain Sers.

    Répondre
  2. Anny-Claude Durbet 22 juillet 2017 à 18 h 13 min

    J’ai vu 7 fois RENAUD en concert cette année… désolée, mais 7 soirées magiques… il était là… alors les commentaires je les lis… ok… mais je les oublies très vite et il me reste MON RENAUD

    Répondre
  3. Yannick Vilto 22 juillet 2017 à 18 h 15 min

    Alors ça c’est un article qui dis des choses vraies ! Oui je suis fan de Renaud, mais honnêtement, j’ai été très déçu par le dernier album, non pas pour les textes qui sont toujours aussi magnifiques, mais pour les compositions qui sont plates. Et pour ce retour sur scène, bien sur qu’il l’a fait par amour…pour l’amour qu’il porte en son public, mais la prestation de Renaud est loin d’être extraordinaire, rien qu’a entendre les vidéos prises lors de ses concerts m’ont fait vraiment de la peine pour lui. Ceci dit, celà reste un grand et ses chansons resteront dans le patrimoine dans les générations à venir…

    Répondre
  4. Jean-Robin Merlin 22 juillet 2017 à 18 h 19 min

    Mais arrêtez cinq minutes votre sketch. Un chanteur, c’est comme un boulanger, ou un marchand de journaux : ça a bien le droit de continuer à bosser, même si ça régresse avec l’âge.
    Tant qu’y a des gens à qui ça plait il a bien raison de continuer ; et si y a plus personne à qui ça plait c’est même pas grave, on n’a plus douze ans, on est capables de faire la part entre l’oeuvre (avec de très belles chansons) et les contingences de la vie (qui font qu’il fait des concerts différents et probablement, à maints égards, moins bien que ce qu’il faisait à une époque).
    La question c’est + pour Gauvain : dans quelle mesure faut-il qu’il continue ce trip « héritier ». Pourquoi pas ? ça peut être une bonne option, faut juste vérifier de temps en temps que c’est pas un cul de sac, mais ça peut être chouette. Hold on Gauvain, je t’aime bien.

    Répondre
  5. Olivier Sol 22 juillet 2017 à 18 h 21 min

    Cet article est infiniment respectueux pour Renaud, c’est rare. Merci

    Répondre
  6. Marie-Christelle Chtite Alsacienne 22 juillet 2017 à 18 h 23 min

    Un grand sentiment de malaise en revoyant « mon » Renaud sur scène… Poussif et un peu pathétique… Mon phœnix n’a pas décollé du sol… Dur de voir en live la déchéance de celui qui, par son insolence et son impertinence tendre, avait été mon idole absolue…

    Répondre
  7. Christophe Novelet 22 juillet 2017 à 18 h 23 min

    Hou la la, je vais encore me faire allumé !

    Pour moi, Benoit Dorémus est bien plus crédible en première partie de Renaud, de part ses textes, « Rien à te mettre » ;-) ,
    et de l’histoire partagée (la guitare offerte à Renaud par Sarcloret)
    On a reproché à Benoit d’avoir des « accents vocaux Renaldiens » !
    Ecoutez son dernier album « En tachycardie », c’est sa voix :-)
    C’est Cabrel qui l’a pousser à le faire …
    … pas Renaud !

    Gauvain Sers, j’avais apprécié « Hénin-Beaumont »
    Mais, alors, dans le genre racoleur, « Mon fils est parti au djihad » !!!

    Ah, les choix …
    … Merci les Majors !

    Répondre
  8. Sandrine Cabadi 22 juillet 2017 à 18 h 24 min

    Voilà la raison pour laquelle je n’irai jamais le voir actuellement. Je préfère garder le souvenir de sa tournée Putain de Camion. Même si ça me brise le coeur, il a été mon idole dans mon enfance. C’est lui qui m’a fait découvrir la chanson réaliste et la chanson engagée. Je ne l’oublierai jamais; Mais je ne participerai pas à ce bal des sangsues, qui tirent sur la bête malade et fatiguée pour un maximum de profit.

    Répondre
  9. Pierre Donoré 22 juillet 2017 à 20 h 50 min

    Renaud m’a tiré les larmes lors des deux concerts auxquels j’ai eu la chance d’assister pendant sa dernière tournée. Sa condition physique et vocale n’entame pas les pépites que sont En cloque, La pèche à la ligne, et tant d’autres… Et puis la relation entre Renaud et son public est telle qu’elle vaut par elle-même le déplacement. Si l’on s’attend à entendre des prouesses vocales et un homme en pleine possession de ses moyens, ce n’est évidement pas Renaud qu’il faut aller voir… car effectivement et malheureusement, on y retrouve Mister Renard.

    Répondre
  10. Eric Pollet 22 juillet 2017 à 20 h 54 min

    Tout pareil ! Mais faudrait trouver un clone qui fait le boulot. Mais pas la bande à Renaud…
    C’était comme ça à tous les concerts et vendredi dernier aux vieilles charrues
    Cela fait mal, mais les mots sont justes !

    Répondre
  11. Anne-Françoise Wallez 22 juillet 2017 à 20 h 55 min

    Triste, mais tellement bien écrit…

    Répondre
  12. Odile 22 juillet 2017 à 22 h 57 min

    Cet article dit tout à fait ce que je ressens.
    Je ne pourrais plus assister à ces concerts.
    « Ça me fend le coeur  » car c’était mon idole,

    Répondre
  13. NosEnchanteurs 23 juillet 2017 à 8 h 27 min

    Un article qu’un de nos lecteurs nous fait parvenir : http://www.bruxelles-capitale.org/chanter-et-dechanter-avec-renaud

    Répondre
  14. Jean Humenry 23 juillet 2017 à 10 h 40 min

    Savoir s’arrêter dans la vie est la chose la plus compliquée qui puisse exister.
    Si tu t’arrêtes d’un coup, t’es mort !
    Si tu t’arrêtes trop tard t’es mort aussi !
    Alors modestement, il faut accepter de changer, d’être un autre.
    Quand on a été un des plus beaux auteurs de chansons et qu’on s’est programmé (je ne veux pas en savoir les raisons) un suicide sur le comptoir, on doit en prendre la mesure. Le comptoir déchire et tue la splendide énergie de quiconque s’y épanche ; la belle et magnifique énergie du chanteur énervant.
    On pourrait prendre cet acte pour une trahison mais l’homme abîmé ne nous appartient pas. Seule sa belle ouvrage est entrée dans nos neurones et continue de nous faire vibrer ; émotions en strates. Seules ces émotions nous appartiennent.
    L’homme est à bas. Ne le jugeons pas même si tout cela nous attriste nous atterre profondément.
    Ce putain de métier n’a de cesse de détruire ; nous n’en comptons plus les victimes.Mais tant de magnifiques ont su le dompter ou le tenir à distance : des Souchon, des Goldman, des Cabrel, des Brel qui ont choisi.
    Mais choisir est l’acte fondateur de toute vie.
    Choisir.

    Répondre
  15. Gabriel 23 juillet 2017 à 11 h 42 min

    Il sera pourtant à la Fête de l’humanité en septembre…
    Espérons qu’il en aura la force.

    Répondre
  16. Marie Fages 23 juillet 2017 à 12 h 45 min

    Cher Pol, vous mettez exactement les mots sur ce que j’ai ressenti aux Francofolies de La Rochelle. Je n’ai pas pu aller au-delà de la première chanson. Je suis partie. Je préfère garder la légende.

    Répondre
  17. Queuille Christian 23 juillet 2017 à 12 h 48 min

    Il a besoin du contact avec son public sinon il est mort
    Alors si son public le soutien tant mieux… Mais c est vrai que Brassens, qui est en quelques sorte son maître, aurait eu la pudeur et l’élégance de ne pas se donner en spectacle… Leprest, Reggiani et d autres se sont produit jusqu a plus soif… Mais Renaud doit bien savoir au fond de lui qu’il brûle ses dernières cartouches. Un chant du cygne en quelque sorte… et c est tout à son honneur.

    Répondre
  18. sarclo 23 juillet 2017 à 17 h 37 min

    Chers amis auteurs compositeurs, si vous êtes la proie du doute, ce qui est tout à votre honneur, allez sur FB voir le groupe « gratis musique création », un groupe riche de 3856 membres, et vous trouverez plus médiocre que vous. C’est un rien, mais qui fait plaisir… Vous finirez votre journée le coeur léger. Merci qui? Merci Sarclo. Renaud, tu peux y aller aussi.

    Répondre
  19. delecolle elodie 24 juillet 2017 à 1 h 21 min

    pour ma part je n’ai pas ete decue , on aime renaud ou on l’aime pas ! moi je l’aime !!!!!! on es avec toi renaud :)

    Répondre

Répondre à Anny-Claude Durbet Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives